EnglishEspañolPolskie

Les "Clairons" nous écrivent !

le mardi, 01 juin 1937. Dans Cahiers du Crédit Social

Les témoignages qui suivent et beaucoup d'autres nous montrent bien que ceux qui ont compris la doctrine monétaire du Crédit Social savent l'apprécier, et de la belle manière. Ces collaborateurs — la remarque vaut d'être faite — se recrutent dans toutes les classes de la société.

Il y a aussi des silencieux, qui, sans joindre les rangs des Clairons, ou sans s'afficher comme membres de cercles, font une œuvre efficace. Nous pourrions citer un homme qui nous a envoyé plus de quarante abonnements, tous de sa ville et pas une des grandes villes de la province. Un autre, d'un centre français de l'Ontario, ne passe pas une semaine sans nous abonner deux ou trois nouveaux lecteurs.

Trop de Créditistes, malheureusement se contentent de désirer des résultats, aspirent au triomphe de l'idée, mais en se fiant au travail des autres. Ont-ils réellement pris pour mot d'ordre "Let John do it !" — ou bien est-ce simple négligence, oubli, délai. Nous voulons croire qu'un surcroît d'occupations les a fait remettre d'abord, oublier ensuite, et qu'ils vont eux aussi apporter leur concours. L'objectif peut paraître ambitieux — 1000 clairons. Il faut une phalange pareille pour une campagne effective. Et nous ne désespérons pas d'y arriver même s'il faut plus de temps qu'on le souhaiterait.

Cher ami,

Ton plan est merveilleux. La circulaire qui le présente ressemble à une police d'assurance ; mais c'est la meilleure des polices, car elle rapportera beaucoup.

D. R., instituteur, Montréal

∗ ∗

Cher Monsieur,

Veuillez trouver ci-inclus un bon de poste au montant de 3 dollars et inscrivez-moi au nombre de vos clairons.

Je suis heureux de pouvoir participer à votre belle œuvre qui devrait devenir le “Grand Œuvre" de notre temps.

Si en nous aidant mutuellement, nous ne sortons pas de l'ornière, nous serons autorisés à croire que nous avons été maudits par le Créateur. Travaillons et espérons !

Bien à vous,

Henri D., Outremont

∗ ∗

Bien cher Monsieur Grenier,

Je vous envoie une piastre pour la propagande des Cahiers'du Crédit Social.

Espérons que le peuple comprendra qu'il est exploité. Je souhaite grands succès à cette campagne,

Abbé L.,

Séminaire de...

∗ ∗

Cher Monsieur,

Comme membre de la Ligue du Crédit Social du District de Sherbrooke et aussi comme abonné aux Cahiers du Crédit Social, il me fait plaisir de vous envoyer une modeste contribution d'un dollar pour le mois d'avril, et je m'engage, quoique n'étant que simple journalier à deux dollars par jour, à contribuer d'un dollar par mois, pour six mois, à compter du premier avril.

Jean-Charles V.

[Nous saluons spécialement le véritable héroïsme de ce journalier de Sherbrooke. Avec des Créditistes de cette trempe, on ferait vite disparaître le système qui, en notre siècle d'abondance, rationne des travailleurs, même des soutiens de famille, à $12 par semaine !]

* * *

Cher Monsieur,

Veuillez trouver ci-inclus l'humble contribution d'un enthousiaste Clairon. Vous souhaitant tout le succès que mérite votre belle œuvre.

Votre tout sympathique,

Docteur P. E. L., Montréal

* * *

Cher Monsieur,

Ci-inclus un chèque au montant de $10.00 pour 10 mois. Mes occupations ne me permettent pas de suivre les cercles d'études assidûment, mais je lis les Cahiers. C'est la première chose que je lis dès qu'ils arrivent. Il reste bien des points noirs, mais qu'importe, sur l'horizon sombre c'est au moins une lumière d'espoir qui se lève. Je souhaite qu'elle brille bientôt comme un soleil et réchauffe notre société morbide. Tout le sang est à la tête, et n'arrive plus aux mains, nos ouvriers se meurent de découragement et d'exaspération : Courage ! En haut et En avant ! En Notre-Seigneur !

E. V. L., ptre, curé, Qébec.


Bibliothèque du Crédit Social

La Monnaie et ses Mystères, traduit de I. A. Caldwell, relié................... $1.00

(ajouter 10 sous pour frais de poste)

Propositions du Crédit Social, traduit de J. Crate Larkin, brochure......... $0.25

(ajouter 3 sous pour frais de poste)

Crédit Social et Catholicisme, par le Rév. Père Lévesque, o.p................ $0.10

Social Credit and Catholicism, by Rev. Father Lévesque, o.p................. $0.10

La Crise et son remède, le Crédit Social, par Armand Turpin................. $0.10

H. GEORGES GRENIER

1368 Notre-Dame

Trois-Rivières, P.Q.

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut