EnglishEspañolPolskie

Vice contre nature enseigné à des bambins dans les écoles

Yvette Poirier le samedi, 01 mars 2003. Dans Église catholique romaine

La Cour Suprême du Canada bénit et impose ce programme

Le 20 décembre 2002, la Cour Suprême du Canada a tranché contre un conseil scolaire de la Colombie-Britannique qui avait interdit l'usage de livres pédagogiques, présentant un couple d'homosexuels qui élèvent des enfants. On place le couple homosexuel sur le même pied d'égalité qu'une famille composée du père, de la mère et de leurs enfants. Ces livres nauséabonds sont destinés aux classes de maternelle et de première année, donc à des enfants de 4 à 6 ans.

La Cour Suprême du Canada a aussi entériné que les écoles doivent permettre aux enfants de discuter de leur propre modèle familial et de celui des autres enfants. Ainsi on initiera les enfants, à partir de 4 ans, dans des conversations, hors de leur portée, sur les unions des homosexuels, sur les mariages reconstitués (divorcés), la polygamie pratiquée par les musulmans et les sikhs, les cas de prostitution, les unions libres...

Au nom du pluralisme, au nom de l'homosexualité, de l'impudicité, les catholiques n'ont plus le droit dans les écoles de défendre les principes chrétiens, l'intégrité des bonnes mœurs, le mariage en conformité avec la loi de Dieu. On impose l'athéisme et l'immoralité pour détruire la religion et la vraie famille instituée par Dieu. Le paganisme remplace le catholicisme. Les crucifix, instruments de paix, sont bannis des écoles. Et les sikhs ont le droit de porter sur eux le kirpan, couteau symbolisant leur religion.

Coupable de génocide

Il est évident que ces programmes « pédagogiques » sur l'homosexualité, approuvés honteusement par la Cour Suprême du Canada, ont pour but de former des générations de sodomites. Le plus haut Tribunal de notre pays n'est pas à son premier forfait. En 1988, notre cour Suprême a canonisé Morgentaler, auteur du massacre de milliers de vies humaines naissantes dans ses cliniques de boucherie. Et le crime de l'avortement a été effacé du Code criminel. L'avortement et l'homosexualité conduisent les races au tombeau. La Cour Suprême du Canada veut-elle se rendre coupable d'un génocide ?

Depuis le jugement du 20 décembre, les homosexuels se glorifient davantage de leurs vices sur la scène publique. La télévision les présente comme des modèles à imiter. Ils vont faire étalage de leur vice monstrueux dans des écoles d'État du Ministère de l'Éducation du Québec. Les enfants sont invités à leur poser des questions. Voilà une méthode efficace pour former des sadiques et des névrosés. Il en résultera plus de suicides parmi l'enfance et l'adolescence. Des posters, représentant des homosexuels qui s'embrassent, sont affichés dans les écoles.

Le Ministre de la Justice

En novembre 2002, Martin Cauchon, le Ministre de la Justice, présentait à la Chambre des Communes un document intitulé « Le Mariage et reconnaissance des unions des conjoints de même sexe ». Les Canadiens et les Canadiennes sont invités à faire leurs recommandations. Par les média d'information, ce sera encore un lavage de cerveau auprès de la population pour faire accepter les droits de ces dénaturés : droit d'élever des enfants, droit d'être considérés comme des parents normaux, de jouir des mêmes privilèges que les vrais couples mariés, hommes et femmes.

La province de Québec a précédé le gouvernement fédéral en matière de « mariage et union libre des homosexuels. » Le printemps 2002, le code civil du Québec permettait le mariage des homosexuels comme si c'était normal pour une personne humaine de s'avilir plus bas que les bêtes en pratiquant le vice contre nature. La franc-maçonnerie a réussi a popularisé le vice au sein même de notre province canadienne-française, autrefois si catholique.

Gouvernement mondial marxiste

Tous ces nouveaux projets de loi et ces lois infâmes contre le mariage chrétien, contre la famille, ces lois contre la liberté de parole, la liberté de presse, nous les trouvons dans « les nouveaux droits de l'homme » proclamés par l'Organisation des Nations-Unies et par les agents d'un gouvernement mondial marxiste. Voici trois items de ces « nouveaux droits », cités dans le livre "La face cachée de l'ONU" par Monseigneur Michel Schooyans :

– « Orientation sexuelle » ; chacun est libre de choisir son sexe ou d'en changer ; unions homosexuelles avec « droit d'adoption ».

– « Multiples modèles de familles : famille naturelle, monogamique et hétérosexuelle ; « familles » monoparentales, unions de personnes de même sexe. Droit de répudiation du conjoint ou partenaire.

– « Services de Santé » pour les femmes, entendant par là l'accès légalisé et facile à la contraception sous toutes formes et à l'avortement.

Nous pouvons constater que la Cour Suprême du Canada, dont les jugements servent de jurisprudence pour orienter les législateurs du pays, nous prépare une constitution athée selon les « nouveaux droits de l'homme » proclamés par l'ONU et les tenants de la mondialisation.

Le Pape Jean-Paul II

Dans le monde entier, les pays subissent des pressions pour appliquer ces « nouveaux droits de l'homme ». Les Philippines, pays majoritairement catholique, résistent aux mauvaises influences. Lors d'une rencontre mondiale des familles, en fin de janvier, qui s'est tenue à Manille, les autorités catholiques ont exprimé fermement leur opposition au divorce, à l'avortement et au mariage « homosexuel ».

Dans cette même période, le Pape Jean-Paul II, de son balcon, à la place Saint-Pierre, de Rome, a profité de cette occasion pour appuyer les Philippines. Et il a dénoncé les mauvaises interprétations sur le mariage. Il a souligné que la seule véritable union aux yeux de Dieu est celle d'un homme et d'une femme. Il a prévenu les catholiques contre cette propagande en faveur des unions homosexuelles.

La Bible et la Tradition de l'Église

Les pays qui légifèrent contre la loi de Dieu courent vers leur propre ruine. On ne se moque pas en vain de Dieu. La Bible et la Tradition de l'Église ont condamné sévèrement l'homosexualité Dans le Lévitique, Chap. 18, versets 22, 24, voici des paroles de Yahvé à Moïse :

« Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme... Ne vous rendez pas impurs par aucune de ces pratiques : c'est par elles que se sont rendues impures les nations que j'ai chassées devant vous. »

Les villes de Sodome et de Gomorrhe pratiquaient ce vice. Nous lisons cette histoire dans la Genèse, chapitre 19. Deux anges ont été envoyés par Dieu dans la ville de Sodome pour faire sortir Loth, sa femme et ses deux filles de cette ville pervertie. Les hommes de la ville, qui avaient vu ces deux anges, sous l'apparence de deux beaux jeunes hommes, pénétrer dans la maison de Loth, « cernèrent » la maison de Loth. Ces impudiques « depuis les jeunes jusqu'aux vieux, sans exception », étaient tellement corrompus qu'ils auraient voulu que Loth leur livrent ses deux visiteurs pour « abuser d'eux ». Malgré leurs manoeuvres, ils ne réussirent pas à pénétrer dans la maison de Loth.

Après que les anges conduisirent hors de Sodome, Loth, sa femme et ses filles, "Yahweh, dit les Saintes Écritures, fit pleuvoir sur Sodome et sur Gomorrhe du souffre et du feu venant de Yahweh, et il renversa ces villes et toute la plaine, avec tous les habitants des villes et la végétation du sol."

Voilà un exemple du sort réservé aux peuples qui se livrent à la sodomie. Et la damnation éternelle est réservée aux impudiques qui s'endurcissent dans le péché.

"Ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les efféminés, ni ceux qui se livrent à la sodomie n'hériteront du royaume de Dieu", écrit saint Paul aux Corinthiens. L'apôtre dit encore dans son Épître aux Romains : "Parce qu'ils ont offert leur hommage à la créature plutôt qu'au Créateur, Dieu les a livrés (les païens) à des passions dégradantes. Leurs femmes ont changé leurs rapports naturels en des rapports contre nature. De même les hommes, abandonnant les rapports naturels avec la femme, ont brûlé de passion les uns pour les autres, hommes faisant avec d'autres hommes des choses infâmes et recevant eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement" (Rom. I, 26-27).

Le premier mariage, Adam et Eve

Le mariage, contracté entre un homme et une femme, a été établi par Dieu dès le début de la création. Le premier mariage tire son origine de Dieu. Les détracteurs de la foi chrétienne nient les Saintes Écritures et l'enseignement de l'Église à ce sujet. Dans la Genèse I, versets 27-28, il est écrit :

"Et Dieu créa l'homme à son image ; il le créa à l'image de Dieu ; il les créa homme et femme. Et Dieu les bénit et leur dit : « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et soumettez-la... »

Il faut un miracle ! Prions pour que nos gouvernements abolissent les lois infâmes contre le mariage et la famille, qu'ils renoncent aux projets de loi qui favorisent le vice.

En cette Année du Rosaire, que toutes les familles récitent quotidiennement le rosaire pour que le Ciel intervienne miraculeusement ! Oui ! il faut un miracle pour sauver les familles, sauver nos chers petits enfants !

Yvette Poirier

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut