EnglishEspañolPolskie

La vertu de modestie définie par Notre-Seigneur

le samedi, 01 mai 2004. Dans Catéchèses et enseignements

Révélations à Marie Lataste

Dans Vers Demain d'avril-mai 1981, nous avons publié un chapitre des révélations de Notre-Seigneur à Marie Lataste, le chapitre sur la vertu de chasteté. La vertu de chasteté ne saurait être parfaite sans la vertu de modestie. Nous donnons ici la définition que Notre-Seigneur donne de la modestie, encore à Marie Lataste.

Marie Lataste a vécu de 1822 à 1847. Vers Demain d'avril avait écrit 1947 au lieu de 1847. Il faut lire 1847 pour l'année de la mort de Marie Lataste.

par Notre-Seigneur

La modestie est une vertu qui règle les mouvements du corps, qui gouverne les sens, indique la manière dont on doit se récréer et préside à l'arrangement extérieur des vêtements, selon la condition dans laquelle on est placé.

Vous comprenez que le mouvement du corps, que les sens, les jeux, les délassements et les habits dont on se couvre sont susceptibles de recevoir une règle dictée par la raison ; par conséquent la modestie est une vertu morale.

Elle vous apprendra à régler les mouvements du corps ; à ne point marcher avec précipitation ni avec trop de lenteur ; à ne point agiter les bras d'une manière inconvenante ; à ne point étendre votre corps avec mollesse ; à vous tenir toujours, même seule, comme devant des personnes de distinction ou qui méritent votre respect.

La modestie vous apprendra à ne point tourner la tête légèrement de tous côtés et à chaque instant ; mais à la tourner doucement quand il y a nécessité, à la tenir un peu inclinée sur le devant, sans la pencher immodérément ni à droite ni à gauche.

La modestie vous apprendra surtout à ne point tourner vos yeux de tous côtés, à ne point les fixer sur toutes choses ; elle vous apprendra à regarder non avec fureur, mais avec bonté ; non avec orgueil, mais avec humilité ; non avec inconvenance, mais avec chasteté et pudeur ; elle vous apprendra, quand vous parlerez à quelqu'un, à le regarder non fixement et d'un air sérieux, mais avec douceur et un peu en dessous de ses yeux, comme si vous regardiez plutôt l'intérieur de son âme que l'extérieur de sa figure.

Elle vous apprendra à revêtir votre figure d'un air plein de douceur et de bonté, sans contracter ni vos sourcils ni vos lèvres ; à ne point garder un silence obstiné, mais à adresser quelques paroles dictées par la circonstance et toujours empreintes de dignité autant que de franchise et de sincérité.

Elle vous apprendra à user de délassements convenables à votre âge, à votre condition, à votre sexe, pour récréer et refaire votre esprit et ne point le tenir toujours tendu. Elle vous apprendra à ne jamais vous tenir seule avec un homme seul, et à fuir dans vos récréations tout ce qui peut blesser l'honnêteté ou la politesse. Elle vous apprendra à ne point trop satisfaire votre esprit, à ne pas trop le délasser par vos amusements, et à ne vous récréer que dans les lieux et aux moments convenables.

Elle vous apprendra à vous habiller d'une manière digne et en rapport avec votre position, sans chercher des habits de luxe ou des formes trop élégantes qui favorisent le dérèglement des passions. Elle vous apprendra à être au contraire toujours vêtue avec simplicité, ordre et propreté.

Elle vous apprendra la même simplicité dans la disposition de votre maison, dans les meubles et dans la nourriture qui sera servie sur votre table.

Notre-Seigneur à Marie Lataste

Une grâce que nous demandons de toutes nos forces à Marie, Mère de Dieu c'est de retrouver nos enfants perdus. Que la pureté leur soit rendue. Que les écoles actuelles soient brûlées, si on ne peut pas les décrasser au complet. Que nous retournions aux écoles d'autrefois avec des religieuses comme sainte Marguerite Bourgeoys. Que nos enfants soient capables de pratiquer la pureté dans une société qui aura retrouvé les mœurs chrétiennes. - GCM

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut