EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Le consommateur

Par Louis Even le dimanche, 01 novembre 2015. Dans Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l'Abondance - Chapitre 3

Enregistrer

La fin de toutes les activités économiques, c'est donc la satisfaction des besoins de l'homme. L'homme, lorsqu'il satisfait ses besoins, accomplit la fonction de consommateur.

L'homme qui a faim mange, il consomme des aliments. S'il a froid, il s'habille ou se chauffe; il consomme des vêtements ou du combustible.

Dans un ordre où la fin gouverne les moyens, c'est l'homme, à titre de consommateur, qui préside à toute l'économie. Et comme tout homme est consommateur, c'est tout homme qui participe à l'orientation de la production et de la distribution des biens.

C'est pour l'homme consommateur qu'existent toutes les activités économiques. Il faut donc que l'homme consommateur ordonne lui-même la production. C'est lui, le consommateur, qui doit passer ses commandes à la production.

Une économie véritablement humaine est sociale, avons-nous dit: elle doit satisfaire TOUS les hommes. Il faut donc que tous les hommes, TOUS et CHACUN, puissent passer leurs commandes à la production, au moins jusqu'à satisfaction de leurs besoins essentiels, tant que la production est en mesure de répondre à ces commandes.

Les besoins des consommateurs — qui peut les exprimer adéquatement, sinon les consommateurs eux-mêmes? Cet homme, cette femme, ici dans cet appartement, là-bas à la porte de leur maison, ailleurs dans la ville, dans la campagne, où qu'ils soient, quels qu'ils soient — qui peut prétendre connaître leurs besoins mieux qu'eux-mêmes?

C'est chaque consommateur qui connaît ses propres besoins. C'est donc de chaque consommateur que les capacités productives doivent recevoir les commandes. Dans un système réellement ordonné pour satisfaire les besoins des consommateurs, de tous les consommateurs, les consommateurs, tous les consommateurs, doivent avoir le moyen d'exprimer leurs besoins, de commander les biens qui répondent à ces besoins.

La production est injustifiable de prendre ses ordres ailleurs. C'est pourtant ce qui arrive lorsqu'une entreprise fait pression sur les consommateurs pour les pousser à se procurer des choses dont ils n'éprouvent nullement le besoin. La production prend alors ses ordres, non du consommateur, mais de la recherche des profits.

Avec des êtres sans raison, avec des animaux, avec des hommes qui ne possèdent pas l'usage de leurs facultés, qui n'ont pas le sens de leurs besoins, on admet l'intervention extérieure pour dicter à ces consommateurs ce qu'ils doivent obtenir. Pas avec des êtres raisonnables.

Donc, les consommateurs doivent pouvoir commander librement les biens utiles pour la satisfaction de leurs besoins normaux. Quelle que soit la nature du moyen adopté pour exprimer ces commandes, les commandes doivent pouvoir venir des consommateurs tant qu'il y a, d'une part, des besoins normaux non satisfaits, et, d'autre part, des biens pour satisfaire ces besoins.

À propos de

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut