EnglishEspañolPolskie

Un régime de crève-faim et de terreur sévit en Haïti

Yvette Poirier le jeudi, 01 janvier 2004. Dans Crise financière

En Haïti, il y a une température propice à la culture, une mer tiède et poissonneuse. Les forêts fournissent du bois précieux : de l'acajou, du bois de campêche, du chêne. Le peuple haïtien vivait paisiblement à l'époque où il y avait des fermes familiales, des cultivateurs, des producteurs, des petites entreprises familiales, des usines du pays. Ils avaient une riche culture pour satisfaire leurs besoins : une abondance de fruits tropicaux, la pite qui fournit des fibres textiles pour l'artisanat, la canne à sucre, le coton, le tabac, le cacao et surtout le café.

Mais à partir de 1984, sous le régime de Jean-Claude Duvalier, la guerre a commencé contre l'entreprise privée, les producteurs du pays et de l'agriculture. On a commencé à donner des piqûres aux vaches pour qu'elles ne fournissent pas du lait. On a ensuite déclaré que les boeufs étaient empoisonnés. On a fait venir des Américains des États-Unis pour tuer les boeufs. Ensuite, on a déclaré que les porcs d'Haïti étaient atteints de la peste porcine. Pourtant les porcs étaient bien portants aux yeux des fermiers. On a confisqué les porcs de toutes les fermes familiales. Les gens n'avaient pas le droit de les tuer eux-mêmes et de les manger. Les animaux ont été tués et ensuite on les a brûlés. Les poules ont eu le même sort que le boeuf et le porc.

C'est ainsi qu'on a éliminé les producteurs du pays. S'il en reste encore un peu, le nombre est minime. Haïti importe de Saint-Domingue les cocos, les bananes, les citrons, les oranges, etc. ; des États-Unis, le poulet, le boeuf, le porc, etc. Il y a un mot d'ordre de donné aux commerçants d'Haïti de ne pas prendre la marchandise faite en Haïti.

Les habitants qui n'ont plus de moyens de survivre, quittent la campagne pour se réfugier à Port-au-Prince, en attendant d'avoir une occasion de quitter le pays. Haïti se vide et ceux qui restent au pays vivent dans la terreur.

Cahot économique en Haïti

Après le Président Jean Claude Duvalier, il y a eu plusieurs présidents provisoires. Finalement, Aristide, un prêtre défroqué qui s'est présenté comme le libérateur d'Haïti, a pris le pouvoir. Les gens l'ont considéré comme un « envoyé de Dieu ». Il a fait accroire au peuple qu'il les délivrerait du régime dictateur de Duvalier et qu'il y installerait une saine démocratie. Encore une fois, le peuple a été déçu par ce prétendu libérateur.

Actuellement, la valeur du dollar haïtien vacille selon les caprices des financiers et au détriment de la population. En octobre 2003, le dollar haïtien ne valait que 12.5% du dollar américain. Il fallait donc huit dollars haïtiens pour égaler le dollar américain. Un salaire de $250 haïtiens par semaine correspond à $31.25 américains.

On oblige Haïti à fixer le prix de la marchandise selon le prix de la marchandise aux États-Unis. Or, le coût de la vie en Haïti est très élevé en comparaison avec le montant d'argent qui y circule dans l'ensemble du pays et en comparaison avec le pouvoir d'achat que les citoyens ont entre leurs mains.

Citons l'exemple d'un salarié qui gagne $250 haïtiens par semaine. Pour subvenir aux besoins d'une famille de quatre enfants, ça coûte dans une journée $250. Il ne reste rien pour compléter la semaine. Voici quelques exemples seulement du coût de la nourriture : un poulet peut coûter $60 haïtiens, alors que dans les années 70, il ne coûtait que $2.00 ; une collation le matin pour une personne, $15 haïtiens ; une marmite de 5 livres de pois, $20 haïtiens ; une marmite de 5 livres de maïs moulé, $15 haïtiens.

À Port-au-Prince, sauf dans le quartier du palais du Président Aristide, il n'y a que deux à trois heures d'électricité par nuit. Le jour il n'en a pas du tout.

Les financiers affament les peuples

Comme tous les autres pays, Haïti est endetté envers le Fonds Monétaire International. Quand les pays ne sont plus capables de payer les intérêts sur leurs dettes, les financiers leur imposent des mesures d'austérité telles que la dévaluation de la monnaie, le gel des salaires, le contrôle des prix de la production, ou encore la restriction du crédit. On nous dira que les pays du Tiers Monde sont sous-développés. C'est faux. Ce sont des famines provoquées par les banquiers qui éliminent les producteurs du pays, ou bien, comme en Argentine, ils créent une famine artificielle par le gel des comptes de banque.

Les financiers ont usé de cruauté en Haïti, comme ils le font dans les pays d'Afrique qu'ils ne trouvent pas rentables. Ils sont prêts à exterminer les deux tiers de la population du Tiers Monde pour les assujettir entièrement au gouvernement mondial. Actuellement, en Haïti, plusieurs manquent de soin et meurent de faim. Il y a aussi des gens qui se font tuer : des prêtres, des journalistes, des gens du peuple qui s'indignent des mauvais traitements du régime barbare. Les magnats de la Haute Finance semblent vouloir éliminer Haïti de la carte géographique et fusionner ce pays avec Saint-Domingue. Ils sont forts sur le fusionnement pour y installer les structures d'un gouvernement mondial.

Amschel Mayer Rothschild disait : "Qu'on me laisse émettre la monnaie d'une nation, et je me soucie peu de qui fait les lois de la nation."

Dans notre société moderne, ce sont les contrôleurs de l'argent qui font les lois de la nation. Le Président du pays n'est qu'une marionnette entre leurs mains. Les financiers font élire l'homme de leur choix pour le manipuler à leur guise.

Un super-pouvoir

"Un super-pouvoir domine les gouvernements", c'est la dictature bancaire. C'est un système infernal, satanique qui contribue à la perdition des âmes. Si les citoyens d'Haïti veulent être délivrés de cette tyrannie issue de l'enfer, ils doivent d'abord se mettent à genoux devant le bon Dieu, se convertir au catholicisme et ils doivent faire pénitence.

Après s'être muni de la force de Dieu, le peuple haïtien doit se lever debout et réclamer avec vigueur que le gouvernement d'Haïti crée sa propre monnaie sans dette, sans intérêt au lieu de l'emprunter avec intérêt des banques. Le gouvernement n'aurait qu'à nommer un bureau de comptables pour mettre l'argent en circulation selon la capacité de production du pays et les besoins des consommateurs. Un dividende mensuel devrait être distribué à chaque citoyen pour lui assurer au moins le nécessaire pour vivre. Ce système de justice que nous appelons le Crédit Social permettrait aux familles de vivre paisiblement comme autrefois en campagne en se nourrissant des produits de la ferme. On verrait surgir une multitude de petites entreprises, des usines du pays au service des consommateurs. Ainsi on consommerait ses propres produits et on exporterait le surplus de produits en contrepartie de produits que l'on n'a pas. Si chaque pays reprenait le contrôle de la monnaie et du crédit pour s'administrer, les guerres cesseraient entre pays et à l'intérieur même des pays.

Travaillons pour l'établissement du règne du Christ-Roi dans tous les pays du monde, ainsi nous verrons fleurir le bonheur et la prospérité chez tous les peuples.

Yvette Poirier

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut