EnglishEspañolPolskie

La vérité sur les pensionnats amérindiens du gouvernement canadien

le dimanche, 01 août 2021. Dans L'Église et les Amérindiens

Au début de juin 2021, une bombe éclatait dans les médias canadiens : la découverte de sépultures anonymes de 215 enfants sur le terrain d'un ancien pensionnat amérindien, à Kamloops, en Colombie-Britannique. Immédiatement, les médias se sont mis en chœur à accuser l'Église catholique, qui était responsable de ce pensionnat à l'époque, d'avoir maltraité les enfants autochtones. Le 4 juin, le premier ministre canadien Justin Trudeau en remet, déclarant : « En tant que catholique (pro-avortement, ce qui n'est pas très catholique...), je suis profondément déçu par l'attitude de l'Église catholique », et il exige des excuses, non seulement du clergé, des évêques, des communautés religieuses, mais aussi du pape François lui-même… Trois semaines plus tard, autre bombe : on annonce que 750 tombes anonymes ont été découvertes lors de fouilles sur le site d'un ancien pensionnat autochtone de Marieval, en Saskatchewan.

Les esprits s'enflamment sur les réseaux sociaux, on va même jusqu'à incendier des églises. Il semble de bon ton de nos jours de casser du sucre sur le dos de l'Église, mais le problème dans tout cela, c'est que l'on ne mentionne pas que le grand responsable de cette situation, c'est le gouvernement canadien lui-même, qui a créé ces écoles et les conditions difficiles que les enfants autochtones ont dû subir depuis les années 1880 jusqu'à il y a quelques années, et que c'est lui, le gouvernement, qui devrait offrir ses excuses, au lieu de prendre comme bouc émissaire les communautés religieuses et l'Église catholique.

Un site internet, intitulé « La vérité sur les pensionnats amérindiens du gouvernement canadien », régulièrement mis à jour, fait la lumière sur ce qui s'est vraiment passé dans ces écoles, et démontre que la vérité est tout autre que ce que rapporte les médias d'information. Nous invitons fortement tous ceux qui veulent connaître la vérité sur ces pensionnats autochtones à consulter ce site. On y apprend, entre autres, que des épidémies de tuberculose ont causé la mort de nombreux enfants dans les années 1910-1920 à cause de négligences financières et médicales fédérales dans des écoles résidentielles financées par l'État dans l'Ouest canadien. Ensuite, le gouvernement fédéral a refusé de payer pour le transport des corps d'enfants vers leurs localités d'origine, les coûts du transport étaient trop élevés. L'Église catholique n'est pas en cause dans le décès des jeunes amérindiens, comme l'allègue Justin Trudeau.

Les circonstances historiques sont décrites en détail dans un rapport de 1907 de l'Inspecteur médical du ministère canadien de l'Intérieur et des Affaires indiennes, le Dr. Peter H. Bryce, qui avait la responsabilité de tenir les dossiers de santé des amérindiens du Canada. Il a écrit un livre en 1922 intitulé The Story of a National Crime (L'histoire d'un crime national) pour faire connaître la grande négligence financière et médicale fédérale dans cette affaire. Dans ce livre, le Dr. Bryce explique comment ses mises en garde concernant les épidémies de tuberculose au sein des pensionnats amérindiens ont non seulement été ignorées, mais également cachées, par le gouvernement fédéral, et comment il a fini par être assujetti à la retraite forcée.

Pour que justice soit faite envers les peuples autochtones (ainsi qu'à l'Église catholique), il est important de découvrir la vérité et rétablir les faits. Pour cela, il faut visiter et faire connaître le site http://www.veritepensionnats.ca/index.html

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut