EnglishEspañolPolskie

L’expérience albertaine de 1935

Alain Pilote le dimanche, 01 août 2021. Dans L'expérience albertaine Aberhart

par Alain Pilote

Certaines personnes ont pu penser — et d'autres le pensent peut-être encore malgré tout aujourd'hui, que faire la promotion d'un « parti du Crédit Social » est la meilleure façon de promouvoir le Crédit Social, mais C. H. Douglas et Louis Even pensaient exactement le contraire.

Comme le soulignaient Douglas et Louis Even, la création de « parti du Crédit Social » était même une nuisance, et ne faisait qu'empêcher la mise en place du Crédit Social véritable. Par exemple, dès que vous utilisez les mots « Crédit Social » pour nommer un parti politique, vous fermez simplement l'esprit des gens des autres partis pour même étudier le Crédit Social, puisqu'ils ne le considéreront que comme un autre parti à combattre.

La vraie démocratie signifie que des représentants élus sont envoyés au Parlement précisément pour représenter leurs électeurs et exprimer la volonté de leurs électeurs. Il ne s'agit donc pas de créer de nouveaux partis, et de diviser encore plus le peuple, mais d'unir le peuple autour d'objectifs communs, puis de faire pression sur le Gouvernement pour qu'il mette en œuvre ces objectifs. C'est cette méthode qui est préconisée par Vers Demain.

Dans un discours prononcé le 7 mars 1936, Douglas déclara que l'idée qu'un parti créditiste devrait exister (dans quelque pays que ce soit) était une « idée profondément fausse ». Il ajouta : « Si vous élisez un parti du Crédit Social, en supposant que vous en soyez capables, je puis vous dire que je considérerais l'élection d'un parti créditiste dans ce pays comme l'une des plus grandes catastrophes qui puisse arriver... Ce serait d'élire un ensemble d'amateurs pour diriger un ensemble de professionnels très compétents. Les professionnels, je peux vous le dire, verraient à ce que les amateurs soient blâmés pour tout ce qui a été fait. »

C'est précisément ce qui s'est passé dans la province canadienne de l'Alberta en 1935 et les années suivantes. Douglas a écrit en 1937 un livre très intéressant sur ce sujet, intitulé The Alberta Experiment (L'expérience albertaine), dont les informations suivantes sont tirées.

William Aberhart était à l'époque directeur d'une école secondaire de Calgary, et attirait un auditoire dans toute la province chaque dimanche avec son programme religieux à la radio. Il tomba sur un livre sur le Crédit Social et, tellement emballé par cette nouvelle lumière, il commença à utiliser son émission de radio pour prêcher « l'évangile » du Crédit Social. Des centaines de groupes d'étude apparurent bientôt à travers la province, et une majorité d'Albertains se déclaraient en faveur du Crédit social.

Le parti au pouvoir en Alberta à l'époque, les Fermiers unis, était également ouvert au Crédit social, mais disait qu'il ne pouvait être appliqué qu'à l'échelle nationale, à la grandeur du pays – le Canada – et non à l'échelle provinciale seulement.

Remarquez bien, tant que le mouvement d'Aberhart se limitait à l'éducation du peuple, tout allait bien, un peu comme le mouvement d'éducation lancé par Louis Even à peu près à la même époque au Québec, lui aussi ayant tombé sur un livre expliquant le Crédit Social de Douglas, et déclarant : « C'est une lumière sur mon chemin, il faut que tout le monde la connaisse. » Les choses se gâtèrent malheureusement en Alberta quand le mouvement d'éducation d'Aberhart se transforma en parti politique.

Aberhart n'était pas d'accord avec les Fermiers Unis (qui disaient que les principes du Crédit Social ne pouvaient être appliqués au niveau provincial), et décida de présenter des candidats du Crédit social aux élections provinciales de 1935, où il remporta 56 des 63 sièges de l'Assemblée législative provinciale.

Lors de l'élection de 1935, Aberhart, ne s'était même pas présenté comme candidat. Les élus, réclamant leur professeur, l'un d'eux démissionna pour lui faire place, et Aberhart dut prendre le poste de premier ministre, avec une caisse vide et des fonctionnaires qui attendaient leur paye. Sans parler des créanciers de la dette publique. Tous ces 56 députés « créditistes » étaient des novices en politique, et formaient, selon l'expression de Douglas, un « groupe d'amateurs » qui ne firent pas le poids face aux Financiers, tombant dans leur piège et commettant plusieurs erreurs qui auraient pu être évitées, s'ils avaient suivi les conseils de Douglas.

Par exemple, lorsqu'Aberhart prit le pouvoir, au lieu d'écouter les conseils de Douglas, il se rendit à Ottawa chercher une aide financière, et un conseiller économique, M. Robert Magor, lui fut confié. Ce M. Magor n'avait évidemment qu'un objectif en tête, discréditer le Crédit Social. Des mesures furent adoptées par le gouvernement albertain qui étaient tout le contraire du Crédit Social, ce que Douglas décrivit dans son livre de 1937 comme étant « une politique de capitulation devant la finance orthodoxe », ajoutant que « presque toutes les erreurs de stratégie qui pouvaient être commises en Alberta furent en effet commises. »

Il faut aussi mentionner qu'Aberhart, bien qu'assez sincère, avait en réalité peu de connaissance du Crédit Social, et n'en comprenait pas les bases techniques, ce qui le conduisit, dans un effort pour simplifier les idées de Douglas, à souvent les déformer. Au cours des années suivantes, quinze projets de loi sur le crédit social furent votés par le gouvernement de l'Alberta, mais les autorités supérieures opposèrent leur veto (soit rejetés par le gouvernement fédéral, soit déclarés inconstitutionnels par la Cour suprême).

Un des arguments du gouvernement canadien et de la Cour suprême était évidemment que l'argent et les opérations bancaires étaient de compétence fédérale, selon la Constitution canadienne, et que l'Alberta ne pouvait donc pas agir ainsi. Douglas expliqua à Aberhart que l'Alberta pouvait contourner cette difficulté en utilisant son propre crédit en établissant un système de crédit provincial, puisque la constitution canadienne de 1867 accorde aux provinces le droit de « faire des emprunts sur le seul crédit de la province », et comme l'explique Louis Even, l'argent est basé sur la production du pays, faite par la main-d'œuvre et les richesses naturelles, tous deux de juridiction provinciale, selon la même constitution. Comme Douglas l'écrivit dans The Social Crediter du 11 septembre 1948, « Lorsque M. Aberhart remporta sa première victoire électorale (en 1935), il ne fit que recruter une armée pour une guerre (contre le monopole du crédit). Cette guerre n'a jamais eu lieu. »

Aberhart avait appris de ses erreurs au cours de ses premières années de mandat et était prêt, après la Deuxième Guerre mondiale, à reprendre le combat, mais il décéda malheureusement en mai 1943 (dans des circonstances suspectes, plusieurs ont parlé d'un empoisonnement suite à un repas officiel).

Son successeur comme premier ministre de l'Alberta, Ernest Manning, fit rapidement comprendre qu'il n'était pas prêt à reprendre ce combat, et déclara finalement, en 1947, que son gouvernement ne ferait plus rien pour implanter le Crédit social en Alberta. (Pour la petite histoire, après s'être retiré de la politique, Ernest Manning est devenu directeur d'une banque et nommé sénateur par Pierre-Elliott Trudeau.)

Donc, ceux qui disent que « le crédit social est ce système de funny money (monnaie de singe) essayé en Alberta, où il a échoué », se trompent complètement. Le Crédit Social n'a pas échoué en Alberta, pour la simple raison qu'il n'a jamais été tenté : toutes les tentatives de mise en œuvre des politiques du Crédit Social ont été combattues et défaites par un pouvoir centralisé. Comme Douglas l'a dit, si le Crédit Social était absurde et sans valeur comme réponse efficace à la grande crise économique de l'époque, la meilleure façon de le démontrer aurait été de permettre au gouvernement de l'Alberta d'aller de l'avant avec une politique de Crédit Social. Les détenteurs du monopole du crédit craignaient qu'une application même partielle du Crédit Social ne se révèle si fructueuse qu'il fallait tout mettre en œuvre pour empêcher que cela se produise.

Nous limitant dans cet article à l'expérience de l'Alberta en 1935, nous ne parlerons pas du cas de Réal Caouette et de son « parti du Crédit Social » au Québec, mais la conclusion est la même, c'est un cul-de-sac. Le seul moyen efficace de faire appliquer les propositions du Crédit Social par les gouvernements n'est donc pas de promouvoir de nouveaux partis, surtout ceux appelés « crédit social », mais de faire connaître les principes du Crédit Social à la population, afin de créer une pression publique qui sera suffisamment forte pour amener le gouvernement – de n'importe quel parti – de notre pays à émettre sa propre monnaie, sans dette, et à mettre en œuvre les principes du vrai crédit social de Douglas… et ainsi combattre le faux « crédit social » de la Chine communiste. v

Alain Pilote

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut