EnglishEspañolPolskie

Madame Thérèse Burgaud

Par Thérèse Tardif le lundi, 01 août 2016. Dans Hommage aux Apôtres décédés

Thérèse BurgaudMadame Thérèse Burgaud (née Chéron), de Bouguenais, en France, est décédée à l’âge de 86 ans, le 28 août dernier du cancer des intestins. Elle était la maman chérie de notre vaillant Pèlerin de saint Michel à plein temps, de France, Christian Burgaud.

Elle était aussi l’épouse bien-aimée de Jean Burgaud, un couple très uni, ils se sont mariés le 8 août 1955, ils ont fêté le 61e anniversaire de leur mariage à l’hôpital. Epoux fidèles qui ont fait le bonheur de leurs enfants. Pendant sa maladie qui l’a fait tellement souffrir, elle a reçu deux fois le sacrement des malades. Entourée de son époux, de ses enfants et petits-enfants, elle s’est éteinte paisiblement avec toute sa lucidité. Elle a demandé qu’on récite avec elle un dernier Ave Maria, puis elle a prononcé les derniers mots de sa vie terrestre : Mon Dieu, je vous aime ! Mon Dieu, je vous aime ! Elle a levé les yeux vers le ciel, puis, elle les a fermés, sa belle âme s’est envolée au paradis, nous ne pouvons en douter, elle était si bien préparée.

Le Crédit Social est entré dans la maison des Burgaud, par M. René Eraud, un compagnon de travail qui a donné une circulaire de « L’île des Naufragés » à M. Jean Burgaud, celui-ci l’a remise à son fils Christian qui était à l’hôpital après avoir été victime d’un terrible accident de moto. Christian a bien compris et cette lumière est tombée dans un cœur d’apôtre. Au sortir de l’hôpital, Christian s’est mis à distribuer des circulaires. Il allait s’approvisionner chez Etienne Plantive, qui nous commandait des palettes de 50 000 circulaires à la fois. Et c’est ainsi que s’est levée une belle équipe de distributeurs de circulaires dans la région avec M. et Mme Auguste Jeannière, M et Mme Henri Piou et d’autres.

Le plus grand mérite de cette chère Mme Thérèse Burgaud est d’avoir accepté de donner son fils Christian à la belle œuvre des Pèlerins de saint Michel, depuis 1987. N’a-t-elle pas imité un peu, le grand sacrifice de la Sainte Vierge qui a donné son fils pour le salut du monde ? On sait combien un Pèlerin à plein temps doit s’imposer de sacrifices dans son apostolat sur la route, ne sachant pas d’une nuit à l’autre, où il sera hébergé et pour les repas, il doit compter sur la générosité des gens. Un cœur de mère s’inquiète et partage tous ces sacrifices. Mais pour ceux qui comprennent l’idéal que poursuit l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel ils savent que tous ces sacrifices sont faits pour renverser le trône de Mammon, le dieu de l’argent, qui domine tous les pays du monde avec son système d’argent-dette, et de faire régner le Christ dans nos cœurs et sur toutes les nations pour le grand bonheur de l’humanité. C’est notre participation au triomphe du Cœur Immaculé de Marie promis à Fatima.

M. et Mme Burgaud aimaient beaucoup la très Sainte Vierge. Ils allaient souvent en pèlerinage prier la Madone dans ses nombreux sanctuaires de France et d’autres pays. Ils récitaient le chapelet tous les jours. Voilà la raison de leur réussite familiale. Christian m’a dit en terminant un téléphone : « Merci, mon Dieu, de m’avoir donné de tels parents. »

Auteur :

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif est la directrice du Journal Vers Demain depuis la mort de Mme Gilberte Côté-Mercier en 2002.

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut