EnglishEspañolPolskie

Expérience féconde avec un groupe de Mexicains

Renaud Laillier le vendredi, 01 octobre 2004. Dans Apostolat

Nous avons accueilli une vingtaine de Mexicains qui sont venus en stage à Rougemont pour connaître l'Œuvre de Vers Demain en profondeur, approfondir le Crédit Social et pour s'initier à la Croisade du Rosaire de porte en porte et devenir de fervents propagandistes du journal « San Miguel », le petit frère espagnol du Journal Vers Demain. M. Renaud Laillier, de France, qui possède l'espagnol, est venu un mois à Rougemont. Il a enseigné le Crédit Social aux Mexicains. Il nous raconte son expérience :

Lorsqu'en 1988, je trouvai un chiffon de papier, je ne m'imaginais nullement que c'était, en fait, une découverte majeure qui allait, un jour, me mener au Canada, moi, Français, pour faire partager à des Mexicains l'enseignement concret et resplendissant du Crédit Social.

Non loin de chez moi, à Toulon, je vis sur le trottoir, poussé par le vent, jauni et sali, un morceau de papier jaune. Je venais de découvrir le journal Vers Demain, organe du mouvement créditiste du Québec, Canada. Une chose m'intrigua et me motiva, il y avait sur ce même bout de papier des estampes religieuses de Saint Michel, de sainte Jeanne d'Arc, voisinant avec un article court de Louis Even « D'où vient le progrès ? À qui le progrès ? », article magistralement intéressant sur un sujet économique et social de première importance, parfaitement traité.

Sitôt rentré, je tapais l'article au propre. Comment ne pas être marqué durablement lorsque, sensibilisé par le projet créditiste, on en arrive à vivre une expérience, aussi féconde qu'inattendue de presque un mois à Rougemont d'échanges passionnants avec un groupe de Mexicains. Ce fut, en ce qui me concerne, une grâce inestimable et, je l'espère, l'ayant constaté, pour les Mexicains qui ont été attentifs à mes modestes efforts. Ils m'ont apporté à cette occasion, quelque chose d'irremplaçable par leur saine soif d'éclaircissements et de connaissances.

Tel est l'intérêt qu'ils manifestèrent à ce que j'ai pu, dans ce premier temps, leur apporter sur ce sujet crucial du Crédit Social, grâce à son ingénieur le Major Clifford Douglas et à son architecte Louis Even. Nous étions ainsi plongés, sans détour idéologique, au cour même, ici-bas, des problèmes de la condition humaine dans les trois domaines indissolublement liés et primordiaux : économique, financier et social. Les documents déjà traduits à ce jour en espagnol nous furent d'une grande utilité et efficacité.

Enfin, je voudrais rappeler ici avec l'expérience du Crédit Social faite avec les Mexicains à Rougemont, ce que j'ai découvert, c'est le rôle de la prière. La prière est conforme à l'enseignement de l'Église. Il en est ainsi à Rougemont où la prière occupe une place de premier choix parmi les activités laborieuses et domestiques qu'elle scande, y compris les activités extérieures. Depuis de longues décennies, les archives de Vers Demain sont riches en témoignages où les Pèlerins au béret blanc vont de porte en porte, prier, solliciter, écouter... prières, lectures assidues, aides diverses indispensables, formant de bons réseaux où plusieurs générations se côtoient et vibrent d'une belle harmonie.

Notre-Dame de la Guadeloupe

Ce qui m'a toujours beaucoup impressionné en la Mère de Dieu, c'est Notre-Dame de Guadaloupe. Elle n'est nullement étrangère à l'intérêt ancien que je porte à l'Amérique latine et au Mexique en particulier. C'est Elle la porteuse de l'identité mexicaine... Elle fédère, pour le bien de tous, une très grande diversité sociale créatrice et riche de plusieurs cultures. Vers Demain ne s'y est pas trompé en Lui ayant consacré à ce jour plusieurs numéros. Elle est un espoir et une force potentielle encore insoupçonnée et je crois que tous ceux qui La prient ne s'y trompent pas. Ils ont eu, ont et auront des grâces. Aussi je ne résiste pas à citer le poète mexicain catholique Alfonso Junco sur Notre-Dame de Guadeloupe :

"Les paroles célestes de la Dame résonnent comme un chant maternel sur le berceau du Mexique ; elles président à son fort développement durant l'époque des vice-rois ; elles prennent un ton grave dans sa virilité de l'indépendance, dominent les tristes bruits des révolutions et des persécutions ; elles parviennent magnifiques et invisibles au cœur du vingtième siècle. Aujourd'hui plus qu'hier, demain plus qu'aujourd'hui, elles constituent le mot d'ordre et la note caractéristique de la Patrie. Symbole du Mexique, substance du Mexique, telle nous apparaît la Vierge de Guadeloupe."

Et quand votre serviteur s'aperçut, il y a peu de temps, que son jour anniversaire qui est le 12 décembre est le jour de la fête de Notre-Dame de la Guadeloupe, quelle joie ! Jésus-Christ a dit : Pour qui sait voir, tout est signe.

Renaud Laillier

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut