EnglishEspañolPolskie

Le Mouvement Crédiste dans la Province de Québec

le dimanche, 01 janvier 1939. Dans Cahiers du Crédit Social

Le 29 mai dernier, le premier grand congrès des créditistes de la province de Québec ralliait non seulement des adhérents de Hull au bas du golfe, mais aussi des représentants des provinces voisines, surtout de l'Ontario. On y vota à l'unanimité la fondation d'une Association des Créditistes de l'Est pour coordonner le travail des cinq provinces de l'est du Canada et collaborer avec l'Association des Créditistes de l'Ouest. Cette association n'absorbe pas la ligue provinciale, mais les membres de la Ligue ont le privilège de faire partie, ipso facto, s'ils le désirent, de l'association interprovinciale.

La ligue renouvela, au congrès de St-Hyacinthe, son panneau d'officiers pour l'exercice 1938-1939. M. Louis Dugal, avocat, fut réélu président. Les vice-présidents sont : MM. D.-Napoléon Vézina et P.-O. Dubé, de Québec ; Mlle Gilberte Coté, et M. R. Zanettin, de Montréal ; M. Armand Turpin, de Hull. Les présidents de district, à mesure que les cadres s'organisent, deviennent automatiquement vice-présidents de la ligue. M. Louis Even fut confirmé dans sa charge de secrétaire.

Le 14 août, l'Association des Créditistes de l'Est tenait sa première assemblée plénière pour recevoir le rapport du secrétaire pro tempore, adopter une constitution et élire un bureau de direction. Le bureau de direction se compose de vingt et un membres : huit d'Ontario, huit de la province de Québec, deux de la Nouvelle-Écosse, deux du Nouveau-Brunswick et un de l'Ile du Prince-Édouard. L'exécutif, choisi parmi les directeurs, comprend : un président (Louis Even) ; un vice-président (le major MacCorkingdale, de Toronto) ; un secrétaire (Louis Dugal) et un trésorier (Alvarez Pereira, d'Ottawa). Les directeurs ont depuis tenu une réunion à Montréal le 9 octobre ; la prochaine aura lieu à Ottawa le 28 janvier.

Grande campagne d'organisation

L'organisation dans les diverses provinces est laissée aux organismes provinciaux là où ils sont établis. La Province de Québec, dont la ligue n'est plus dans les langes, devait se distinguer. Bornons-nous à parler d'elle aujourd'hui, remettant au prochain numéro les rapports des autres provinces.

Le Crédit Social est sorti du domaine de simple idée, il est devenu un mouvement. Il faut un mouvement pour passer de la puissance à l'acte, de l'idéal à la réalisation, de la théorie à la pratique. Nous en sommes donc au mouvement, et au mouvement organisé.

La Ligue du Crédit Social s'est rendu compte que pour organiser, il faut sortir, il faut se transporter sur les lieux ; et c'est pour cela qu'elle a demandé à son président, Louis Dugal, et à son secrétaire, Louis Even, de quitter l'un son bureau, l'autre son atelier, pour entreprendre l'organisation "dans le champ."

Un bref compte-rendu de ce qui s'est fait depuis le lancement de cette campagne, le 4 septembre dernier, fera mieux comprendre la manière dont les organisateurs procèdent et quelle structure ils édifient.

Comités

Afin de poursuivre leur campagne avec le minimum de dépenses, les deux organisateurs entreprennent d'abord les localités où ils savent avoir des créditistes convaincus qui sauront contribuer pour leur part au succès, en fournissant le vivre et le couvert et en s'occupant de retenir les salles et d'annoncer les assemblées. Les premiers jours furent ainsi consacrés à fonder ou développer des groupes sur la côte de Beaupré. Puis on entreprit le comté de Portneuf.

Il fut jugé plus effectif de procéder par régions, établissant un réseau de groupes assez rapprochés pour se sentir les coudes, que de parsemer des fondations trop éloignées les unes des autres, affaiblies par le poids de leur isolement. Le fait de prendre comme unité géographique le comté fédéral n'implique nullement que les créditistes forment un parti politique. Nous déclarons hautement qu'il existe une différence bien marquée entre un parti politique et le mouvement créditiste tel qu'il existe aujourd'hui dans notre province. Le parti politique groupe un petit nombre de politiciens pour faire pression sur l'électorat ; nous organisons l'électorat pour faire pression sur les politiciens, quels qu'ils soient. Nous croyons que, s'il est permis de se diviser pour choisir les représentants du peuple, il n'est nullement besoin de se diviser pour leur dire ce que nous voulons tous. Le crédit social réclame une chose que tout le monde veut ─ faisons l'unité pour exprimer aux élus (rouges, bleus ou indépendants) cette volonté unanime du peuple.

Pourquoi alors y aller par comté fédéral ? Parce que la législation bancaire et monétaire est du ressort du fédéral, et la pression populaire doit s'exercer sur les députés fédéraux pour les décider à changer la législation vicieuse actuelle et la remplacer par une législation en vue du bien commun. Lorsque la majorité des électeurs, dans les comtés respectifs, s'exprimera clairement et collectivement à ses députés, ils devront ou accomplir cette volonté ou se résoudre à rester chez eux aux prochaines élections. Dans un régime démocratique, c'est au peuple qu'il appartient de dire quels résultats il veut, aux députés de transmettre cette volonté ; au gouvernement de donner les ordres nécessaires pour la faire exécuter, pour obtenir les résultats. Il y a assez longtemps que les puissances d'argent font exécuter LEUR volonté et que nos gouvernants se donnent comme mission de nous la faire accepter. On peut bien tourner en dérision pareille caricature de démocratie : c'est l'envers de la vraie.

MM. Dugal et Even tinrent donc des assemblées publiques dans huit paroisses du comté de Portneuf, expliquant le Crédit Social et invitant les auditeurs à former, dans chaque paroisse, un comité local pour continuer l'étude, la propagande et l'enrôlement de l'opinion publique. Neuf comités furent ainsi laissés dans ce comté après une tournée d'une semaine. Chaque comité s'élit un président et un secrétaire-trésorier, quitte plus tard, s'il le désire, à nommer d'autres officiers.

Conseils de comté

Lorsqu’un comté possède son réseau de comités, les présidents et secrétaires des comités forment automatiquement le conseil de comté et choisissent l'un d'entre eux pour servir de lien d'organisation entre les différents comités.

Les membres des comités sont membres de la Ligue du Crédit Social de la Province de Québec. Ils reçoivent leur carte de membre dès qu'ils sont dûment enrôlés et qu'ils ont versé leur contribution annuelle d'un dollar. La Ligue a placé le montant de cette contribution au minimum, parce qu'elle s'adresse à la multitude et que la multitude est pauvre. C'est par le groupement de ces dollars qu'elle finance sa propagande et son organisation. Ceux qui ne peuvent payer immédiatement sont invités à s'enrôler quand même et à s'acquitter plus tard de leur contribution, en un ou plusieurs versements, entre les mains du secrétaire-trésorier local. Il n'est pas un homme convaincu de l'efficacité et de la possibilité du Crédit Social qui ne puisse trouver deux sous par semaine ou dix sous par mois pour gagner sa libération économique et celle de sa famille et de son pays.

À ces contributions régulières des membres, qu'on ajoute les donations, très appréciées, de quelques bienfaiteurs dont la Ligue conserve les noms dans son Livre d'Or, et l'on aura toute la provenance des fonds de l'organisation. Rien à cacher. Quant aux malades mentaux qui s'obstinent à nous lier à Moscou, à des mouvements louches étrangers, ou simplement aux trusts parfois stratégiquement généreux de chez nous, ils restent libres de continuer de jouer avec leurs cauchemars.

L'objectif des ligueurs est d'augmenter les effectifs de la Ligue en grossissant le comité local. Que chacun en gagne seulement un autre par mois et l'on conçoit quelle formidable armée la Ligue représenterait dans un an. Des circulaires périodiques, adressées par l'exécutif de la Ligue aux présidents et secrétaires de tous les comités organisés leur rappellerait cet objectif, en même temps qu'elles leur passent instructions et informations. Sur réception de chaque circulaire, le secrétaire a comme devoir de convoquer une réunion plénière du comité et d'en faire lecture aux membres. C'est une bonne pratique d'inviter le public à assister à ces réunions, surtout si l'on en profite pour exposer quelques points du Crédit Social.

Quant au conseil de comté, son rôle est de voir à la fondation de nouveaux comités dans les paroisses qui n'en ont pas encore. Une délégation d'un comité voisin peut très facilement s'en charger. Ainsi se parachèvera d'ici quelques mois l'organisation de toutes les paroisses et mêmes des "rangs" importants du comté.

Pour fins d'organisation, la province est divisée en sept districts : Chicoutimi, Rismouski, Québec, Trois-Rivières, Montréal, Sherbrooke et Hull.

Déjà des exécutifs de district ont ouvert eux-mêmes des comités dans les comtés formant leur juridiction, ce qui amplifie le travail des deux principaux organisateurs. Soulignons spécialement les activités de Québec, Chicoutimi, Montréal et Hull dans ce genre de travail.

Résultats obtenus

Depuis le 4 septembre, les deux missionnaires du Crédit Social ont dû parcourir 8,500 milles, parce qu'ils ont commencé par les comtés ruraux en prévision de la fermeture des routes à l'hiver. Cette randonnée les a conduits à travers douze comtés de la province et deux comtés canadiens-français du Nouveau-Brunswick. Sept comtés possèdent une organisation avancée avec conseil de comté : ce sont Québec-Montmorency ; Portneuf, Montmagny-L'Islet, la Beauce, Dorchester, Chicoutimi et le Lac Saint-Jean. Le travail est amorcé dans d'autres : Témiscouata, Kamouraska, Bellechasse, Lotbinière, Richmond-Wolfe, Drummond-Arthabaska, Mégantic.

Comités d'organisation établis au cours des quatre derniers mois :. COMTE DE CHICOUTIMI - Rang St-Pierre de Chicoutimi Ouest, Rang St-Jean. Baptiste, St-Honoré, Ste-Anne de Chicoutimi, Laterrière, Kénogami, Grande-Bnie,

Chicoutimi ville (3 comités dans le quartier Est), Port-Alfred. :'LAC SAINT-JEAN me Albanel, Chambord, Dolbeau, Hébertville Station, Lac Bouchette, La Dorée, Normandin, Roberval, St-Félicien, St-Joseph d'Alma, St-Jérôme, St-Méthode. PORTNEUF - Cap-Santé, St-Basile, St-Casimir, St-Raymond, St-Ubald, Donnaconna, St-Marc des Carrières, Neuville, St-Augustin. DORCHESTER - Ste-Claire, St-Prosper, Ste-Aurélie, St-Bernard, Ste-Hénédine, Honlleir, St-Anselme, St-Malachie. BEAUCE - Beauceville, St-Georges de Beauce, St-Vietor, St-Benoît, St-Frédéric St-Joseph de Beance. MONTMAGNY-L'ISLET -- Montnagny, St-Cyrille, St-Pamphile, St-Adalart. ii QUEBEC-MONTMORENCY (et Ouest de Charlevoix-Saguenay) = Loretteville, L'Ange-Gardien, Chateau-Richer, Ste-Anne-de-Beaupré, Beaupré, Sarite-des-Capg. i St-Ferréol.

LOTBINIERE – Ste-Croix, Leclercville, St-Narcisse, St-Flavien Joly. : REGION DE HULL - Hull, Pointe-Gatineau, Gatineau Milla, Ste-Rose de Lima, Angers, Buckingham, Plaisance, Papineauville, St-Andre Avellin. Montebello Ripon, Plantagenet, Alfred. :"AUTRES Trois-Rivières, Plessisville, Warwick, St-Cyrille de Wendover, Asbestos, : Tingwick, Wóttonville, Mont-Carmel, (Kamout), : St-Pascal, St-Pacôme, Ste-Rose du-Dégelé, St-Antonin, St-Gervais de Bellechasse, St-Denis sur Richelieu, La Présentation, St-Thomas d'Aquin, St-Dominique, Ste-Rosalie, St-Jude, etc., etc.

La liste ci-dessus n'est pas tout à fait complète ; il y manque, par exemple l'Ile de Montréal. Nous avions d'abord l'intention de publier les noms des présidents et secrétaires des divers comités. Des raisons d'ordre administratif s'y opposent, pour le moment du moins. Nous tenons tout de même de féliciter ces citoyens qui, pour répondre à la confiance de leurs co-paroissiens, savent endosser quelques charges sans rémunération lorsque le bien commun exige une action organisée.

La poussée en Nouveau-Brunswick fut faite à la demande de M. l'abbé Lévesque, curé de Drummond, qui voulait voir l'organisation lancée par des Canadiens- Français dans cette région de langue française. Les groupes de Grand Falls, St André, Drummond, St-Quentin, furent ou fondés ou consolidés. Le premier dimanche d'octobre, un ralliement régional groupait trois mille personnes sur le terrain de l'église du petit village de Drummond ; ils affluaient jusque de cinquante milles à la ronde.

Le 20 novembre, les créditistes de la région de Québec tenaient un ralliement dans la vieille capitale. Étaient représentés les comités organises : dans les neuf comtés du district. Les rapports soumis à cette occasion dénotent l'esprit militant qui anime les groupes. Militant ─ car c'est une guerre que le peuple entreprend contre la clique peu nombreuse, mais puissante et bien financée, qui l'exploite. Pour mener cette guerre à bonne fin, la Ligue a besoin de soldats, de régiments, de munitions ; les soldats, ce sont les ligueurs ; les régiments, les comités ; les munitions, les fonds nécessaires.

Le ralliement de Québec fut un succès et déjà les effets s'en font sentir dans la région : les récentes assemblées de St-Basile et St-Raymond dans Portneuf, de St-Flavien dans Lotbinière, en témoignent ostensiblement. L'organisateur du district de Québec est M. Alfred Parent, Apt. 22, 185 St Jean, Québec. Pour toute organisation dans les comtés régionaux, on est prié de communiquer avec lui.

Le travail de janvier, consacré aux comtés de Labelle, Wright, Hull et aux deux comtés canadiens-français de Russell et Prescott en Ontario, se couronnera par un grand ralliement régional à Hull le dimanche 29 janvier.

Dans notre numéro de février, nous publierons quelques extraits de rapports et de correspondance qui prouvent bien que nos créditistes ont envie de faire quelque chose. Servons seulement celui-ci aujourd'hui, il est bref mais inspirateur :

PARTIE OUEST DE NEUVILLE (Co. Portneuf) Sur un nombre "contacté" de 140 personnes,

Pour........................................... 55.

Neutres.......... ............... 9

Indifférents...................... 16

À revoir sous peu........... 60

Total: 140

VILLAGE................ Pour .............15

 

PARTIE EST DE NEUVILLE Pour .............. 10

Le travail va se continuer avec ardeur.

Nous ne pouvons qu'encourager ce travail de contacts personnels : c'est aux comités locaux qu'il appartient de porter le message dans toutes les maisons de leur localité.

N.B. ─ Les amis de la cause qui désirent la visite des organisateurs de la Ligue pour une assemblée publique et la fondation d'un comité dans leur localité sont priés de communiquer le plus tôt possible avec "Ligue du Crédit Social, Chambre 204, 28 ouest St-Jacques, Montréal. Qu'ils fournissent des renseignements sur la possibilité d'avoir une salle publique sans frais pour la Ligue, le genre d'annonce envisagé, l'assurance pour les deux organisateurs d'être logés et nourris pendant leurs séjour dans la place, l'époque considérée préférable pour l'organisation. La compilation et la classification de ces demandes facilitera l'élaboration des plans d'action future.

Louis Even, Gardenvale, P.Q.

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut