EnglishEspañolPolskie

Biens de production et biens de consommation

Louis Even le dimanche, 01 novembre 1936. Dans Cahiers du Crédit Social

Parmi les produits du travail, il en est que l'individu consomme directement pour entretenir sa vie, d'autres qui servent plutôt d'instruments pour produire d'autres biens. De là, deux catégories de biens :

1. Biens de consommation.

2. Biens de production.

La distinction entre les biens de production et les biens de consommation est importante et utile. Elle aidera à comprendre plusieurs points dans l'exposé du Crédit Social.

Les biens de consommation sont les choses physiques consommées directement pour entretenir la vie : nourriture, vêtements, charbon. Ce sont des biens périssables, détruits par leur emploi.

Les biens de production ne servent pas directement à entretenir la vie. On ne mange pas un chemin de fer ni une charrue. Mais ce sont des biens qui servent à produire ou à distribuer les biens de consommation. Ces biens de production ne se détruisent pas à la façon des autres, mais vieillissent et s'usent.

Les uns et les autres constituent la richesse matérielle ; la monnaie doit en être l'expression exacte. Les uns et les autres sont des biens physiques, soumis aux lois de la physique. Ils disparaissent par la consommation ou par l'usure, la vétusté, la destruction.

La comptabilité du Crédit Social tient compte des faits physiques des biens matériels. La production de richesse est représentée par un crédit dans le compte du Crédit National ; la destruction de richesse, par un débit. Les biens de consommation sont donc débités lorsqu'ils sont vendus au consommateur ultime. Pour les biens de production, à moins de destruction totale, seule l'usure, ou la dépréciation, est chargée au débit. Vous n'avez donc pas le non sens du système actuel, où, par exemple, le crédit qui sert à ériger une maison peut disparaître complètement au bout de six mois, ne laissant dans la circulation aucune monnaie pour en représenter la valeur. (Voir l'article intitulé "Circuit fermé,").

La monnaie doit dépendre des faits physiques de la production et de la consommation. Vouloir introduire des éléments non physiques, métaphysiques, comme la fameuse "confiance," c'est ouvrir la porte aux manipulateurs et leur permettre de créer les cycles périodiques si désastreux pour la collectivité et si profitables pour eux-mêmes.

Louis Even

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut