Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

«Réveille-toi humanité: refuse l’usure, tu auras un futur»

Écrit par Mgr Mathieu Madega Lebouakehan le mardi, 01 octobre 2013. Publié dans Réforme monétaire

Réflexions de Mgr Mathieu Madega Lebouakehan du Gabon

Mgr Mathieu et nos directeurs
Mgr Mathieu Madega, lors de son passage à Rougemont, entouré des directeurs de Vers Demain, Marcel Lefebvre et Thérèse Tardif

Mgr Mathieu Madega Lebouakehan, évêque du diocèse de Mouila et Administrateur Apostolique du diocèse de Port-Gentil au Gabon, est venu pour la deuxième fois à Rougemont participer à notre session d’étude sur la démocratie économique (aussi connue sous le nom de crédit social). Toujours aussi enthousiaste, il a même, cette fois-ci, fait le professeur pour quelques leçons, et démontré qu’il maîtrisait très bien le sujet. Voici les paroles qu’il adressait à l’audience le 30 août 2013, à la fin de la session d’étude :

Une opinion largement répandue impute la pauvreté, le manque du pouvoir d’achat, la crise économique, et j’en passe, au manque d’argent. À ce manque d’argent on y ajoutera certes la corruption, la gabegie, et d’autres maux du même ordre.
Le manque d’argent fait par conséquent prendre des crédits bancaires par des personnes ou des nations dites «solvables». Ce faisant, les dettes contractées deviennent insolvables pour beaucoup d’états. Les grandes puissances n’y échappent pas, y compris celles qui se disent en avant-garde du développement. Mais combien doivent justement ces nations à ce jour? Les chiffres donnent des vertiges. Et pour une quantité non négligeable de personnes physiques la situation n’est pas moins inquiétante. Mais entendons-nous un instant.

Où se trouve physiquement cet argent dû par les nations ou les personnes? Nulle part! La somme totale d’argent «liquide» en circulation dans le monde et présent dans les coffres des banques suffirait-elle vraiment à payer toute la dette de l’humanité entière et à faire vivre les gens?

De ce que nous avons appris ici, la réponse est négative: Non! Alors d’où sortira cet argent exigé par les banquiers et aux nations et aux personnes physiques? Allez-y comprendre quelque chose! Les grandes puissances dites civilisées, qui ne répondront qu’avec des faits évidents et irréfragables à cette question, feront inévitablement de la représentation théâtrale devant leur peuple respectif. Or quand on est décideur faire le prestidigitateur pour des questions de vie ou de mort de la population qu’on est sensé gouverner, c’est avoir les yeux bandés devant la réalité.

Question: Comment se fait-il que des Gouvernements donneurs de leçons à d’autres, et se considérant bons gestionnaires, meilleurs administrateurs, maîtres de la démocratie politique qui est «un produit» considérée exportable, ajustable et imposable à toutes les nations, comment se fait-il que bon nombre de leurs pays croupissent aussi, gesticulent également, s’ébattent – autant que leurs bons ou mauvais élèves – sous le joug de dettes souvent grandissantes, logiquement et mathématiquement insolvables? Et pourquoi osent-ils s’enorgueillir tout de même de posséder des facultés d’économie, de grandes écoles de gestion, des centres de recherche stratégique, etc.? S’ils savent réellement ce qu’ils font, le système est donc voulu et savamment entretenu! Par conséquent, à qui profite le crime? Mes amis, étant donné que vos peuples le savent déjà, brisons donc les chaines de l’argent dette avec intérêt!

Mgr Mathieu
Sur cette photo, Mgr Mathieu explique la leçon 5, qui traite du manque de pouvoir d’achat, et de l’automation qui remplace le labeur humain.

Faut-il penser que les singes sont plus intelligents que nous les hommes, eux qui n’ayant ni écoles ni universités, ni organisation technique ou civilisée ne connaissent pas de différence entre forêt développée, forêt intermédiaire, et forêt en voie de développement (ou forêt simplement sous-développée), eux qui ne croisent ni crédit ou prêt bancaire, ni inflation ni récession économique? (Mgr Mathieu fait ici référence à la leçon 2, où les singes n’ont pas besoin d’argent pour acheter les bananes qui sont dans les arbres.)

Merci, chers singes. Vous qui êtes aujourd’hui mieux protégés par les hommes qui s’autodétruisent et refusent de protéger leurs semblables, venez nous instruire, venez enseigner aux hommes que la vérité est simple et que l’ordre de la nature, donnée par Dieu à tous – aussi bien aux animaux qu’aux hommes – est maître de sagesse, du bon et juste savoir vivre en société, ayant à cœur le bien commun, et cela malgré la présence du «mâle dominant» ou de la mère «farouchement protectrice» de sa progéniture.

Oui, chers amis, inventer une brouette d’abord, la charger ensuite et enfin la porter sur la tête avec tout son contenu est un contre sens du développement humain et technologique, une absence de bon sens pour ne pas dire une folie.
Quitter volontairement la liberté pour s’inventer une prison ne peut être que la suite logique ou la conclusion d’une perversion mentale, un obscurcissement de l’intelligence, qui est au-dessus de la moyenne, et cette perversion ne peut être purement et simplement humaine. C’est plus qu’une structure de péché. C’est une perversion d’une structure de péché et on arrive à une double perversion. Une structure du péché au carré. C’est la pure logique.

Puis Mgr Mathieu enchaîne avec un poème qu’il a composé, suivi d’une prière à la Vierge Marie:

Il était une fois l’argent

L’argent n’était qu’un moyen
Mais parcourant l’histoire
S’octroya la victoire
Ainsi l’homme l’adora
De Dieu se détourna
Arriva Louis EVEN
Et grâce à DOUGLAS
Il sonna fort le glas
Dénonçant à tout vent
La fourberie bancaire
Pour nous tout devint clair
Argent on dit pourtant
L’ papier usité tant
Le métal sans place
Le papier le remplace
Bientôt plus de métal
Le papier sera signal
Réveille-toi humanité
Refuse l’usure
Tu auras un futur
Ne vend pas ton être
Tu recevras déshonneur
Mais pour ton grand bonheur
Oui, accepte d’être
Accueille la vérité
C’est ta vraie liberté
Banquier prend ton chiffre
Libère l’homme qui souffre
Chrétiens détachez l’âme
Du signal qui l’enflamme
Vous la vraie richesse
Malgré la petitesse
Vivez le dividende
Et si tout ne compte
Te suffira escompte
Avec la vie sans dette
La force vous êtes
Vous les enfants de Dieu
Avec Lui en tout lieu
Vous avez la victoire
C’est la loi de l’histoire
Le terrain n’est pas vierge
Priez toujours la Vierge
Avec Elle la vie n’est pas amère
Car Elle est bonne Mère
Mère, fais des prodiges
Sors nous de ces cages
Et ouvre-nous la page
Qui donne le voyage
De notre indépendance
La vie en abondance
Notre Mère nous laissera-t-elle
Pleurer notre misère spirituelle
Notre indigence matérielle
Et insensible sera, sa
   bonté maternelle?
Non assurément!
Ses bras elle étendra
Et les mains ouvrira
Puis elle nous guidera
Et nous consolera

Oh Toi Notre Mère et Notre Reine! Très Sainte Vierge Marie, nous venons à Toi,

Toi la Victorieuse de l’attente patiente du Messie, et qui par ton «oui» à l’ange Gabriel, et donc à Dieu, donna au Monde un Sauveur. Merci pour Jésus Christ ton Fils.

Toi la Victorieuse du manque de vin aux noces de Cana. Merci pour le vin meilleur.

Toi la Victorieuse de la désolation et de la peur au pied de la Croix. Merci pour ta fidélité au plan de Dieu.

Toi la Victorieuse en persévérant dans la prière, avec les Apôtres, après l’Ascension de Jésus. Merci pour la Pentecôte qui est le don du Saint-Esprit à l’Église.

Toi la Victorieuse de la bataille de Lépante, et ainsi s’arrêta l’invasion antichrétienne. Merci pour la paix redonnée à tes enfants.

Toi la Victorieuse de l’attentat du Pape Jean Paul II sur la place Saint-Pierre. Merci pour la vie du Bienheureux Jean Paul II sauvée par ta main.

Toi la Victorieuse du Mal par ta foi, ton humilité, ton innocence, ta pureté, ta simplicité et ton amour sincère de Dieu et des hommes. Merci pour ta protection.

Aussi accourons-nous à Toi avec insistance, amour et grande confiance filiale, Toi miséricordieuse, tendre et Victorieuse Mère pour te demander de nous libérer totalement, libérer l’humanité entière de la prison fortifiée dans laquelle nous a attirés et enfermés le système financier actuel. Oh Notre Mère! nous nous sommes laissés d’abord appâter, ensuite tromper, et enfin enfermer dans ce système néfaste. Oui, nous reconnaissons notre péché pour n’avoir pas toujours su écouter la voix de ton Fils avec celle des ses Vicaires successifs, les Papes. Mais nous savons que tu es Notre Mère, et ton doux et tendre cœur maternel ne peut nous abandonner à nous-mêmes.

C’est pourquoi nous venons à Toi, Maman Marie. Comme à Cana, nous attendons de Ton intercession le Vin Nouveau de la démocratie économique, du Crédit Social, c’est-à-dire de la Confiance Sociale.
Ne laisse donc pas tranquille Ton Fils Jésus, aussi longtemps qu’Il ne nous aura pas donné ce Vin, en brisant la prison fortifiée du système bancaire actuel, Lui qui est venu nous apporter la vie et la vie en abondance (Jn 10,10).

Toi la victorieuse de toutes les prisons, qui fit sortir Nelson Mandela, le Cardinal François-Xavier Nguyen Van Thuan, et bien d’autres encore. Merci.

Regarde! Nous aussi nous sommes en prison. Toi, Notre véritable et unique Avocate, merci de nous libérer et de nous sortir nous aussi de prison. Que le blindage de notre prison fonde comme cire devant ta splendeur.
Que ton Fils règne dans nos cœurs, dans nos maisons, nos campagnes, nos institutions, nos paroisses et nos villes, nos diocèses et nos régions, dans nos pays et nos continents.

Que ton Cœur Immaculé triomphe de nos hésitations et de nos peurs, de nos péchés et de nos structures de péché, de nos maladies.

Merci de nous obtenir la victoire.

Merci de nous redonner la dignité d’enfants de Dieu, la liberté, la paix et la joie, l’amour de Dieu et du prochain.

Merci de nous avoir convoqués et assistés. Merci de bien vouloir nous accompagner dès maintenant, partout et toujours jusque dans le Royaume de ton Fils, Jésus Christ Notre Sauveur, qui vit et règne avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.

Saint Michel Archange de vos lumières éclairez-Nous; saint Michel Archange de vos ailes protégez-Nous; saint Michel Archange de votre épée défendez-Nous. AVE MARIA, DEBOUT POUR LE COMBAT !

Soyons des messagers pour l'instauration de plus de justice

Plusieurs prêtres et fidèles laïcs engagés d'Afrique ne peuvent malheureusement obtenir leur visa pour assister à notre session d'étude au Canada, mais leur enthousiasme pour la cause reste inébranlable. Voici des extraits d'une lettre d'un père salésien du Togo, datée du 19 juillet 2013:

Je suis le Père Aurélien Juvencio AHOUANGBE, un invité au séminaire et au Congrès. Je devais être avec vous pour ce bon moment du «donner et du recevoir», mais le Seigneur a sûrement voulu autrement. Ma demande de visa a été rejetée deux fois de suite. Je crois que le Seigneur l'a voulu ainsi, afin que je sois encore plus en communion avec vous tous à travers mes célébrations eucharistiques quotidiennes et mes visites vespérales au Saint Sacrement. Je rends grâce à Dieu pour chacun de vous et pour tous ceux qui se sont investis dans l'organisation de cette rencontre.

Le Seigneur veut faire de nous aujourd'hui des messagers de sa Bonne Nouvelle pour l'instauration de plus de justice dans la gestion du bien social. L'engagement pour plus d'équité et de justice dans la répartition et la gestion de la production et de la consommation est un défi pour toute l'humanité en général, et plus particulièrement pour notre Église catholique. Le Pape François ne cesse pas de nous le rappeler. Que faire en face d'un système bancaire avec ses crédits bancaires qui, loin de réduire la pauvreté, ne fait que l'accroître? La solution idéale pourrait être l'implantation et le développement du crédit social.

Je souhaite à tous et à chacun pleine grâce de la part de l'Esprit Saint pour mieux comprendre ce qu'est le crédit social et voir, comme Église, comment faire sa promotion afin de tendre vers l'éradication de la misère et la réduction de la pauvreté dans notre monde d'aujourd'hui. Puisse le Seigneur soutenir ce séminaire et le Congrès, et l'Archange saint Michel protéger chaque congressiste.
          P. Aurélien Juvencio AHOUANGBE, sdb

 

Cet article a été publié par