Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Obama milite pour un gouvernement mondial et d’infâmes lois

Écrit par Mgr Michel Schooyans le samedi, 01 août 2009. Publié dans Gouvernement mondial

Sa politique pour l’avortement augmentera le nombre des victimes

De grandes persécutions s’élèveront contre le catholicisme

Mgr Michel Schooyans dévoile le vrai visage d’Obama

Du 1er au 5 mai, l’Académie pontificale des sciences sociales, s’est réunie en session plénière au Vatican pour s’entretenir sur la doctrine sociale catholique et les droits de la personne humaine.

Le 1er mai, après l’introduction de la présidente de l’Académie pontificale des sciences humaines, Mme Mary Ann Glendon, les premiers à parler ont été l’archevêque français Mgr Roland Minnerath et le prêtre belge Mgr Michel Schooyans. Ils ont établi une entente dans la présentation de leurs discours. Mgr Minnerath a parlé des «droits subjectifs» de la personne, en démontrant l’opposition entre les traditions de l’Église et les fausses doctrines laïcistes. De son côté, Mgr Schooyans explique comment "analyser des problèmes contemporains" en se basant sur "les thèses exposées par Mgr Minnerath". "Concrètement, il les a appliquées à la présidence d’Obama et au leader européen qui lui ressemble le plus, Tony Blair."

Une forte publicité présente Obama comme un libérateur, un «messie» qui va ramener l’ordre économique et social, établir la paix. L’exposé de Mgr Schooyans dénonce «le messianisme» d’Obama ainsi que de Blair, son compère. Tous les deux préconisent un gouvernement mondial avec une religion mondiale, et un tribunal pénal international pour condamner les opposants aux «nouveaux droits» immoraux et anti-catholiques. Mgr Schooyans prouve que leur politique mondialiste, totalitaire transgresse les droits inaliénables de l’individu et s’attaque au domaine de la religion.

Voici une partie du curriculum vitae des deux conférenciers de l’Académie pontificale publiée dans «Chiesa»:

«Mgr Roland Minnerath, 62 ans, est ar-chevêque de Dijon depuis 2004. Précédemment, il a été professeur à la faculté de théologie de Strasbourg dans les domaines de l’histoire de l’Église et les relations entre l’Église et l’État. Il est consultant à la section Affaires Etrangères de la secrétairerie d’état, au Vatican.

«Michel Schooyans est un prêtre belge, professeur émérite de l’Université catholique de Louvain. Grand spécialiste de l’anthropologie, de la philosophie politique, de la bioéthique et de la démographie, il est membre de trois Académies pontificales: des sciences sociales, pour la vie, et pour Saint Thomas d’Aquin. Il a publié en 2006 un livre intitulé «Le terrorisme à visage humain» qui a de nombreux points communs avec son intervention du 1er mai, au Vatican. Son dernier ouvrage paru en Italie, «La prophétie de Paul VI» (éditions Cantagalli, 2008), est une vigoureuse défense de l’encyclique «Humanæ Vitae».»

Vous lirez avec intérêt des extraits de la seconde partie de l’intervention de Mgr Schooyans à la session plénière de l’Académie pontificale des sciences sociales, lue au Vatican, en français, le matin du vendredi 1er mai 2009.

Yvette Poirier

L’élection de M. Barack Obama à la présidence des États-Unis a suscité de nombreuses expectatives (attentes fondées sur des espérances) dans le monde entier. On attend de lui que, selon ses promesses, il corrige les erreurs du président précédent. Des formules excessives ont même été utilisées, affirmant, par exemple, que l’heure était venue de "reconstruire" les États-Unis ou de réorganiser l’ordre international. Or, l’administration Bush, si elle ne manque pas de mérites, se caractérise par des échecs reconnus, même dans le cercle le plus proche de ce président. Cependant, sur un point essentiel et fondamental, le Président Bush a promu une politique digne de respect et de continuité: il a offert à l’être humain non né, ainsi qu’au personnel médical, une protection juridique, insuffisante sans doute, mais efficace.

… Une fois élu, une des premières mesures du Président Obama a été de révoquer (d’abolir) les dispositions prises par le Président Bush pour protéger le droit à la vie de l’être humain non né.

Le Président Obama réintroduit ainsi le droit à discriminer, à "mettre à part" certains êtres humains. Avec lui, le droit de tout individu humain à la vie et à la liberté n’est plus reconnu ni moins encore protégé.

46 millions d’avortements

Le nouveau président entraîne ainsi le droit dans un processus de régression qui altère la qualité démocratique de la société qui l’a élu. De fait, une société qui se dit démocratique, dans laquelle les gouvernants, invoquant de "nouveaux droits" subjectifs, permettent l’élimination de certaines catégories d’êtres humains, est une société qui est déjà engagée de plain-pied sur la route du totalitarisme. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 46 millions d’avortements sont réalisés chaque année dans le monde. En révoquant des dispositions juridiques protégeant la vie, M. Obama va allonger la liste funèbre des victimes de lois criminelles. Le chemin est ouvert pour que l’avortement devienne légalement exigible. Le droit lui-même pourra être précipité dans l’indignité lorsqu’il sera instrumentalisé et pressé de légaliser n’importe quoi, et mis, par exemple, au service d’un programme d’élimination d’innocents. A partir de là, la réalité de l’être humain n’a plus d’importance en soi.

Subventions pour l’avortement

La conséquence évidente du changement décidé par M. Obama est que le nombre d’avortements va augmenter dans le monde. Le Président Bush avait coupé les subventions destinées à des programmes comportant l’avortement, en particulier à l’extérieur des États-Unis. La révocation de cette mesure par la nouvelle administration limite le droit du personnel médical à l’objection de conscience et permet à M. Obama d’augmenter les subsides affectés à des organisations publiques et privées, nationales et internationales, qui développent des programmes de contrôle de la natalité, de "maternité sans risque", de "santé reproductive" incluant l’avortement parmi les méthodes contraceptives qu’ils promeuvent.

Le Président Obama apparaîtra donc inévitablement comme un des principaux responsables du vieillissement de la population des États-Unis et des nations "bénéficiaires" de programmes de contrôle de la natalité présentés comme condition préalable au développement. Comment un leader politique bien informé peut-il ignorer qu’une société qui avorte ses enfants est une société qui avorte son avenir?

Abolition des principes moraux

La mesure prise par Barack Obama est destinée à avoir des répercussions au plan mondial. Le "messianisme" nord-américain traditionnel se flattait d’offrir au monde le meilleur modèle de démocratie. Avec la permission de tuer légalement des innocents, cette prétention est en train de sombrer. En son lieu et place émerge un "messianisme" qui annonce l’extinction (l’abolition) des principes moraux apparaissant dans la Déclaration d’Indépendance (1776) et dans la Constitution des États-Unis (1787). Dorénavant est rejetée la référence au Créateur. Aucune réalité humaine ne s’impose plus en vertu de sa dignité intrinsèque. Prévaut désormais la volonté présidentielle. Selon ses propres paroles, le président ne devra plus se référer à des traditions morales et religieuses de l’humanité. Sa volonté est source de loi. A propos, qu’en pense le Congrès américain ?

Or dès lors que le poids des États-Unis est celui qui pèse le plus dans les relations internationales, bilatérales et multilatérales, et spécialement dans le cadre de l’ONU, on peut prévoir que tôt ou tard, l’avortement sera présenté à l’ONU comme un "nouveau droit humain", un droit permettant d’exiger l’avortement. Il s’ensuivra qu’il n’y aura plus de place, en droit, pour l’objection de conscience. Ce même processus permettra au président de manifester sa volonté d’inclure dans la liste d’autres "nouveaux droits" subjectifs, comme l’euthanasie, l’homo-sexualité, la répudiation (divorce), la drogue, etc.

Dans ces programmes, le Président Obama pourra compter sur l’appui du couple Tony Blair et Cherie Booth. Le think-tank (équipe de spécialistes), fondé par l’ex-premier ministre britannique sous le nom de Tony Blair Faith Foundation (fondation de la foi de Tony Blair) aura, parmi ses attributions, de reconstruire les grandes religions comme son collègue Barack Obama reconstruira la société mondiale. Dans ce but, la fondation en question devra répandre les "nouveaux droits", en utilisant à cette fin les religions du monde et en adaptant celles-ci à leurs nouvelles tâches. Ces religions devront être réduites au même commun dénominateur, c’est-à-dire vidées de leur identité.

Liberté religieuse sacrifiée

En fait, le projet de Tony Blair prolonge et amplifie l’Initiative des Religions Unies, apparue il y a plusieurs années. Il prolonge également la Déclaration pour une éthique planétaire, dont Hans Küng (théologien réfractaire à l’Église catholique) est l’un des principaux inspirateurs. Ce plan ne pourra se réaliser qu’au prix du sacrifice de la liberté religieuse, de l’imposition d’une lecture "politiquement correcte" des Écritures et du sabotage des fondements naturels du droit. Déjà Machiavel recommandait l’utilisation de la religion à des fins politiques…

La "conversion" très médiatisée de l’ancien premier ministre au catholicisme ainsi que son interview en avril 2009 à la revue gay "Attitude" permettent d’encore mieux comprendre les intentions de Tony Blair concernant les religions, à commencer par la religion catholique. Le discours du Saint-Père, notamment sur le préservatif, serait d’une autre génération. Le récent "converti" n’hésite pas à expliquer au pape non seulement ce que celui-ci doit dire, mais aussi ce qu’il doit croire ! Est-il catholique ? M. Blair ne croit pas à l’autorité du pape.

Dieu chassé de la société

Nous voici revenus au temps de Hobbes [1], sinon à Cromwell: c’est le pouvoir civil qui définit ce qu’il faut croire. La religion est vidée de son contenu propre, de sa doctrine; n’en reste qu’un résidu de morale, défini par le "Léviathan" (livre de Hobbes). On ne dit pas qu’il faille nier Dieu, mais dorénavant Dieu n’a plus rien à faire dans l’histoire des hommes et de leurs droits: nous revenons au déisme. Dieu est remplacé par le Léviathan [2]. A celui-ci de définir, s’il le veut, une religion civile... Les textes religieux, et en particulier bibliques, doivent être compris dans leur sens purement "métaphorique"; c’est ce que recommande Hobbes (III, XXXVI). Il faut en outre réformer les institutions religieuses pour les adapter au changement. Il faut même prendre en otages quelques personnalités religieuses, appelées à cautionner (certifier) la nouvelle "foi" sécularisée, celle du "civil partnership" (partenariat civil).

Il ne reste de droits que ceux définis par le Léviathan. Comme l’écrit Hobbes, "La loi de nature et la loi civile se contiennent l’une l’autre, et sont d’égale étendue." (I, XXVI, 4). Il ne reste de vérité que celle énoncée par le même Léviathan. Seul celui-ci décide comment le changement doit être conduit.

Le projet Blair ne peut se réaliser sans remettre en question la distinction et les rapports entre l’Église et l’État. Ce projet risque de nous faire régresser à une époque où le pouvoir politique s’attribuait la mission de promouvoir une confession religieuse ou d’en changer. Dans le cas de la Tony Blair Faith Foundation, il s’agirait même de promouvoir une et une seule confession religieuse, qu’un pouvoir politique universel, global, imposerait à l’ensemble du monde. Rappelons que le projet Blair, imprégné de New Age, a été préparé idéologiquement par l’initiative pour les Religions Unies ainsi que par la Déclaration pour une éthique planétaire (déjà citées) et est appuyé par de nombreuses fondations similaires.

Religion mondiale anti-Dieu

Ce projet rappelle évidemment l’histoire de l’anglicanisme et de sa fondation par le "défenseur de la foi", Henri VIII. Le projet des religions unies et réduites à un commun dénominateur est toutefois plus discutable encore que ne l’était le projet d’Henri VIII. En effet, la réalisation de ce projet postule (réclame) la mise sur pied d’un gouvernement mondial et d’une police globale des idées. Ainsi qu’on l’a vu à propos de Barack Obama, les artisans de la gouvernance mondiale s’appliquent à imposer un système de positivisme juridique faisant procéder le droit de la volonté suprême, de laquelle dépend la validation des droits particuliers. Désormais, si toutefois devait se réaliser le projet de M. Blair, les agents de la gouvernance mondiale imposeront, par un nouvel Acte de Suprématie, une religion unique, validée par les interprètes de la volonté suprême, dont le Vicaire général est peut-être déjà trouvé (Hobbes, III, XXXVI).

Ce que révèle l’analyse des décisions de Barack Obama et du projet de Tony Blair, c’est que se profile une Alliance de deux volontés convergentes, visant, l’une, à subjuguer le droit, l’autre, à subjuguer la religion. Telle est la nouvelle version de l’aigle à deux têtes. Droit et religion sont instrumentalisés pour "légitimer" n’importe quoi.

Cette double instrumentalisation est mortelle pour la communauté humaine. C’est ce qui ressort de diverses expériences réalisées dans le cadre de l’État-Providence. Celui-ci, à force de vouloir plaire aux individus, a multiplié les "droits" subjectifs de complaisance, par exemple en matière de divorce, de sexualité, de familles, de population, etc. Mais ce faisant, cet État-Providence a créé d’innombrables problèmes qu’il est incapable de résoudre.

Par ces canaux, et avec l’appui du couple Blair, le juriste-président Obama est en train de lancer un nouveau messianisme nord-américain, totalement sécularisé. Il bénéficie en cela de l’appui de son fidèle partenaire, candidat présumé à la présidence de l’Union Européenne. La volonté suprême du Président des USA validera le droit des nations et le droit des relations entre les nations. Dans la foulée, les "Trente-Neuf Articles" de la nouvelle religion devront être promulgués par son collègue britannique.

Un terrorisme politico-juridique avec un tribunal pénal international

A partir du sommet de cette pyramide, la volonté du Prince est destinée à circuler par les canaux internationaux de l’ONU et à atteindre les canaux nationaux particuliers. A terme, ce processus, comme on le remarque, éteint l’autorité des parlements nationaux, abolit l’autorité des exécutifs et ruine l’indépendance du pouvoir judiciaire. C’est pour ces raisons que, dans la logique de M. Obama, le rôle d’un tribunal pénal international est appelé à s’étendre et qu’il doit être armé pour réprimer les récalcitrants – par exemple, les catholiques – qui refusent cette vision du pouvoir et du droit, d’un droit vassalisé (asservi) par le pouvoir. Comment ne pas voir cette vérité aveuglante: nous assistons à l’émergence d’un terrorisme politico-juridique sans précédent dans l’histoire ?

…L’Église reconnaît pleinement la valeur des arguments fournis par la raison en faveur de la vie humaine. Comme Mgr Minnerath l’a admirablement montré, l’Église complète et consolide cette argumentation en se prévalant de l’apport de la théologie: respect de la création; l’homme, image de Dieu; amour du prochain: nouveau commandement; etc. Ces arguments sont fréquemment exposés dans les déclarations de l’Église et les nombreux documents chrétiens sur la question.

… c’est un devoir pour l’Église d’appeler tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté à s’unir afin de constituer un front unique pour défendre la vie de tout être humain. La première attitude qui s’impose à tous, selon les responsabilités de chacun, est l’objection de conscience, que d’ailleurs M. Obama veut circonscrire. Mais cette objection doit être complétée par un engagement à agir dans la sphère politique, dans les médias et dans les universités. La mobilisation doit être générale et se donner pour but l’objectif central de toute morale, et spécialement de toute la morale catholique: reconnaître et aimer le prochain, à commencer par le prochain le plus ténu et le plus vulnérable.

[1] Thomas Hobbes est l’auteur du Léviathan en 1651... Il est l’un des premiers philosophes qui tente de refonder la légitimité du pouvoir des dirigeants sur autre chose que la religion ou la tradition. Son projet est de fonder l’ordre politique sur un pacte entre les individus, afin de faire de l’homme un acteur décisif dans l’édification de son propre monde social et politique. Hobbes développa l’idée selon laquelle, que ce soit le chaos ou la guerre civile, ces situations relèvent de l’«état de nature» et de la célèbre formule bellum omnium contra omnes («guerre de tous contre tous»), et ne peuvent être évitées que par un solide gouvernement central. Ainsi, il dénia tout droit de rébellion envers le souverain.

[2] Le Léviathan est un monstre marin évoqué dans la Bible, dans les Psaumes (74,14 et 104, 26), en Isaïe, 27, 1 et au Livre de Job (3:8 et 40:25). Ce nom désigne un monstre colossal, dragon, serpent et crocodile, dont la forme n’est pas précisée; il peut être considéré comme l’évocation d’un cataclysme terrifiant capable de modifier la planète, et d’en bousculer l’ordre et la géographie sinon d’anéantir le monde.

Cet article a été publié par