Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

«Le Crédit Social est une lumière sur mon chemin»

le dimanche, 01 mai 2016. Publié dans Témoignages

Témoignage de l’abbé Faustin Nyombayire du Rwanda

Dans l’article précédent, Louis Even explique que le système financier actuel est défectueux, basé sur une mauvaise comptabilité, et que les gens n’ont pas de pouvoir d’achat suffisant pour se procurer le nécessaire. C’est pour cela que lorsqu’il découvrit en 1934 les écrits de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas sur la réforme financière du Crédit Social, il s’exclama: «C’est une lumière sur mon chemin, il faut que tout le monde connaisse cela.» Et c’est ce qui l’amena à tout quitter pour cette cause, et fonder le journal Vers Demain.

C’est aussi ce que s’exclament tous ceux qui découvrent le Crédit Social et l’approfondissent. Depuis 2006, nous tenons deux fois par année, à Rougemont, une session d’étude sur cette réforme économique du Crédit Social (aussi appelée démocratie économique), à laquelle des étudiants du monde entier ont assisté, surtout des prêtres et évêques africains. À ce jour, plus de soixante-dix évêques d’Afrique sont venus à Rougemont assister à cette session. La plus récente a eu lieu du 14 au 23 avril 2016, et encore une fois, tous les participants en sont sortis enchantés. Voici le témoignage d’un des participants, l’abbé Faustin Nyombayire, du diocèse de Byumba, au Rwanda, recteur de l'Université de Technologie et des Arts, qui compte plus de 3000 étudiants.

 


 

 

par l’abbé Faustin Nyombayire

abbé Faustin NyombayireJe connaissais cette Œuvre des Pèlerins de Saint Michel depuis à peu près une année. Ce fut lorsqu'un de mes confrères est venu ici et il nous en a parlé et peu après, il y a une ressortissante de notre diocèse, qui vit maintenant ici au Canada et qui est une fervente de cette Œuvre… Mais depuis un peu plus de 6 mois, je suivais, par internet certaines informations et dans l'avion qui me portait de Kigali à Amsterdam et de Amsterdam à Montréal, j'avais feuilleté et même vraiment lu Qui sont les maîtres du monde ? Eh bien si j'avais à dire une phrase, ce serait celle-ci, que vous connaissez déjà: «Une lumière sur mon chemin»!

C'est ce que s'est écrié Louis Even après avoir lu l'opuscule de J. Crate Larkin, Du régime de dettes à la prospérité. C'est cela qui a mis en branle toute cette Œuvre. «Une lumière sur mon chemin», dis-je maintenant, à mon compte. Il faut que tout le monde connaisse cela.

Ces semaines d'étude sur la démocratie économique, vue à la lumière de la doctrine sociale de l’Eglise, m'ont révélé simplement que le Crédit Social n'est rien d'autre, comme le disait déjà Douglas, que le christianisme appliqué.

J'y ai fait allusion peu avant d'arriver ici. J'avais lu Qui sont les maîtres du monde ? et j'étais déjà comme envoûté en découvrant cette triste et terrifiante réalité mais aussi très indigné de ce que les gens ne savent pas cela, à commencer par moi-même: prêtre engagé depuis quelque temps dans une initiative au niveau de notre pays, de diffusion de la doctrine sociale de l'Église, j'étais ignare de tout ça, même en étant enseignant et Recteur de l'Université.

Alors avec ces semaines d'étude, bien menées par Monsieur Alain Pilote, mais aussi avec tous des ingrédients substantiels et la cerise sur le gâteau, ici hier avec Monsieur François de Siebenthal, nous avons été, moi j'ai été capable de décortiquer la racine du mal et l'œuvre néfaste du malin dans le système qui gouverne le monde d'aujourd'hui.

Le système bancaire qui a usurpé leur pouvoir aux gouvernements, sensés être souverains, exerce le droit de vie et de mort – plutôt le droit de mort – sur des populations entières qu'il fait croupir dans la misère. La dette publique, je ne savais pas ce que c'était. Et la supercherie de ce réseau, c'est d'appeler bénédiction ce qui est une malédiction (la dette publique). La perversion de ce même système qui crée de l'argent à partir de rien pour le faire finir finalement dans le néant mais un néant anéantissant des populations entières sur le parcours. Tout ceci nous fait frôler un peu la queue du diable, même sa face sinistre, qui fait tant de mal aux enfants de Dieu.

Et j'appris – mon confrère l'a repris et les autres – que les pays dits pauvres ne le sont pas par prédestination, par fatalité, que les pays dit pauvres sont réellement des pays riches, à condition de se redécouvrir, de prendre conscience et d'être eux-mêmes, notamment en découvrant ce qu'est la monnaie, ce qu’est la devise, ce qu'est la dette et les maudits intérêts.

La situation de la Confédération helvétique (la Suisse) nous l'a illustré: un pays pauvre de tout, disons physiquement parlant, mais qui est devenu riche en bâtissant sur Dieu et sur la mise en application de ce que Dieu veut de nous. Oui, Dieu nous veut heureux. Il nous a créés pour le bonheur et non pas pour la misère.

J'ai découvert et appris que la doctrine sociale de l’Eglise est une mission plus qu’urgente dans l'apostolat de l'Église. J'étais surpris – et je ne suis pas le seul – de voir que certains documents même de L'Église étaient plutôt occultés. Je pense à Vix Pervenit et je crois que dans cet apostolat, il faut oser appeler un chat un chat, et le mal, mal. Ce que les souverains Pontifes de ces derniers siècles jusqu'au présent – nous sommes gratifiés d'avoir une succession de saints papes, du moins dans les temps récents – ont dit et disent, c’est de mettre fin à l'usure; ils condamnent ouvertement l'usure et s'insurgent contre l'idolâtrie du nouveau veau d'or qu'est l'argent, comme le redit si souvent notre pape François.

Et en voyant l'Œuvre des Pèlerins de Saint Michel, comment vous vivez, comme nous avons vécu ensemble ces temps-ci, je reprends, je l'avais déjà écrit, que c'est Marthe et Marie toutes deux ensemble parce que c'est l'Œuvre de Dieu. Des fois, à force de parler du salut éternel, nous oublions que c'est Dieu qui a aussi créé le corps, qu’il n'a pas seulement créé l'âme. Dans le cas de l'homme donc, il est important de tenir compte aussi du bien du corps car nous ne sommes pas des anges.

Donc ici je reprends l'expression d'un auteur spirituel qui disait, mais je l'applique pour vous, parce que je le vois, «une prière qui ne touche pas la vie concrète, qui ne nous transforme pas, c'est de l'illusion; mais aussi, toute activité, même noble, qui n'est pas enracinée dans la prière, qui ne se ressource pas justement à la vraie source, ce n'est pas de l'activité, c'est de l'agitation». Et ce n'est vraiment pas une ingérence de la part de l'Église que de s'engager dans le Crédit Social.

Abbé Faustin Nyombayire avec Thérèse Tardif et Marcel LefebvreL’abbé Faustin entouré de notre directrice, Thérèse Tardif, et de notre directeur, Marcel Lefebvre

Tout en soulignant la primauté du spirituel et la vraie richesse de l'homme, il est important de rappeler que l'homme, tant qu'il est pèlerin sur cette terre vers le ciel, que cet homme, certes, ne vit pas seulement de pain. Nous avions un professeur de théologie morale qui disait, en paraphrasant la Sainte écriture, que «'l'homme ne vit pas seulement de pain… quand il en a»!

L'argent doit faire partie aussi de notre apostolat. François de Siebenthal nous citait Balzac qui disait que si l'Église ne s'occupe pas de la question de l'argent, elle aura failli à sa mission. Savoir que l'argent, ce ne sont pas, excusez l'expression, c'est un missionnaire qui aimait le dire et, d’après lui, l'argent ce sont les excréments du diable. Eh bien non. Ah, il y a aussi de l'argent propre, net, digne: l'argent sans intérêt.

Oui, j'étais quand même indigné — mais en même temps heureux — de connaître un peu ses pouvoirs invisibles, alliés du diable, ou plutôt agents du diable tels que la Franc-maçonnerie in Loco Illuminati, qui pilote et manipule nos dirigeants qui ne manquent certes pas de bonne volonté, comme mon confrère le disait. Mais ces réseaux manipulent, font de nos dirigeants des marionnettes, et donc ils n'attendent pas d'eux qu'ils fassent du bien à leur pays mais qu’ils représentent les intérêts des banquiers, et ça, c'est vraiment diabolique.

Alors qu'est-ce que je retiens et qu'est-ce que je prends avec moi pour notre église locale et pour mon pays? Il faut avoir le courage d'être nous-mêmes.

Nous sommes créés à l'image de Dieu. Nous sommes des rois, bien sûr aussi des prêtres et des prophètes, sauvés par Jésus-Christ. Mais nous sommes appelés à faire de la lumière dans notre conscience et à la faire autour de nous. Résister aux idéologies porteuses de la culture de la mort, comme le disait saint Jean-Paul II, pensons ici notamment aux idéologies comme la théorie du genre qui nous font, qui miroitent la famille, qui nous font croire en fait que, en créant l’homme et la femme, Dieu aurait presque commis une erreur; homme, femme, on le décide soi-même. Ça, ce sont des aberrations. Tout ceci met de l’eau au moulin du diable qui déchaîne les banquiers pour notre ruine.

Oser être nous-mêmes, c'est cesser de nous laisser émuler par ceux qui ont vendu leur âme à Lucifer. Le crédit social, «christianisme appliqué», vaut la peine qu’on le connaisse et qu’on le fasse connaître dans tous les milieux et surtout dans les milieux de jeunes, dans les milieux des universitaires qui constituent mon premier champ d’apostolat, et je m’y engage. Et demain sera meilleur.