EnglishEspañolPolskie

Le Parti Québécois prépare un réseau d'espionnage en règle

Yvette Poirier le mercredi, 01 mai 2002. Dans Micropuces

La carte santé à puce sera une carte d'identité obligatoire

François Legault, le ministre de la Santé et des Services sociaux, déploie beaucoup de zèle pour l'implantation de la carte santé à puce. Il veut imposer à la population un réseau d'espionnage en règle avec la carte santé à puce qui deviendra en peu de temps une carte d'identité obligatoire pour les 7,4 millions de Québécois. Voici des informations tirées d'un article d'André Noël, dans « La Presse » du 30 mars dernier :

"En plus d'émettre une carte santé à puce, le gouvernement se prépare à distribuer une carte d'identité électronique à quelque 200 000 professionnels et travailleurs de la santé, qui leur permettra techniquement de faire des transactions commerciales, ont confié des responsables de ce projet à La Presse.

"C'est une première étape, a déclaré Mimi Pontbriand, responsable de ce projet à la Régie de l'Assurance-Maladie du Québec. Par la suite, la carte santé à puce des 7,4 millions de Québécois pourrait avoir les mêmes capacités.

"Le gouvernement compte remplacer l'actuelle carte d'assurance-maladie, à bande magnétique, par une nouvelle carte à microprocesseur dès l'année prochaine. Les membres du personnel de la santé (appelés « intervenants ») auront besoin de deux cartes pour accéder aux dossiers des patients dans les banques de données de la Régie de l'assurance-maladie du Québec : la carte à puce des patients et leur propre carte « d'habilitation »...

"Au cours d'un entretien, Mme Pontbriand a dit qu'il est exact d'affirmer que la carte d'intervenant sera une carte d'identité et qu'elle facilitera le commerce électronique, ainsi que les échanges avec le ministère du Revenu.

"« Cette carte sera l'outil le plus puissant pour certifier l'identité de la personne », a-t-elle ajouté." – André Noël

Après avoir imposé une carte d'identité aux 200 000 employés de la santé, on l'imposera à tous les Québécois par la carte à puce qui se transformera, elle aussi, en carte d'identité électronique pour tous les Québécois. Mme Pontbriand, elle-même, affirme que la carte à puce deviendra une carte d'identité électronique pour les 7,4 millions de Québécois dans une deuxième étape.

Cette carte santé à puce ne sera pas une amélioration pour les soins médicaux, comme le laisse entendre François Legault. Les médecins ne sont pas équipés pour introduire dans l'ordinateur tous les dossiers de leurs patients. Cela nécessiterait trois à quatre secrétaires par médecin, ce qui occasionnerait des dépenses énormes et des heures considérables de travail. Il est impossible de mettre en détail les dossiers médicaux des 7,4 millions de Québécois sur ordinateur. Le véritable but de la carte santé à puce est d'imposer à la population une carte d'identité obligatoire pour épier la vie privée de chaque individu dans les moindres détails, comme si tous les citoyens étaient des terroristes.

Graves problèmes des hôpitaux

Le gouvernement « péquiste » est prêt à investir des centaines de millions de dollars pour l'implantation de la carte santé à puce et de la carte « d'habilitation ». "La santé n'a pas de prix, dit le ministre de la Santé et des Services sociaux, François Legault. Je ne peux concevoir qu'en 2002, on transporte des dossiers de patients en taxi d'un hôpital à l'autre." Legault se soucie plus des dossiers que des malades eux-mêmes. Les patients manquent de soins dans les hôpitaux à cause des coupures drastiques dans le domaine de la Santé, effectuées par le Parti québécois : 900,000 lits sont fermés ; les malades sont couchés sur des civières dans les salles d'urgence ; la liste d'attente des malades qui ont besoin d'intervention chirurgicale s'allonge. Le gouvernement se plaint de manquer d'argent.

Les banquiers internationaux

Où le gouvernement de Québec va-t-il donc prendre l'argent pour l'exécution de son projet de carte à puce ? Après avoir sollicité Ottawa, il s'agenouillera devant les banquiers pour endetter la province et multipliera les comptes de taxes des contribuables qui déjà sont saturés par les taxes.

"L'avant-projet de la loi sur la carte à puce, écrit André Noël, est la première application concrète de la loi 161 sur les nouvelles technologies de l'information. Cette loi, à laquelle l'Association des banquiers canadiens a collaboré, a été adoptée le 23 juin dernier..."

L'Association des banquiers canadiens relève de la Banque Mondiale, des financiers internationaux. Le Parti Québécois est au service de la Haute Finance. Il est le serviteur des banquiers. C'est ainsi qu'il nous achemine graduellement vers une dictature mondiale, vers le gouvernement mondial qui veut contrôler chaque individu du monde entier avec une carte d'identité obligatoire.

Non à la carte santé à puce !

Tous les citoyens de la province de Québec doivent se lever en bloc contre l'avant-projet de la carte santé à puce. Après mûres réflexions, les provinces de l'Ontario, du Manitoba, du Nouveau-Brunswick ont renoncé au projet d'une carte santé à puce ? Le Parti québécois de Bernard Landry poursuit avec entêtement son projet de carte santé à puce. Il remplit un mandat des financiers internationaux. Le Québec deviendra une région pilote du Canada, la première province à introduire un réseau d'espionnage qui enchaînera toutes nos libertés, même la liberté de pratiquer notre foi catholique.

Nous ne voulons pas de la carte santé à puce de Legault. À bas l'avant-projet de la carte santé à puce ! Que la bonne Sainte Anne, patronne de la province de Québec, nous épargne de ce grand malheur !

Yvette Poirier

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut