EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Simples questions - Simples réponses

Par Louis Even le mercredi, 01 janvier 1947. Dans Principes directeurs de l'économie distributive

1. Où la Commission nationale du Crédit prendrait-elle l'argent pour financer le dividende et l'escompte ?

Dans le compte de Crédit national, c'est-à-dire, dans le monnayage de l'actif du pays, à mesure que l'exploitation de cet actif crée une augmentation de richesse réelle.

2. Et si l'augmentation annuelle de richesse réelle ne suffit pas pour justifier une émission qui garantisse à chacun au moins le strict nécessaire?

Dans ce cas, une imposition sur les secteurs où s'accumule l'argent est dans l'ordre pour effectuer une meilleure répartition des biens. Il ne s'agit pas d'égaliser les fortunes, mais de garantir à chacun au moins le minimum pour une honnête subsistance.

3. Les émissions successives d'argent et de crédit ne vont-elles pas finir par provoquer l'inflation?

Non, si elles sont déterminées seulement par l'accroissement de la production. D'ailleurs, l'abaissement du prix par un escompte compensé produit exactement le contraire de l'inflation. Puis, si des accumulations d'argent menacent l'équilibre, le gouvernement dispose du pouvoir de taxation pour retirer les excédents là où ils existent.

4. Ces dividendes et ces escomptes ne créent-ils pas une ingérence de l’État dans l'économie ?

Non, puisqu'ils sont basés sur les faits mêmes de la production et de la consommation, et que ces faits résultent des actes librement posés par les producteurs et les consommateurs.

La Commission nationale du Crédit, soumise à l'objectif déterminé par une économie saine et sanctionnée par la loi, est soumise aussi aux réalités de la production et de la consommation. Exactement comme les juges ne peuvent agir que conformément à la loi et d'après les actes posés par les accusés eux-mêmes.

5. Les dividendes non liés au travail ne sont-ils pas de nature à encourager la paresse ?

Disons d'abord que la fonction de l'argent, c'est de distribuer les produits, non pas de régenter la vie des hommes ni de servir de moteur à la vertu.

Les dividendes vont à tout le monde, aux salariés comme aux non-employés. Il reste donc encore la même différence entre celui qui gagne et celui qui ne gagne rien, mais le point de départ est plus élevé pour les deux.

Si quelques-uns veulent se contenter du strict nécessaire, est-ce un mal au point de vue moral? Et serait-ce si désastreux au point de vue économique, dans un monde où il y a plus d'applicants que d'emplois? D'ailleurs si la production tombait faute de travailleurs, la possibilité physique des dividendes cesserait et le mal se corrigerait de lui-même.

Il peut certainement être sage de procéder graduellement dans le chiffre du dividende national, tout comme le médecin ne ramène que graduellement à une diète normale un malade qui est resté longtemps sans manger. L'important est de fixer l'objectif et d'éliminer les obstacles artificiels posés sur la voie.

6. Est-ce que l'introduction du système financier créditiste dans un pays, sans se faire simultanément dans tous les autres, ne nuirait pas à ce pays dans le commerce international ?

Au contraire. Si l'argent d'un pays augmente au rythme de sa production, l'unité monétaire de ce pays garde toujours sa valeur d'achat. Ce sont les fluctuations de valeur des devises qui créent les hésitations et les soubresauts dans le commerce international.

7. La prospérité temporelle ne peut-elle pas être nuisible au salut éternel ?

Le Crédit Social ne préconise pas l'opulence, l'attachement aux richesses, ni la vie de luxe. Il réclame et fournit le moyen de procurer le nécessaire, l'honnête subsistance à chaque membre de la société.

Le dividende donne même à ceux qui le désirent le moyen de s'en tenir là. Ceux qui veulent obtenir plus de biens matériels peuvent toujours y aspirer par leur initiative et leur travail.

Quant au détachement des biens de la terre, ou à la limite à s'imposer personnellement dans le niveau matériel de vie, c'est affaire de vertu. Ce n'est certainement pas aux exploiteurs d'hommes, aux contrôleurs intéressés de l'argent et du crédit, qu'il appartient de remplacer les sacrements ou l'œuvre de l’Église et de vouloir sauver les âmes en maintenant sans nécessité les masses dans la privation ou dans l'insécurité du lendemain.

Le souci perpétuel du lendemain hante et matérialise les esprits. La sécurité matérielle, l'honnête aisance, sont bien plus de nature à favoriser les âmes de bonne volonté, pourvu, comme dit le Pape, qu'elles en usent sagement.

À propos de

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut