EnglishEspañolPolskie

Les demandes de Notre-Dame de Fatima

Alain Pilote le dimanche, 01 mai 2022. Dans Apparitions

La récente consécration de la Russie et de l'Ukraine au Cœur Immaculé de Marie, faite le 25 mars dernier par le pape François, en union avec tous les évêques du monde entier, à la demande expresse des évêques catholiques d'Ukraine, « comme demandé, disent-ils, par la Sainte Vierge à Fatima », remet à l'avant-plan les apparitions de Notre-Dame dans cette ville du Portugal en 1917, qui sont plus d'actualité que jamais, et primordiales pour le salut de l'humanité.

Du 13 mai au 13 octobre 1917, Marie est apparue à trois petits enfants, Jacinthe et François Marto, et leur cousine Lucie dos Santos. Jacinthe, décédée le 20 février 1920 à l'âge de 9 ans, et François, décédé le 4 avril 1919 à l'âge de 10 ans, ont été canonisés par le pape François le 13 mai 2017, cent ans exactement après la première apparition de Notre-Dame. Lucie est décédée le 13 février 2005, à l'âge de 97 ans ; son procès de béatification est en cours.

Le message de Marie à Fatima, c'est tout simplement celui de l'Évangile : conversion, prière et pénitence. Lors de son premier pèlerinage à Fatima, le 13 mai 1982, saint Jean-Paul II déclarait : « Si l'Église a accueilli le message de Fatima, c'est surtout parce qu'il contient une vérité et un appel qui, dans leur contenu fondamental, sont la vérité et l'appel de l'Évangile lui-même. « Convertissez-vous (faites pénitence) et croyez à l'Évangile » (Mc 1, 15) : telles sont les premières paroles que le Messie a adressées à l'humanité. » Et telles sont aussi les paroles de Marie à Fatima.

Dans son homélie pour la béatification de Jacinthe et François Marto à Fatima, le 13 mai 2000, saint Jean-Paul II déclarait : « Dans sa sollicitude maternelle la Très Sainte Vierge est venue ici, à Fatima, pour demander aux hommes de "ne plus offenser Dieu, Notre-Seigneur, qui est déjà très offensé". C'est la douleur d'une mère qui l'oblige à parler ; le destin de ses enfants est en jeu. C'est pourquoi elle demande aux pastoureaux : "Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs : tant d'âmes finissent en enfer parce que personne ne prie et ne se sacrifie pour elles". »

La consécration de la Russie

Parmi les demandes faites par Notre-Dame à Fatima, plusieurs s'adressent à tous les fidèles (comme nous le verrons plus loin), mais une en particulier s'adressait au Saint-Père ainsi qu'à tous les évêques du monde : la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé.

Lors de l'apparition du 13 juillet 1917, les trois jeunes pastoureaux eurent droit à une vision de l'enfer, où se trouvent les démons et tous les damnés. Lucie écrira : « Elle nous fit voir un océan de feu... et, plongés dans ce feu, les démons et les âmes comme des braises noires et transparentes... au milieu de cris et de gémissements de douleur et de désespoir qui épouvantaient et faisaient trembler de frayeur ». Notre-Dame leur dit ensuite :

« Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à Mon Cœur Immaculé. Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes seront sauvées et on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l'on ne cesse d'offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre pire encore. Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne, qu'Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l'Église et le Saint-Père.

« Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à Mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte Mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites.

« À la fin, Mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père Me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde un certain temps de paix. »

Après les apparitions de 1917, Lucie devint religieuse, et continua de recevoir des apparitions célestes. Le 13 juin 1929, Notre-Dame réapparaissait à Sœur Lucie à Tuy, en Espagne, accompagnée par la Sainte Trinité. Voici comment Sœur Lucie relate le fait dans ses mémoires :

« Notre-Dame me dit : « Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à Mon Cœur Immaculé. Il promet de la sauver par ce moyen. Ils sont tellement nombreux les péchés que la justice de Dieu condamne pour être des péchés commis contre Moi, que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie ! »

« Plus tard, par le moyen d'une communication intime, Notre-Seigneur me dit, en se plaignant : « Ils n'ont pas voulu écouter Ma demande... Comme le Roi de France, ils s'en repentiront et ils le feront, mais ce sera bien tard. La Russie aura déjà répandu ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Le Saint-Père aura beaucoup à souffrir !" »

Au sujet du roi de France, Notre-Seigneur avait fait savoir en 1689 à sainte Marguerite-Marie Alacoque, religieuse au couvent de Paray-le-Monial, de transmettre les demandes suivantes au roi de France de l'époque, Louis XIV : une consécration nationale au Cœur de Jésus, un temple national élevé par la France au Cœur de Jésus, la conversion du roi et de toute la cour, et une inscription du Cœur de Jésus sur un étendard (drapeau) national, moyennant quoi Dieu rendra le roi, c'est-à-dire la France, victorieuse de tous ses ennemis, et lui donnera un règne éternel d'honneur et de gloire.

Ensuite, 100 ans — jour pour jour ! — après la lettre mentionnant les demandes du Sacré-Cœur, le 17 juin 1789, c'était le début de la Révolution Française : les États généraux décident de se proclamer Assemblée constituante, et le roi perd tout pouvoir. Quelques semaines plus tard, Louis XVI, tombé du trône et maintenant emprisonné, se souvint de Marguerite-Marie et du secret qui avait été confié à son aïeul. Alors il se décida d'accomplir enfin cette consécration de la France au Cœur de Jésus que Dieu avait demandée à ses pères et qui n'avait pas été réalisée, mais il était bien tard…

Revenons à la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Dans une lettre datée du 18 mai 1936, Lucie donna les raisons de cette consécration : « Je Lui [Notre-Seigneur] demandais pourquoi Il ne convertissait pas la Russie sans que sa Sainteté fasse cette consécration : — "Parce que je veux que toute Mon Église reconnaisse cette consécration comme un triomphe du Cœur Immaculé de Marie, pour ensuite étendre son culte et placer, à côté de la dévotion à Mon Divin Cœur, la dévotion à ce Cœur Immaculé." »

Les consécrations du passé

Plusieurs papes dans le passé ont tenté d'accomplir cette demande de Notre-Dame, mais il manquait toujours un élément : soit le nom de la Russie n'était pas mentionné, soit cette consécration n'était pas faite en union avec tous les évêques du monde entier. Par exemple, dans sa lettre apostolique Sacro Vergente Anno du 7 juillet 1952, le pape Pie XII consacrait au Cœur Immaculé de Marie les peuples de Russie, mais il n'avait pas donné l'ordre à tous les évêques catholiques de s'unir à lui dans un acte public. (À remarquer que Pie XII fut consacré évêque le 13 mai 1917, le jour-même de la première apparition de Marie à Fatima.) Le 31 octobre 1942, Pie XII avait consacré le monde entier au Cœur Immaculé de Marie, mais sans faire mention de la Russie.

Mais, même incomplète, toute consécration a toujours un effet positif : la consécration du monde par Pie XII le 31 octobre 1942, eut un retournement spectaculaire de la guerre. Sœur Lucie confirma que cet heureux revirement était le fruit de cette consécration. Le 28 février 1943, peu après la consécration, elle écrivit à son confesseur, Mgr Manuel Ferreira da Silva : « Le Bon Dieu m'a déjà montré son contentement de l'acte, bien qu'incomplet selon son désir, réalisé par le Saint-Père et par plusieurs évêques. Il promet, en retour, de mettre bientôt fin à la guerre. »

C'est ce qui est arrivé aussi avec la consécration faite par saint Jean-Paul II le 24 mars 1984. Après avoir demandé par lettre à tous les évêques du monde entier de s'unir à lui en même temps dans ce geste, Jean-Paul II consacrait, sur la place Saint-Pierre à Rome, le monde entier à Marie, devant la statue pèlerine amenée spécialement de Fatima :

Consécration par Jean-Paul II le 24 mars 1984

« C'est pourquoi, ô Mère des hommes et des peuples, toi qui connais toutes leurs souffrances et leurs espérances, toi qui ressens d'une façon maternelle toutes les luttes entre le bien et le mal, entre la lumière et les ténèbres qui secouent le monde contemporain, reçois l'appel que, mus par l'Esprit Saint, nous adressons directement à ton Cœur, et avec ton amour de mère et de servante du Seigneur, embrasse notre monde humain, que nous t'offrons et te consacrons, pleins d'inquiétude pour le sort terrestre et éternel des hommes et des peuples.

« Nous t'offrons et te consacrons d'une manière spéciale les hommes et les nations qui ont particulièrement besoin de cette offrande et de cette consécration. Sous l'abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu ! Ne rejette pas nos prières alors que nous sommes dans l'épreuve ! »

Quoiqu'il ne mentionna pas spécifiquement la Russie, saint Jean-Paul II ajouta tout de même ces paroles à la consécration : « Éclaire spécialement les peuples dont tu attends de nous la consécration et l'offrande. » Jean-Paul II confiera quelques mois plus tard au cardinal Paul Josef Cordes, qui lui demanda pourquoi il n'avait pas fait mention spécifique de la Russie lors de cette consécration, que telle était bien son intention, mais qu'à la dernière minute, les diplomates lui déconseillèrent de le faire.

Mais Sœur Lucie ajoutera que Dieu accepta quand même cette consécration, qui fut suivie de plusieurs bons fruits : par exemple, le 13 mai 1984, un incendie se déclara dans la base navale de Severomorsk, près de Mourmansk, sur la péninsule de Kola en Russie, base de la flotte du Nord soviétique. Il s'ensuivit une série d'explosions qui détruisit complètement les installations et les stocks de munitions, ainsi que des centaines de scientifiques et techniciens. Cela arriva au moment où l'URSS envisageait une frappe nucléaire préventive contre l'OTAN, suite à la crise des euromissiles. Un historien militaire, Alberto Leoni, affirme : « Sans cette base de missiles qui contrôlait la mer du Nord, l'URSS n'avait aucune chance de remporter la victoire. » Cinq ans plus tard, le 9 novembre 1989, c'était la chute du mur de Berlin, suivie le 25 décembre 1991 de la dissolution de l'Union soviétique. Le drapeau communiste est descendu pour la dernière fois du Kremlin à Moscou.

Le Portugal est consacré

Autre signe que la consécration d'un pays à Marie a toujours un effet positif : après le signe dans le ciel de la nuit du 26 au 27 janvier 1938, sœur Lucie comprit que la guerre annoncée par Notre-Dame dans son message du 13 juillet 1917 était proche. À plusieurs reprises, elle en informa Mgr da Silva, l'évêque de Leiria (diocèse dont fait partie Fatima). En particulier, le 6 février 1939, soit sept mois avant la déclaration de guerre officielle, elle lui écrivit pour lui annoncer l'imminence de la guerre. Et elle ajouta un point capital : elle lui annonça que le Portugal serait épargné à cause de la consécration nationale faite par les évêques au Cœur Immaculée de Marie.

En effet, le 13 mai 1931, tous les évêques portugais avaient consacré le Portugal au Cœur Immaculé de Marie, consécration qu'ils renouvelèrent le 13 mai 1938. La prévision de sœur Lucie se réalisa à la lettre : aucun soldat portugais ne participa aux hostilités et aucune armée étrangère n'occupa même temporairement le Portugal. Alors que l'Europe entière subit cinq années d'une guerre effroyable, seul le Portugal resta en paix.

La consécration du 25 mars 2022

Nous en arrivons maintenant à la consécration faite par le pape François le 25 mars 2022. (Voir pages 10 à 12.) Répond-elle aux demandes faites par Marie ? Si nous observons les demandes de Notre-Dame point par point, mentionnées par Lucie en 1917 et 1929, on ne peut que répondre oui. Voyez plutôt :

þ Il s'agit bien d'une consécration solennelle ;

þ la Russie est mentionnée spécifiquement ;

þ c'est une consécration non seulement à Marie, mais à son Cœur Immaculé ;

þ cette consécration est faite en union avec tous les évêques du monde ;

þ elle est faite par le Pape et tous les évêques le même jour, et dans la mesure du possible, à la même heure.

Dans les demandes de Notre-Dame de Fatima, il est aussi question d'un acte de réparation et de la communion réparatrice des premiers samedis du mois, mais ce sont là des demandes adressées non pas seulement ou spécifiquement au Saint-Père et aux évêques, mais à tous les fidèles. Rappelons-nous les paroles de Notre-Dame le 13 juillet 1917 : « Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé ET la communion réparatrice des premiers samedis. Si l'on écoute Mes demandes, la Russie se convertira et l'on aura la paix », et non pas seulement « Ma demande ».

La part à accomplir pour les fidèles

Avec la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie le 25 mars 2022, le Saint-Père a donc accompli, si on peut s'exprimer ainsi, sa partie du « contrat », c'est maintenant aux fidèles laïcs, à tous les baptisés, d'accomplir leur part, celle qui suit le « ET » dans les paroles de Marie, la communion réparatrice des premiers samedis de cinq mois consécutifs. (Voir l'article en page 8 pour les détails concernant cette communion réparatrice des premiers samedis du mois.)

En fait, la paix mondiale ne dépend pas seulement de la réponse du pape, mais aussi de notre propre réponse. Comme l'a fait remarquer le pape François dans son homélie précédant la consécration du 25 mars, « si nous voulons que le monde change, nos cœurs doivent d'abord changer. » Et c'est un peu pour cette raison que le pape François, dans son acte de consécration, n'inclut pas seulement la Russie, mais tous les êtres humains : tous doivent en effet se consacrer au Cœur Immaculé de Marie, telle est la volonté de Dieu.

Le but principal des apparitions de Fatima est le salut des pécheurs par l'établissement dans le monde de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Le 13 juin 1917, Notre-Dame a dit aux trois petits voyants : « Jésus veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. Ces âmes seront chéries de Dieu comme des fleurs placées par Moi pour orner Son trône. » La demande fut répétée presque mot pour mot le 13 juillet 1917 : « Pour sauver les âmes, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes se sauveront et l'on aura la paix. »

Peu avant de mourir, Jacinthe avait dit à Lucie : « Il ne s'en faut plus beaucoup pour que j'aille au Ciel. Toi, tu resteras ici pour dire que Dieu veut établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie... Quand tu auras à le dire, ne te cache pas !... Dis à tout le monde que Dieu nous accorde ses grâces par le moyen du Cœur Immaculé de Marie ; qu'il faut les lui demander à Elle ; que le Cœur de Jésus veut qu'on vénère, à côté de Lui, le Cœur Immaculé de Marie. Que l'on demande la paix au Cœur Immaculé de Marie, parce que Dieu la lui a confiée à Elle ! Ah ! si je pouvais mettre dans le cœur de tout le monde le feu que j'ai là dans la poitrine, qui me brûle, et me fait tant aimer le Cœur de Jésus et le Cœur de Marie ! »

Parmi les demandes faites par Notre-Dame à Fatima, quatre s'adressent à chacun d'entre nous : la récitation quotidienne du chapelet, ne plus offenser Notre-Seigneur, la communion réparatrice des premiers samedis du mois, et les sacrifices pour la conversion des pécheurs. Marie avait dit, entre autres, aux trois enfants : « Priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles. » Elle leur dit aussi : « Voulez-vous vous offrir à Dieu pour prendre sur vous toutes les souffrances qu'Il voudra vous envoyer, en réparation des péchés par lesquels Il est offensé, et en intercession pour la conversion des pécheurs ? »

* * *

Écoutons et mettons en pratique les demandes de notre Mère du Ciel, pour obtenir la paix dans le monde, la paix dans le cœur de chaque être humain. Et demeurons assurés que la promesse que Marie a faite à Fatima s'accomplira certainement : « À la fin, mon Cœur Immaculé triomphera ». Tel est le désir de Dieu.

Alain Pilote

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut