Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Le centenaire des Apparitions de Fatima

Écrit par Alain Pilote le lundi, 01 mai 2017. Publié dans Éditorial

Ca y est, on s’y préparait depuis plusieurs années, le centenaire des Apparitions de Marie à Fatima a été célébré en ce mois de mai 2017, et providentiellement, le pape François a pu en même temps procéder à la canonisation de deux des trois petits voyants, Jacinthe et François Marto. Le message de Marie à Fatima demeure toujours actuel, c’est celui de l’Évangile: conversion, prière et pénitence. Sinon, on risque la damnation éternelle, la Vierge Marie ayant même montré aux enfants une vision de l’enfer, qui est bien réel.

Ceux qui considèrent l’enfer comme un lieu «inventé» par l’Église pour faire peur aux gens  feraient mieux d’écouter le message de Fatima, a déclaré le cardinal Francis Arinze du Nigéria, préfet émérite de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, dans un entretien accordé à LifeSiteNews à Rome en mai 2017. Notre Dame de Fatima a montré aux trois pastoureaux que l’enfer existe bel et bien, et qu’il n’est pas vide, a-t-il rappelé.

C’est l’un des points essentiels du message de Fatima : la Très Sainte Mère de Dieu a demandé toutes sortes de prières et de sacrifices pour la conversion des pécheurs et pour que la miséricorde de Dieu puisse nous «préserver du feu de l’enfer», «spécialement ceux qui en ont le plus besoin», comme le dit la prière qu’elle a enseignée à Lucie, François et Jacinthe.

Le cardinal Arinze a déclaré que lorsqu’un catholique nie l’enfer et en profite pour vivre à sa guise, il agit comme un étudiant à l’université qui se tromperait lui-même en se berçant de l’illusion qu’il n’y a pas d’examen de fin d’année, afin d’éviter d’avoir à étudier: «Si vous ne voulez pas étudier, je vous promets que vous allez échouer à l’examen. Cela ne sert à rien de dire qu’il n’y aura pas d’examen : il y en aura un. Alors, on ne va pas résoudre le problème de l’enfer en disant que celui-ci fait peur aux petits enfants ou qu’il les choque».

Et il a rappelé que c’est Notre Seigneur Jésus-Christ lui-même qui confirme l’existence de l’enfer dans l’Évangile, parlant d’un lieu où il y aura «des pleurs et des grincements de dents». «Il a parlé de ceux qui seraient punis pour toujours. Et le Christ est le Fils de Dieu. S’il y a quelqu’un de miséricordieux, c’est bien lui. Donc, s’il nous a dit cela, c’est dans notre propre intérêt de le prendre au sérieux», a déclaré le cardinal.

Louis Even a fait remarquer qu’il est providentiel que le Crédit Social ait été conçu par C.H. Douglas en 1917, la même année que les apparitions de Fatima. En effet, si le message de Marie aux trois petits bergers apporte comme une solution spirituelle contre le communisme (qui, selon les mots de la Vierge, répandrait ses erreurs à travers le monde si on ne se convertissait pas), le Crédit Social est comme une solution temporelle, technique, pour stopper le communisme (et le socialisme), en faisant de chaque citoyen un véritable capitaliste, copropriétaire des richesses naturelles et du progrès. En parlant de la solution du Crédit Social, Louis Even avait déclaré: «Une lumière sur mon chemin», et c’est aussi ce que déclarent tous ceux qui participent à nos sessions d’étude à Rougemont, dont la prochaine aura lieu du 21 au 28 septembre, suivie de notre congrès annuel. Tous sont les bienvenus!

Fatima et le Crédit Social

Cet article a été publié par