Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Évelyne Clément, de Messines, décédée

Écrit par Thérèse Tardif le dimanche, 01 mars 2009. Publié dans Homage aux Apôtres décédés

J'ai trouvé auprès de Dieu, lumière et amour infinis

Évelyne ClémentNous avons la douleur d’annoncer à tous les membres de la grande famille des Pèlerins de saint Michel, le décès de notre chère Évelyne Clément, de Messines, Gatineau. Elle était âgée de 74 ans. Pour elle, c’est la délivrance des peines de la terre, car elle a terriblement souffert du cancer. Elle s’est envolée dans la paix, vers la patrie céleste, «là où il n’y a ni larmes, ni souffrance, ni maladie, ni douleur» (Signet mortuaire).

Mais pour notre Mouvement, qui a tellement besoin d’apôtres au cœur de feu comme elle, c’est une lourde perte. Elle nous fournissait à chaque année sa large part dans l’apostolat, et cela depuis 1954. Voyez sa photo du congrès 1995, sur le ruban, qui lui a été décerné, il est inscrit: 1000 abonnements. 1996, 1997, 1998, et les années suivantes, elle avait recueilli encore ses 1000 abonnements, faisant partie ainsi des «Colonels de l’armée de saint Michel».

Son petit mot, adressé au congrès 1998, nous laisse entrevoir son indéfectible fidélité, sa ténacité, son attachement à la cause et ses profondes convictions:

«Je vois madame Côté-Mercier qui est là encore comme un pilier. Cela me fait chaud au cœur. Il y a beaucoup d’apostolat à faire. Il faut persister, continuer. Dans Vers Demain, on ne se trompe pas. Comme M. Even disait: Il faut BOUGER. Le feu que nous avons reçu du Crédit Social, il faut le donner aux autres, car si nous le gardons pour nous-mêmes, la vérité n’ira pas loin. La Sainte Vierge nous a dit que nous gagnerions toutes les batailles. A ma connaissance, nous en avons gagné plusieurs. Continuons, j’aurai encore 1000 abonnements au congrès 1999.»

Et ce fut ainsi les années précédentes et suivantes.

Le nom d’Évelyne figure dans les archives de Vers Demain depuis l’automne 1954, alors que son père, M. Auguste partait en mission pour 3 mois et demi dans l’Ouest canadien, elle-même était à la conquête des familles pour le journal Vers Demain avec ses frères Roméo et Julien.

Elle a donné sept années à plein temps dans l’œuvre, de 1962 à 1969. Elle était là en 1962, à la construction de la Maison Saint-Michel, à peler les patates pour nourrir les ouvriers bénévoles. Elle a fait la cuisine pour toute la communauté un certain temps. Mais elle fut surtout et avant tout une apôtre de la route.

Ceux qui l’ont connue savent comment elle était un modèle de dévouement et de ténacité à l’apostolat, aussi bien pendant les sept années qu’elle fut Plein-Temps, que localement ou lors-qu’elle accompagnait les Plein-Temps dans des grandes randonnées en différentes régions. Elle a visité de porte en porte la plupart des régions des provinces de Québec, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick.

En 1957, elle et Rosaline Plourde m’accompagnaient aux Iles de la Madeleine. Nous avons parcouru toutes les Iles de la Madeleine de porte en porte, à pied. Inlassable, Évelyne terminait souvent ses journées à 10 heures le soir, dans la noirceur, car il n’y avait pas de lumière de rue, ni même de rues bien souvent.

Monument des ClémentsElle portait avec fierté son béret blanc, en tout temps et en tout lieu. Elle en connaissait la valeur apostolique. Quel exemple pour ceux qui ont tendance à le faire disparaître. Évelyne Clément était un vrai «Béret Blanc», partout où elle allait son béret prêchait pour elle. Comme on le voit sur la photo ci-contre, elle a fait graver elle-même le béret sur sa pierre tombale. Ainsi elle continue son apostolat dans sa tombe qui affiche aussi ses convictions religieuses, son amour pour la croix et sa grande dévotion au très saint Rosaire.

Tout ce qu’elle faisait, elle l’accomplissait avec grande humilité, ne recherchant jamais ni récompense ni honneur. Elle s’est donnée totalement sans retour. Elle passait par dessus les petites mésententes qui pouvaient avoir lieu, de temps en temps, entre frères et sœurs de l’Œuvre. La grandeur et la beauté de la cause lui faisaient oublier facilement ces petits conflits.

Notre Évelyne débordait de charité pour son prochain en se dévouant dans l’Œuvre, mais aussi envers les siens. Elle a pris soin de ses vieux parents, M. et Mme Auguste Clément, jusqu’à leur mort. Ils étaient eux aussi membres actifs de l’Œuvre de Vers Demain. Aussi a-t-elle été récompensée en étant bien entourée pendant sa triste maladie en trouvant auprès d’elle l’aide de son frère Roméo, de sa sœur Augustine, de sa belle-sœur Mme Julien Clément qui l’a soignée chez elle pendant 5 mois, aidée de ses neufs enfants, tous très attachés à tante Évelyne.

Pour votre édification, Evelyne a accompli tous les travaux manuels: écriture, couture, ménage, cuisine, jardinage, en plus de son grand apostolat, avec un seul bras. A l’âge de deux ans, elle a été victime d’un grave accident où elle a perdu son bras gauche. Une épreuve qui a duré toute sa vie!

Notre-Dame de Lourdes est venue la cueillir le 19 février, anniversaire de sa 4e apparition à Bernadette. Quel bonheur que d’être accueillie par une aussi belle Reine et une si bonne Maman! Evelyne l’a beaucoup aimée et priée. Elle a la joie maintenant de la contempler dans la plénitude de sa beauté, et pour l’Eternité!

La messe de l’assemblée du mois des Pèlerins de saint Michel, le 22 février, a été célébrée pour notre très chère Évelyne. Ses funérailles ont été plutôt une jour de joie que de deuil. Son cercueil était entouré de ses parents, ses amis et de ses frères et soeurs les Pèlerins de saint Michel.

Nous demandons à Évelyne de se faire remplacer dans l’œuvre par dix apôtres de sa trempe.

Cet article a été publié par

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif est la directrice du Journal Vers Demain depuis la mort de Mme Gilberte Côté-Mercier en 2002.