EnglishEspañolPolskie

La civilisation de l'amour

le samedi, 01 octobre 2005. Dans Congrès et sessions

Notre congrès international 2005 nous a tous comblés de joie et d'espoir. Jamais congrès n'a donné autant d'espoir en un avenir meilleur pour les pays pauvres.

Comme l'an dernier, les cinq continents étaient représentés, et bien représentés par de hauts dignitaires de l'Église et des personnes sincères qui ont vraiment à cœur de venir au secours de leurs frères dans la misère.

De l'Afrique : Bénin, S. E. Mgr Marcel Agboton, archevêque de Cotonou ; l'abbé Pamphile Akplogan ; Ghana, M. Joseph Hooper, responsable des Pèlerins de saint Michel dans son pays depuis 1985, le plus grand distributeur de circulaires de Vers Demain du monde. Madagascar : S. E. Mgr Raymond Razakarivony, président de la Commission Episcopale Justice et Paix ; l'abbé Venance Jaozandry, président de Caritas-Madagascar ; M. Jean-Marie Rakotoarisoa, secrétaire de la Commission Episcopale Justice et Paix ; Dina Razafimahatratra, diplômée en économie.

De l'Asie : Philippines, le Père Norberto Eyule, représentant de S. E. Mgr Benjamin Almoneda ; le Père Philip Alex Alcantara, représentant de Mgr Antonio Palang ; M. Rudolfo Besinga, représentant de Mgr Antonio Tobias.

De l'Océanie : M. Henry Raynel et M. Guy Steward, de la Nouvelle-Zélande, de vrais créditistes du Major Douglas.

De l'Europe : France, Christian Burgaud, Pèlerin de saint Michel à plein temps ; Renaud Laillier, de Toulon ; Suisse, François de Siebenthal, économiste et Consul des Philippines ; Pologne : M. Janusz Lewicki, responsable avec Jacek Morawa du journal polonais « Michael » ; Père Josef Jakubiec, curé de la paroisse Ste-Famille, du diocèse de Cracovie ; Docteur Jan Wilk, président de l'Action Catholique du diocèse de Cracovie, qui détient un doctorat en mathématique, Père Boguslaw Jaworowski, exorciste et professeur au séminaire.

De l'Amérique : Équateur, M. et Mme Carlos Reyes ; Colombie, Mme Alba Salazar ; Mexique, Mlles Némiliz Gutiérrez et Paola Santamaria, Pèlerines de saint Michel à plein temps, Mme Maria de Jesus Arroyo, économiste, mère de Némiliz ; Mlle Karina Cruz Fernandez et M. Noé Amezcua.

Un grand nombre des États-Unis de plusieurs états. Canada, de la Nouvelle-Écosse Michael Arsenault ; de l'Alberta ; M. et Mme Lucien Parenteau ; et des Pèlerins de toutes les régions.

M. et Mme Carlos Reyes, travaillent à plein temps pour notre Œuvre en Équateur. Au congrès, M. Reyes a fait un vibrant appel à des apôtres, y mettant toute l'ardeur de son cœur de feu. Lisez ci-contre, des extraits de son allocution.

Thérèse Tardif

En Éthiopie, aux Iles Babuyan, en Afrique, les gens fouillent dans les déchets pour pouvoir récupérer quelque chose à manger. Sur notre planète, on estime que chaque jour 40,000 enfants meurent de faim ou de maladie non traitées par manque d'argent.

Nous avons besoin d'apôtres de feu, nous venons à la conclusion que non seulement, nous avons besoin de changer les structures de péché, comme notre bien-aimé Saint-Père Jean-Paul II l'a dit, mais nous devons changer les systèmes et changer aussi le cœur de l'homme. C'est possible avec la grâce de Dieu et l'aide de nos pasteurs, et par le moyen des assemblées avec les gens, faire du porte en porte, en prenant de l'abonnement aux journaux Vers Demain, « Michael » et San Miguel. en suivant le grand exemple des saints, comme saint Maximilien Kolbe qui voulait, comme M. Even, notre fondateur, bâtir le Royaume de l'Immaculée. Saint Maximilien avait 700 religieux à plein temps, pour prendre de l'abonnement à sa revue « Le Chevalier de l'Immaculée » Nous devons suivre aussi l'exemple de nos frères et sœurs, les Pèlerins de saint Michel, en d'autres mots, à travers l'évangélisation, nous pouvons planter la semence de l'enseignement social de l'Église, partout où nous sommes pour qu'un jour, pas très lointain, nous puissions récolter les fruits du Crédit Social, c'est-à-dire une société véritablement chrétienne, celle voulue par Dieu.

Pour le triomphe de l'Immaculée

Louis Even savait parfaitement tout cela, il a travaillé sans répit pour que la lumière du Crédit Social brille dans chaque foyer dans le monde. Son Œuvre continue à former des apôtres, et avec la grâce de Dieu, son œuvre produit des fruits. Aujourd'hui d'après ce que nous pouvons voir, à ce congrès, nous sommes déjà témoins d'une grande récolte de ces fruits. Nous vous remercions de nous avoir invités à participer à ce congrès, d'avoir le privilège de servir l'Œuvre et de travailler pour la justice, surtout pour tous nos frères qui sont dans le désespoir.

Il nous fait plaisir de remettre aux directeurs, par Mlle Tardif, le premier livre des deux premières années reliées du journal San Miguel.

Nous avons terminé un cours de 80 heures donné à une communauté de laïcs et de religieux qui avec des économistes professionnels et des ingénieurs vont appliquer les enseignements sociaux de l'Église par la philosophie du Crédit Social. Nous avons tenu des séminaires intenses de 20 heures sur la Doctrine sociale de l'Église, durant les fins de semaine avec des organisations de fidèles laïcs ; et nous avons distribué plus de 700,000 circulaires, cette année seulement. Avec l'espérance, la foi et la charité, dans les mois qui suivent, nous allons continuer à donner notre enseignement sur la Doctrine Sociale de l'Église avec le bureau de la Pastorale Sociale de l'archidiocèse de Quito. Mgr Vela, le Primat de l'Équateur, a nommé Mgr Jose Vicente Illiguren responsable des mouvements laïcs à Quito, que j'ai rencontré personnellement, pour commencer à mettre en application les principes du Crédit Social. Il y a un grand nombre d'évêques et de prêtres qui appuient notre Œuvre, et qui nous encouragent à continuer à répandre notre Œuvre afin d'atteindre les quatre coins du pays.

Le Ministre des finances de l'Équateur, le 5 août dernier, a donné sa démission. Quelques semaines auparavant, il s'était rendu à notre librairie à Quito, il avait demandé un livre sur la Doctrine sociale de l'Église, pour pouvoir l'appliquer. Dans cette librairie, travaille Alicia, qui fait partie presque à plein temps, des Pèlerins de saint Michel, en Équateur. Elle lui avait remis le livre de Louis Even : « La Fraude mondiale » en espagnol, qui comprend les 3 brochures de Louis Even : « L'Ile des Naufragés », « Qu'est-ce que le vrai Crédit Social », et « Une finance saine et efficace ». Le Ministre a lu cela et quelques jours après il a déclaré : « Nous ne devons pas payer la dette nationale, nous ne la devons pas ». Il a dû démissionner, il n'était pas d'accord avec le Fonds Monétaire International. Il n'était pas d'accord avec son propre Premier ministre qui marche avec le Fonds Monétaire International.

Nous enverrons un conteneur de circulaires au Paraguay. Avec la grâce de Dieu et votre aide, nous pourrons aller dans ce pays de 6 millions d'habitants. Un groupe du Vénézuéla nous a invités ; le Brésil nous attend, l'Espagne désire notre venue.

Ô, chers Pèlerins de saint Michel, créditistes, maintenant, nous comprenons tous que le Crédit Social peut être appliqué, que ce n'est pas une utopie, qu'une vraie civilisation chrétienne est possible, une civilisation d'amour où la fraternité est mise en pratique. Je demande à chaque créditiste, je vous demande de penser à la contribution que vous pouvez donner avec vos prières et votre action pour nous aider, vous ne le regretterez pas. Jésus va vous récompenser au centuple. Merci.

Carlos Armando Reyes

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut