EnglishEspañolPolskie

Le Revenu Familial

Louis Even le mercredi, 01 février 1939. Dans Cahiers du Crédit Social

Nul ne conteste que la famille est la base de la société ; c'est la cellule constituante de la société. Tout ce qui porte atteinte à la famille attaque la société elle-même. C'est la famille qui perpétue la société.

Une organisation sociale saine doit donc favoriser la famille, favoriser d'abord le mariage qui est à l'origine de la famille, puis favoriser le peuplement du foyer.

Notre organisation sociale fait-elle cela ? Nous n'avons pas la prétention de l'analyser dans toutes ses parties. Plus modeste, nous nous contentons d'examiner le fonctionnement de cette chose qu'on appelle la monnaie, plus communément l'argent. Et comme, après tout, ce n'est qu'une chose, une institution des hommes, nous osons affirmer qu'elle doit être au service des êtres humains, au service de la famille où naissent et se développent les êtres humains. Alors précisons notre question : dans notre organisation sociale, l'argent est-il au service de la famille ?

Il est coutumier chez les politiciens, depuis quelques années surtout, probablement depuis qu'ils ne savent que faire de la multitude des chômeurs, depuis qu'ils n'ont rien à offrir aux 300,000 jeunes Canadiens qui s'en vont les bras ballants et les enthousiasmes rabattus depuis leur sortie de l'école, il est coutumier de rouler des périodes ronflantes sur la valeur du capital humain, sur la protection du plus bel actif de la société. Voyons un peu le cas qui en est fait.

Le capital humain ne se trouve ni dans un portefeuille, ni dans une étable, mais bien dans les maisons, petites ou grandes, pauvres ou riches, vieilles ou neuves, serrées ou isolées, grouillantes ou presque silencieuses. Plus dans les unes, moins dans les autres. Pour juger du cas que l'on fait du capital humain, du degré de valeur que lui accorde notre organisation sociale, nous pourrions d'abord demander si le mariage est facilité, s'il est financièrement abordable à tous ; mais contentons-nous de comparer les conditions généralement faites à deux familles, l'une forte, l'autre faible en capital humain.

Voici donc deux familles : l'une de trois personnes, l'autre de dix. Dans laquelle des deux la femme a-t-elle plus d'ouvrage ? Laquelle des deux mères a le plus besoin d'aide, aide humaine, mécanique ou électrique ? Laquelle des deux réclame plus de repos ? Et maintenant, laquelle des deux a le plus de chance de pouvoir payer une servante ou des appareils électriques ? Laquelle peut compter prendre quelques jours de vacances pour se distraire et se remettre de ses fatigues ? Ceux qui n'y sont pas habitués feront bien de se rappeler que, pour chausser, habiller et nourrir dix personnes, il faut dix fois plus que pour une seule, et que la facture pour l'instruction et les soins médicaux varie proportionnellement à la population du foyer. Que va-t-il rester d'un revenu qui, lui, ne varie pas selon ce facteur, après que les besoins les plus pressants seront satisfaits ? La société a-t-elle d'autre récompense à offrir à l'éleveuse de capital humain que de vaines paroles et l'emprisonnement dans les quatre murs d'une maison ? À noter encore que ces murs et cette maison ont moins de chance d'être gais dans le degré où pullule le capital humain.

Dans laquelle des deux familles les enfants devraient-ils recevoir la meilleure instruction pour nourrir quelque espoir d'améliorer la situation familiale ? Or laquelle des deux familles peut plus facilement faire donner une instruction supérieure à ses enfants ─ celle de l'enfant unique ou celle de huit enfants ?

Laquelle des deux réserves de capital humain devrait loger dans la maison la plus spacieuse, la mieux éclairée, la mieux située, la plus hygiénique, la mieux meublée ? Et laquelle peut plus facilement choisir ce logis-là ?

Sortez des maisons où poussent des hommes et passez à ces autres constructions où l'on élève des animaux. Dix vaches dans une étable et trois dans l'autre : lequel des deux propriétaires semble le plus satisfait ? Il n'y a pas besoin de discours pour convaincre le premier qu'il possède plus d'actif que le second. S'il nous est permis, nous prierons poliment nos rhétoriciens d'élection de se taire sur le capital humain et d'exalter le capital bétail ─ ils seront plus sincères.

Mais, objectera-t-on, la situation relative des familles peut-elle être autrement ? Les dépenses sont nécessairement plus fortes dans une famille nombreuse ! Oui, mais pourquoi le revenu, le pouvoir d'achat n'y est-il pas proportionnellement plus élevé ?. Depuis combien de temps les sociologues ne réclament-ils pas un revenu familial proportionné ? Le fait qu'on ne l'a jamais eu ne veut pas dire qu'on ne devrait pas l'avoir.

Ceux qui s'obstinent à chercher une solution dans l'horizon restreint limité par l'argent rare et la monnaie-dette de notre système sémite continueront longtemps leurs propositions laborieuses, toutes destinées à enlever du pouvoir d'achat à une section de la population pour en ajouter à une autre, alors que le pouvoir d'achat global n'est que le quart de ce qu'il devrait être. C'est dans cet horizon restreint que s'échafaudent les utopies.

Ceux qui, au contraire, croient que l'immolation de l'humanité sur l'autel du banditisme organisé et légalisé a duré assez longtemps et qu'il est temps d'acclimater le système monétaire au régime d'abondance et de progrès, ceux-là tiennent en main la formule du revenu familial proportionné, comme ils tiennent en main la formule de la liberté personnelle fortifiée par la sécurité économique, la formule de la disparition du chômage et de l'avenir des jeunes, la formule du relèvement des asservis de la finance et de la politique : le dividende national à tous et à chacun pour supplémenter le pouvoir d'achats constitué par les salaires aux travailleurs.

Si, dans l'une et l'autre famille, le revenu apporté par le travail du père est le même ou à peu près le même, ce revenu est augmenté de trois dividendes dans la famille de trois, de dix dans la famille de dix. C'est mettre l'argent au service de trois personnes dans une famille où il y en a trois, de dix personnes dans une famille où il y en a dix, de onze millions d'être humains dans un Canada peuplé de onze millions d'âmes. Si l'argent n'est pas institué pour cela, qu'on ose au moins le proclamer. S'il existe une autre formule pour dompter l'argent, distribuer l'abondance et placer le capital humain au premier rang, qu'on se hâte de la présenter.

Louis Even

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut