EnglishEspañolPolskie

Et Satan règne...

Par Gilberte Côté-Mercier le jeudi, 15 février 1940. Dans Réflexions

Dieu dit aux anges :

— "M’aimez-vous ?"

— Oui, Seigneur, je vous aime, répond chacun des anges.

— C’est moi qui suis la Vérité. Je suis l’Amour. Je suis la Vie.

— Je le sais, Seigneur, répondent les anges.

— Parce que je suis la Vie, je suis infiniment heureux.

— Je le sais, Seigneur, disent les anges.

— Je vous ai donné à chacun une part de ma vie. Cette part de vie que vous avez en vous vous rend très heureux.

— En effet, mon bonheur est très grand, Seigneur, parce que je vis d’une vie très parfaite, dit chacun des anges.

— Cette vie, vous la tenez de moi, mais elle est à vous. Je vous l’ai donnée sans que vous me la demandiez.

— Je le sais, Seigneur.

— C’est une vie parfaite que vous possédez. Mais la mienne est plus parfaite encore. Elle est infinie. Je vous aime tellement que je voudrais que vous viviez de ma vie divine infinie. Mais celle-là, je ne peux pas vous la donner sans que vous la désiriez avec votre volonté à vous, car elle est toute faite de liberté cette vie-là. C’est avec votre volonté libre que vous pouvez l’appeler. Il suffit que par votre volonté vous acceptiez de vivre de la vie d’un autre, de ma Vie à moi.

— Non, dit Lucifer, mon intelligence a tellement de lumière qu’elle peut se faire à elle-même son propre bonheur, et je puis dominer le monde des choses...

— Oui, Lucifer, tu peux dominer le monde des choses, car je te l’ai permis en te donnant ta nature d’ange.

— Je peux aussi dominer le monde des esprits, continue Lucifer.

— Tous les esprits sont libres, Lucifer. Je les appelle tous à la participation à ma vie divine, comme je t’ai appelé toi-même. Les uns refusent... Regarde tous ces anges qui font comme toi, qui cherchent en eux-mêmes le bonheur qu’ils savent ne pouvoir trouver qu’en moi. Mais, il y en a d’autres. Vois Michel. Il s’empresse de s’oublier, de se fondre en moi par l’amour. Il y vit par amour la vie divine que je vis par nature.

— C’est bon, Michel et les autres, je renonce à les dominer, puisqu’ils ne changeront pas leur décision. Mais je diminuerai votre royaume, Dieu, car il y a l’homme. À celui-là, je peux mentir. Et il me croira parce que son intelligence n’est pas comme les nôtres, elle n’a pas autant de lumière. Il me croira. Il préférera vivre de sa vie à lui, plutôt que de vivre de la vie d’un autre, fût-elle la vôtre, Dieu usurpateur, que je hais... Oui, je vais mentir parce que je hais. Le mensonge et la haine, voilà mes armes à moi. Je serai roi des enfers. Je régnerai sur les esprits qui refusent l’Amour, mais je régnerai.

***

ET SATAN RÈGNE...

Le Christ est venu pour nous sauver de lui. Mais, il y a l’humanité faite d’hommes libres.

Pour Satan ou pour Dieu ? Choisis, ô homme ! Il y a deux armées, rien que deux. L’Amour ou la haine ? La Vérité ou le mensonge ? La Justice ou le vol ?

Bon, tu choisis l’Amour, la Vérité et la Justice. Très bien, tu peux entrer dans l’armée du Christ. Mais souviens-toi que c’est une armée où l’on se bat. L’on se bat contre un ennemi, l’armée de Satan. On se bat, c’est-à-dire on lutte continuellement.

Et il ne faut pas composer avec l’ennemi. D’ailleurs, c’est impossible puisque nos armes ne sont pas les mêmes. L’Amour mêlé à de la haine n’est plus de l’Amour. Un peu de Vérité et un peu de mensonge, c’est de l’hypocrisie, ça sert à Satan. Et on ne peut pas d’une main donner à chacun son dû et le lui enlever de l’autre main si on veut que la Justice signifie quelque chose.

Soldat du Christ, méfie-toi de tes confrères qui composent avec l’ennemi.

Gilberte Côté

15 fév 1940 p2 1940_02_No8_P_002.doc

 

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut