EnglishEspañolPolskie

Accueil chaleureux en Gaspésie

le mercredi, 01 août 2001. Dans Apostolat

Du 31 mai, au 17 juin, j'ai eu l'insigne grâce de faire une magnifique tournée d'apostolat en Gaspésie avec Mme Simone Gingras et trois jeunes filles : Lucie Parenteau, Kateri Couture, et Francine Breton. Nous avons fait du porte en porte dans toutes les paroisses de la ville de Gaspé jusqu'à Cloridorme. Nous avons été accueillis chaleureusement dans le porte en porte. Les gens se rappelaient des Bérets Blancs, les apôtres de Vers Demain.

Plusieurs Gaspésiens venaient de familles nombreuses de 10, 13, 15, 20 enfants. Ils nous disaient qu'autrefois le chapelet quotidien se récitait dans tous les foyers. Nous avons prié dans 320 familles gaspésiennes et, en bien d'autres endroits, nous avons récité un Pater, un Ave et un Gloria. Une journée, à l'Anse-au-Griffon, Lucie Parenteau et Francine Breton ont récité 14 dizaines de chapelet dans 14 familles.

Dans les trois jours de porte en porte, à Petit-Cap, nous avons prié dans plusieurs familles et obtenu d'excellents résultats : Mme Simone Gingras et Kateri Couture, une journée, 27 abonnements ; moi-même, Yvette Poirier, une journée de 29 abonnements. Dans cette paroisse, Lucie Parenteau et Kateri Couture marchaient sur le trottoir après une journée de porte en porte. Deux garçons et cinq filles réunis sur une galerie, des jeunes entre 14 et 17 ans, ont crié aux deux adolescentes, coiffées du béret blanc : « Venez ici ! » Les deux jeunes apôtres sont allées. Elles leur ont fait signer la pétition contre les taxes et elles leur ont donné des circulaires de Vers Demain dont « L'île des Naufragés ». Tous ces jeunes gens se sont agenouillés sur la galerie pour réciter une dizaine de chapelet avec les deux Pèlerines. Les automobilistes et les voisins pouvaient s'édifier devant ce témoignage de foi de jeunes gens.

Voyant les deux Pèlerines de leur âge, modestement vêtues, la plus hardie a demandé poliment. : "Pourquoi êtes-vous habillées en robe ?" Lucie Parenteau a répondu : "Dans le Deutéronome, il est écrit :

« Une femme ne portera pas un habit d'homme et un homme ne portera pas un habít de femme, car quiconque fait cela est en abomination devant Yahweh. » (Deutéronome, XXIII, 5).

Internet, quel fléau !

Des Gaspésiens nous ont parlé contre la télévision. Ils ont montré à la télévision un spectacle de nudité qui s'est déroulé récemment à Montréal. Les gens en étaient indignés. Un Gaspésien a dit : "Un grand fléau de nos jours, c'est la télévision. Il m'arrive parfois de me fâcher en voyant des orgies à la télévision. Je ferme l'appareil et je sors dehors. Et un autre fléau, pas le moindre, de dire encore cet homme, c'est internet. Ici même dans une petite place comprenant seulement 75 familles, quatre familles viennent de se séparer à cause d'internet. Il y en a un qui est parti avec une Mexicaine."

On a profité de l'occasion pour encourager ce couple à sortir la télévision de leur maison et à ne jamais y laisser pénétrer internet. Que d'âmes s'en vont en enfer à cause de ces inventions diaboliques !

« Mort aux taxes »

Dans le porte en porte, les Gaspésiens signaient à deux mains nos pétitions réclamant l'abolition des taxes, l'écroulement du système bancaire et la création de l'argent par le gouvernement. Nous avons levé 1,884 signatures. On n'avait pas besoin de donner des explications aux Gaspésiens. Ils sont eux-mêmes victimes de ce système financier infernal.

Nous avons récité des milliers d'Ave Maria avec les familles gaspésiennes et recueilli en tout 639 abonnements au journal Vers Demain etc. Nous remercions les Gaspésiens pour leur accueil chaleureux, particulièrement les familles qui nous ont fourni gîtes et repas. Nous y retournerons au mois d'août.

Yvette Poirier

Pèlerine de saint Michel

Gaspésienne

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut