EnglishEspañolPolskie

Rapport Proulx: arguments arriérés

Thérèse Tardif le mercredi, 01 mars 2000. Dans Débats de société

Fin de la civilisation au Québec

Le rapport Proulx propose de retirer les cours d'enseignement catholique et protestant dans les écoles du Québec et de les remplacer par des cours obligatoires de morale et d'enseignement de toutes les religions parce qu'il y a dans notre province, une multitude de petites religions qu'il faut respecter, dit le rapport Proulx. Aussi une autre proposition du Rapport Proulx, c'est de permettre aux églises de donner des cours d'enseignement religieux après la classe.

À une réunion, à Québec, de protestations contre le rapport Proulx, rapport si injurieux pour les Canadiens français catholiques, Jean Larochelle proposa ironiquement, mais aussi fort judicieusement : "On pourrait faire un lien entre la langue et la religion et dire que le Québec favorise indûment le français. On devrait donc apprendre à l'école toutes les langues qui se parlent au Québec et enseigner la tolérance linguistique. On pourrait apprendre le français après la classe. Quelle belle ouverture sur le monde. Quelle belle tour de Babel ?"

Les rétrogrades du Rapport Proulx, défenseurs du paganisme, ont cet argument : La langue est une affaire de société, tandis que la religion est une affaire personnelle.

Eh bien non ! La religion est plus importante encore que la langue pour maintenir les bonnes relations entre individus dans une société. La langue nous permet de communiquer les uns les autres, tandis que la religion nous enseigne à nous supporter les uns les autres, c'est-à-dire à nous aimer les uns les autres, comme Jésus nous l'a enseigné. C'est cet enseignement qui peut transformer une école et une société. Sans religion, l'école se transforme en société de coups de poings, voire même de tuerie comme on l'a vu à la Polytechnique de Montréal et au Colorado. Et en France, la violence à l'école se multiplie d'une façon alarmante. Les agressions contre les professeurs sont le fruit de leur propre enseignement sans-Dieu. C'est la faillite totale des écoles du Ministère de l'Éducation. Une solution unique s'impose : remettre les écoles à l'Église, car c'est elle qui les a fondées, avec ses multiples communautés religieuses, et c'est elle seule, vraie éducatrice, qui a la compétence et la lumière pour donner une solide éducation aux enfants. Cessons d'écouter les vieux (vieux comme le monde) radotages du serpent, repris dans le Rapport Proulx, qui veut nous forcer à chasser Dieu, la Voie, la Vérité, la Vie, de l'école et de notre société. Que saint Michel nous défende !

Thérèse Tardif

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut