EnglishEspañolPolskie

Terrorisme & Révolution — Sous-thèmes

Les camionneurs seront ruinés, acculés à la faillite

Thérèse Tardif le samedi, 01 janvier 2000. Dans Divers

Augmentation du litre de diesel de 54% de 42 sous, le prix du litre monte à 78 sous

Les effets de la mondialisation se font sentir chez les camionneurs. L'OPEP, c'est-à-dire l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole, (pays qui se sont ligués ensemble), a décidé d'augmenter le prix du diesel de 54%. Le prix d'un litre était de 42 sous, il est augmenté à 78 sous.

Les camionneurs sont en furie et on ne peut les en blâmer. Quel camionneur résistera à cette augmentation ? Aucun, sûrement. Mais c'est justement l'objectif poursuivi par l'OPEP de faire disparaître les petits camionneurs, comme cela se produit dans d'autres domaines pour les petits fermiers, les petits industriels et les petits commerçants. Ces derniers, présentement, sont tous avalés par les gros monopoles internationaux sous le contrôle des financiers internationaux. Que peuvent faire les camionneurs contre l'OPEP ? « Rien, nous dit un camionneur, c'est une organisation mondiale ». Voilà ce que c'est que la mondialisation : une dictature intouchable !

Et cela fait l'affaire des gouvernements, qui ne veulent pas protester avec les victimes de l'augmentation, puisqu'ils retireront plus de TPS et de TVQ sur chaque litre de diesel.

Nous protestons avec les camionneurs contre cette tactique d'augmenter le diesel à un prix de fou, c'est le cas de le dire.

Tous ces petits camionneurs, qui se sont endettés pour des années à venir, en achetant un camion afin de pouvoir gagner leur vie, et la gagner durement, ne seront pas capables de rembourser leurs emprunts, surchargés d'intérêt, à la banque, ils seront acculés à la faillite. Mais c'est exactement le but de l'augmentation du diesel, que les petits camionneurs débarrassent la place, sans que cela ne coûte rien aux profiteurs internationaux et aux gouvernements, peu importe le nombre d'êtres humains, qu'on jettera dans la rue, et qui multiplieront le nombre de chômeurs en désarroi.

Il ne faudrait pas cependant que les camionneurs punissent la population qui est victime elle aussi du système financier actuel malhonnête que nous endurons depuis trop longtemps. Que les camionneurs visent la bonne cible : le système d'argent faux et frauduleux.

Quand l'argent est dieu, la personne humaine n'est qu'un numéro sur lequel on peut piétiner à volonté afin de servir ce puissant dictateur mondial qu'on nomme Mammon (démon de l'argent). Le Crédit Social qui rendrait l'argent serviteur de la personne humaine, règlerait pourtant bien les problèmes financiers des camionneurs et de tous les autres industries et commerces en faillite. Mais il faut l'étudier le Crédit Social pour le comprendre. Il faut corriger le système financier, si nous ne voulons pas vivre très bientôt sous la pire dictature mondiale qui n'ait jamais existé. À lire les fameux articles sur le Crédit Social dans ce numéro et les numéros précédents. Et abonnons tous nos amis à Vers Demain pour qu'ils les lisent eux aussi.

T. Tardif

Thérèse Tardif

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut