EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Annexe C

Par Louis Even le mercredi, 01 janvier 1947. Dans Principes directeurs de l'économie distributive

Le Crédit Social propose enfin l'équilibre parfait entre le total de la production offerte et le total du pouvoir d'achat, en abaissant scientifiquement le prix de vente au détail, sans préjudice pour les producteurs.

Cette opération consiste dans l'application d'un escompte sur tous les prix de vente, cet escompte étant déterminé d'après le rapport entre le pouvoir d'achat global et la valeur comptable globale de la production. Les relevés de chaque exercice servent à déterminer l'escompte pour l'exercice suivant.

Ainsi, si dans une année, la valeur totale de la production, telle qu'exprimée par les prix de vente, se chiffre à 10 milliards; et si, dans la même année la somme totale des achats se chiffre à 8 milliards, l'escompte national décrété par la Commission pourra être de 20 pour cent, ou 2 milliards sur 10 milliards : les consommateurs, en payant 8 milliards obtiendront 10 milliards de produits. La production aura atteint sa fin. Quant aux producteurs, ils devront obtenir de la Commission nationale les 2 milliards (20 pour cent) qu'ils ne reçoivent pas des acheteurs.

Cet ajustement des prix, dicté par les chiffres de la production et de la consommation, opère en faveur des consommateurs; mais il opère aussi en faveur des producteurs en facilitant l'écoulement de produits qui autrement resteraient invendus et créeraient le ralentissement de la production et la misère en face de l'abondance possible.

En compensation de cette aide à la vente, la Commission exigerait des marchands et, par eux, des producteurs, une limitation raisonnable du pourcentage de profit. Ainsi serait encouragée la production et combattue toute tendance possible à l'inflation.

 

À propos de

Dernières circulaires

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Témoignages sessions d'étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut