EnglishEspañolPolskie

« Nous devons être des guerriers »

le jeudi, 01 mars 2018. Dans Témoignages

« prêts à risquer notre vie pour la foi »

Jim Caviezel s'adressant aux étudiantsJim Caviezel est l’acteur qui a joué le rôle du Christ dans le film «La Passion du Christ», réalisé par Mel Gibson. Le 3 janvier 2018, Caviezel, un catholique fervent, a donné un témoignage électrisant devant plus de huit mille étudiants réunis à Chicago lors d’un événement organisé par FOCUS, qui rassemble de jeunes étudiants universitaires catholiques. Caviezel commence son intervention en faisant mention du film Paul, l’Apôtre du Christ qui doit arriver au printemps 2018 dans les salles de cinéma. Caviezel joue dans ce film le rôle de saint Luc, compagnon de saint Paul. Voici des extraits de ce témoignage émouvant de Jim Caviezel :

Le nom Saul, signifie « le grand ». Le nom « Paul » signifie « le petit ». En faisant ce film, j’ai appris qu’en changeant une simple petite lettre, on peut devenir grand aux yeux de Dieu. Mais cela demande de nous que nous soyons petits, si nous désirons être grands. C’est la manière des saints, c’est la façon du Très Saint et c’est la façon dont Saul est devenu saint Paul. (…)

Un jour, j’ai reçu de façon inexplicable un appel de Mel Gibson. Mon agent ne m’a pas téléphoné, mon « manager » ne m’a pas téléphoné, je ne connaissais pas Mel Gibson, je n’ai pas fait application pour le rôle car personne ne savait que ce film allait être réalisé. Mel Gibson voulait que je joue Jésus Christ. Il voulait l’homme qui a les initiales JC (Jim Caviezel) qui s’adonne à avoir 33 ans pour jouer Jésus Christ. Est-ce une coïncidence? Je ne pense pas. Est-ce que votre vie est une coïncidence? Ou est-elle due au hasard?

Quelques-uns d’entre vous peuvent mener une vie misérable en ce moment. Vous pouvez être confus, vous sentir inquiets face à votre avenir, blessés. Ce n’est pas le temps de vous retirer ou d’abandonner. Quand j’étais là-haut, sur la croix (durant le tournage du film sur la Passion du Christ), j’ai appris que dans la souffrance est notre Rédemption. Rappelez-vous que le serviteur n’est pas plus grand que le Maître. Chacun de nous doit porter sa propre croix.

Il y a un prix à payer pour notre  foi et pour nos libertés. J’ai été littéralement flagellé, frappé par les fouets, crucifié, frappé par la foudre (durant le tournage). Oui, j’ai dû subir une opération à cœur ouvert, ce qui arrive après quatre ou cinq mois et demi d’hypothermie. Un jour, pendant le tournage, mon bras était sous la  poutre lourde (de la croix).  Mon épaule s’est séparée. Je suis tombé à terre et ma tête est tombée dans le sable. Cette prise, on peut la voir dans le film. Mais ce que Jésus a ressenti par la suite une fois que son épaule était disloquée, je sais maintenant ce que cela veut dire car je l’ai vécu. Chaque jour je devais porter cette chose. C’était comme une pénitence. Cela déchirait mon épaule et ma chair et à chaque heure qui passait, c’est devenu plus pesant. Si cela avait été tourné dans un studio, vous n’auriez jamais vu cette performance. La souffrance a fait ma performance, tout comme elle fait notre vie.

Certains parmi nous maintenant, et vous les connaissez, embrassent un semblant de christianisme, un faux christianisme, qui consiste seulement pour eux en de joyeuses paroles… Chers amis, il y a eu beaucoup de douleur et de souffrance avant la résurrection. Votre cheminement ne sera pas différent. Alors, embrassez votre croix et courez vers votre but.

Mel Gibson et Jim Caviezel lors du tournage de « La Passion du Christ »Je veux que vous sortiez à la rencontre de ce monde païen. Je veux que vous ayez le courage d’aller dans ce monde païen et que vous exprimiez sans honte votre foi publiquement. Le monde a besoin de fiers guerriers, animés par leur foi, des guerriers comme saint Paul et saint Luc, qui ont risqué leur nom et leur réputation pour porter au monde leur foi et leur amour pour Jésus.

Dieu appelle chacun de nous, chacun de vous à faire de grandes choses, mais si souvent nous ne répondons pas à cet appel et nous l’écartons comme si c’était une distraction. Il est temps maintenant pour cette génération d’accepter cet appel, l’appel de Dieu qui nous presse de nous donner totalement à Lui, de voir cette tendre main qui guide votre chemin. Mais vous devez en premier lieu vous engager à prier, à jeûner, à méditer les Saintes Écritures, et à prendre au sérieux les sacrements.

Car nous sommes maintenant dans une culture en déclin; nous sommes un peuple en danger de succomber à tous nos excès. Notre monde est enraciné dans le péché et dans l’intime de notre cœur, Dieu nous appelle, chacun de nous, à nous donner entièrement à Lui. Et combien de fois nous l’avons ignoré, ignoré ce doux appel.

Le grand saint d’Auschwitz, saint Maximilien Kolbe, a dit que le plus grand péché du vingtième siècle est l’indifférence. Chers frères et sœurs, c’est aussi le plus grand péché du vingt-et-unième siècle, Nous devons secouer cette indifférence, cette destructrice tolérance du mal. Seulement notre foi en la sagesse du Christ peut nous sauver; mais cela nécessite des guerriers prêts à risquer leur réputation, leurs noms, et même leur propre vie pour défendre la vérité. Détournez-vous de cette génération corrompue, soyez des saints. Vous n’avez pas été créés pour suivre la masse. Vous êtes nés pour vous démarquer. Mais en ce moment, dans notre pays, les gens sont tellement heureux de suivre le courant d’idées à la mode.

Nous avons de nos jours une idée de la liberté selon laquelle tous les choix sont égaux, peu importe leurs conséquences. Pensez-vous honnêtement que c’est cela la vraie liberté? Le pape Jean-Paul le Grand (Jean-Paul II) a dit: « La démocratie ne peut pas être maintenue sans un engagement de tous envers certaines valeurs morales concernant la personne humaine et la communauté humaine... Chaque génération d’Américains a besoin de savoir que la liberté existe non pas pour faire ce que tu veux, mais pour avoir le droit de faire ce que tu dois faire. » (Jean-Paul II, Baltimore, le 8 octobre 1995.)

Voilà la liberté que je vous souhaite: se libérer du péché; se libérer de nos faiblesses; se libérer de l’esclavage où nous conduit le péché. Voilà la liberté pour laquelle il vaut la peine de mourir…

Par Dieu nous devons vivre. Et avec l’Esprit Saint pour bouclier et le Christ pour épée, puissiez-vous vous joindre à Saint Michel et à tous les anges et envoyer Lucifer et ses acolytes directement en enfer, où ils doivent rester!

Saul veut dire «le grand». Qu’est-ce que « Paul » signifie? Le petit. Alors, si on souhaite devenir grands aux yeux de Dieu, qu’est-ce qu’on doit être? Petits. Que Dieu vous aime et qu’Il vous protège et vous guide tous les jours de votre vie. Et si je ne vous rencontre pas ici, j’ai vraiment hâte de vous rencontrer au ciel. Je vous aime. Que Dieu vous bénisse.
                                                   

Jim Caviezel


Source: http://dieumajoie.blogspot.ca/2018/01/jim-caviezel-aux-jeunes-3-janvier-2018.html
                                              

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut