EnglishEspañolPolskie

Les quatre vertus cardinales

le jeudi, 01 août 2019. Dans Catéchismes

La prudence, la justice, la force, la tempérance

Le Catéchisme de l’Église catholique offre les explications suivantes au sujet des vertus (paragraphes 1803 et suivants):

La vertu est une disposition habituelle et ferme à faire le bien. Elle permet à la personne, non seulement d’accomplir des actes bons, mais de donner le meilleur d’elle-même. De toutes ses forces sensibles et spirituelles, la personne vertueuse tend vers le bien; elle le poursuit et le choisit en des actions concrètes.

Quatre vertus jouent un rôle charnière. Pour cette raison on les appelle «cardinales»; toutes les autres se regroupent autour d’elles. Ce sont: la prudence, la justice, la force et la tempérance.

«Aime-t-on la rectitude? Les vertus sont les fruits de ses travaux, car elle enseigne tempérance et prudence, justice et courage»« (Sg 8, 7).

Sous d’autres noms, ces vertus sont louées dans de nombreux passages de l’Écriture.

La prudence est la vertu qui dispose la raison pratique à discerner en toute circonstance notre véritable bien et à choisir les justes moyens de l’accomplir.

«L’homme avisé surveille ses pas» (Pr 14, 15).

«Soyez sages et sobres en vue de la prière» (1 P 4, 7).

La prudence est la «droite règle de l’action», écrit saint Thomas (somme théologique 2-2, 47, 2) après Aristote. Elle ne se confond ni avec la timidité ou la peur, ni avec la duplicité ou la dissimulation. Elle est dite auriga virtutum: elle conduit les autres vertus en leur indiquant règle et mesure. C’est la prudence qui guide immédiatement le jugement de conscience. L’homme prudent décide et ordonne sa conduite suivant ce jugement. Grâce à cette vertu, nous appliquons sans erreur les principes moraux aux cas particuliers et nous surmontons les doutes sur le bien à accomplir et le mal à éviter.

La justice est la vertu morale qui consiste dans la constante et ferme volonté de donner à Dieu et au prochain ce qui leur est dû. La justice envers Dieu est appelée «vertu de religion». Envers les hommes, elle dispose à respecter les droits de chacun et à établir dans les relations humaines l’harmonie qui promeut l’équité à l’égard des personnes et du bien commun. L’homme juste, souvent évoqué dans les Livres saints, se distingue par la droiture habituelle de ses pensées et la rectitude de sa conduite envers le prochain.

«Tu n’auras ni faveur pour le petit, ni complaisance pour le grand; c’est avec justice que tu jugeras ton prochain» (Lv 19, 15).

«Maîtres, accordez à vos esclaves le juste et l’équitable, sachant que, vous aussi, vous avez un Maître au ciel» (Col 4, 1).

La force est la vertu morale qui assure dans les difficultés la fermeté et la constance dans la poursuite du bien. Elle affermit la résolution de résister aux tentations et de surmonter les obstacles dans la vie morale. La vertu de force rend capable de vaincre la peur, même de la mort, d’affronter l’épreuve et les persécutions. Elle dispose à aller jusqu’au renoncement et au sacrifice de sa vie pour défendre une juste cause.

«Ma force et mon chant, c’est le Seigneur» (Ps 118, 14).

«Dans le monde, vous aurez de l’affliction, mais courage, moi j’ai vaincu le monde» (Jn 16, 33).

La tempérance est la vertu morale qui modère l’attrait des plaisirs et procure l’équilibre dans l’usage des biens créés. Elle assure la maîtrise de la volonté sur les instincts et maintient les désirs dans les limites de l’honnêteté. La personne tempérante oriente vers le bien ses appétits sensibles, garde une saine discrétion et

«ne se laisse pas entraîner pour suivre les passions de son cœur» (Si 5, 2; cf. 37, 27-31).

La tempérance est souvent louée dans l’Ancien Testament:

«Ne te laisse pas aller à tes convoitises, réprime tes appétits» (Si 18, 30).

Dans le Nouveau Testament, elle est appelée «modération» ou «sobriété». Nous devons

«vivre avec modération, justice et piété dans le monde présent» (Tt 2, 12).

Saint Augustin a écrit:

«Bien vivre n’est autre chose qu’aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de tout son agir. On Lui conserve un amour entier (par la tempérance) que nul malheur ne peut ébranler (ce qui relève de la force), qui n’obéit qu’à Lui seul (et ceci est la justice), qui veille pour discerner toutes choses de peur de se laisser surprendre par la ruse et le mensonge (et ceci est la prudence).»

Il n’est pas facile pour l’homme blessé par le péché de garder l’équilibre moral. Le don du salut par le Christ nous accorde la grâce nécessaire pour persévérer dans la recherche des vertus. Chacun doit toujours demander cette grâce de lumière et de force, recourir aux sacrements, coopérer avec le Saint-Esprit, suivre ses appels à aimer le bien et à se garder du mal.

Et voici quelques mots sur les vertus théologales:

Les vertus humaines s’enracinent dans les vertus théologales qui adaptent les facultés de l’homme à la participation de la nature divine. Elles disposent les chrétiens à vivre en relation avec la Sainte Trinité. Elles ont Dieu Un et Trine pour origine, pour motif et pour objet.

La foi est la vertu par laquelle nous croyons en Dieu et à tout ce qu’Il nous a dit et révélé, et que la Sainte Église nous propose à croire, parce qu’Il est la vérité même. L’espérance est la vertu par laquelle nous désirons comme notre bonheur le Royaume des cieux et la vie éternelle. La charité est la vertu par laquelle nous aimons Dieu par-dessus toute chose pour Lui-même, et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu.

 

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut