Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Notre-Dame du Bon Succès

le dimanche, 01 mai 2016. Publié dans Apparitions

Prophéties de Marie pour le 20e siècle à une religieuse du 17e siècle

Statue de Notre-Dame du Bon Succès

La statue miraculeuse de Notre-Dame du Bon Succès, terminée par les anges, dans la chapelle des Soeurs de l’Immaculée Conception à Quito.

 

Mère Mariana de Jesus TorresMère Mariana de Jesus Torres (1663-1635)

Les faits relatés dans l’article suivant sont tous véridiques, bien que tout à fait extraordinaires. Ils se sont passés à Quito en Équateur, alors colonie de l’Espagne, au 17e siècle, alors que la Vierge Marie (ainsi que Jésus, saint Michel et d’autres personnages célestes) sont apparus à Mère Mariana de Jesus Torres, et lui ont laissé des messages, non seulement pour son époque, mais spécialement pour le 20e siècle – notre époque – et lui demandèrent de faire pénitence, comme âme victime, pour les péchés et offenses de notre époque, ce qu’elle accepta avec joie.

La plupart des prophéties de Notre-Dame du Bon Succès ont déjà été remplies. Elle a prédit par exemple, plus de 200 ans d’avance, la proclamation des dogmes de l’Immaculée Conception (1854), l’infaillibilité papale (1870), la consécration de l’Équateur au Sacré-Cœur de Jésus, le martyre d’un président catholique de l’Équateur par des maçons (le président Gabriel Garcia Moreno, assassiné en 1875), etc.

Les prophéties les plus importantes de Notre-Dame du Bon Succès, cependant, ont parlé de la crise mondiale dans l’Église et de la société qui commence au 19ème siècle et s’étend à travers le 20e siècle. Pendant ce temps, la Vierge Marie a averti qu’il y aurait une corruption quasi-totale des mœurs et que Satan régnerait presque partout par le moyen des sectes maçonniques, que tout semblerait perdu, mais que ce serait «le moment de l’heureux début de la restauration complète. Mon heure arrivera», dit Marie, «quand de façon stupéfiante, je détruirai l’orgueil de Satan, le mettant sous mes pieds, l’enchaînant dans l’abîme infernal, laissant l’Église et la terre libre de cette cruelle tyrannie.»

Mariana Francisca est née en Espagne dans la province de Biscaye en 1563, première-née de Diego de Cadix et de Maria Alavrez Berriochoa. Le jour de sa première communion à 9 ans, Notre-Dame lui apparut et lui dit qu’elle devait être une religieuse de son Immaculée Conception dans le Nouveau Monde. En 1577, lorsque Mariana n’avait que 13 ans, elle quitta l’Espagne en compagnie de sa tante, Mère Maria de Jesus Taboada, et quatre autres sœurs, pour fonder le 13 janvier 1577 une branche de l’Ordre de l’Immaculée Conception à San Francisco de Quito, en Équateur.

Au cours de sa vie, Sœur Mariana a été supérieure du Couvent trois fois. Au cours de son premier mandat comme abbesse, elle a subi les persécutions d’un groupe de nonnes rebelles qui voulaient assouplir la règle. La rébellion a augmenté, et les sœurs «inobservantes» mirent Mère Mariana l’autre mère fondatrices espagnoles dans la prison du couvent. Mère Mariana accepta tout cela et accepta les conditions de Notre-Seigneur qui étaient de souffrir les tourments de l’enfer pendant cinq ans pour obtenir la conversion du leader de ces sœurs rebelles.

Première Apparition de Notre-Dame

Très tôt le matin du 2 février 1594, Mère Mariana était en prière dans le chœur supérieur du couvent, implorant avec ferveur Jésus et Marie pour le soulagement de nombreux essais sévères dont le couvent a été soumis, et que de nombreux péchés seraient empêchés. Au cours de sa longue prière, elle entendit une voix douce appeler son nom. Se levant rapidement, elle vit la Vierge Marie tenant l'Enfant Jésus dans son bras gauche. Se demandant qui c’était, Notre-Dame répondit:

«Je suis Marie du Bon Succès, la Reine du Ciel et de la Terre... comme sa Mère, je porte (l'Enfant Jésus) ici, dans mon bras gauche, afin qu'ensemble nous puissions arrêter la main de la justice divine, qui est toujours si prête à châtier ce monde malheureux et criminel.

«Dans ma main droite, je porte la crosse que vous voyez, car je désire gouverner ce couvent comme Abbesse et Mère... Satan va commencer à essayer de détruire cette œuvre de Dieu... Mais il ne réussira pas, parce que je suis la Reine des Victoires et la Mère du Bon Succès, et c'est sous cette invocation que je désire être connue à travers tous les temps...»

La Très Sainte Vierge Marie plaça l'enfant Jésus dans les bras de Mère Mariana, lui donnant un fort désir de souffrir comme une âme victime.

Notre-Dame apparut de nombreuses fois à Mère Mariana. Lors de l'apparition du 16 janvier 1599, Notre-Dame commanda à Mère Mariana d'avoir une statue la montrant comme elle avait apparu à la sainte religieuse. Elle lui ordonna alors de mesurer sa taille avec le cordon de son habit religieux. Notre-Dame promit ce qui suit:

«Quand les tribulations de l'esprit et les souffrances du corps les opprimeront et qu’ils sembleront se noyer dans une mer sans fond, laissez-les contempler Mon image sainte, qui sera pour eux une étoile pour les naufragés. Je serai toujours là, prête à écouter leurs lamentations et calmer leurs pleurs. Dites-leur qu'ils doivent toujours avoir recours à leur Mère avec foi et amour...»

Avertissements à propos du 20ème Siècle

Tôt dans la matinée du 21 janvier 1610, Mère Mariana fut favorisée par une apparition des Archanges Saint Michel, Saint Gabriel et Saint Raphaël. Puis Notre-Dame apparut et fit de nombreuses prédictions:

«Ainsi, je te le fais savoir que dès la fin du 19ème siècle et peu après le milieu du 20e siècle, dans ce qui est aujourd'hui la Colonie et sera alors la République de l'Equateur, les passions vont éclater et il y aura une corruption totale des mœurs. Satan régnera presque entièrement par le moyen de la secte maçonnique.

« Ils se concentreront principalement sur les enfants afin de soutenir cette corruption générale. Malheur aux enfants de ces moments! Il sera difficile de recevoir le sacrement du Baptême, et également celui de la Confirmation... Souvent, durant cette époque, les ennemis de Jésus-Christ, à l'instigation du diable, vont voler des hosties consacrées dans les églises, afin qu'ils puissent profaner les espèces eucharistiques...

«Comme pour le sacrement du Mariage... il sera attaqué et profondément profané... L'esprit catholique va rapidement pourrir; la précieuse lumière de la Foi sera progressivement éteinte ... Ajouté à cela seront les effets de l'éducation laïque, qui sera l'une des raisons de la pénurie de vocations sacerdotales et religieuses.

«Le sacrement de l'Ordre sera ridiculisé, opprimé et méprisé ... Le diable va essayer de persécuter les ministres du Seigneur de toutes les manières possibles, il travaillera avec perspicacité cruelle et subtile afin de les dévier de l'esprit de leur vocation et va corrompre beaucoup d'entre eux. Ces prêtres dépravés, qui scandaliseront le peuple chrétien, créant la haine des mauvais catholiques et les ennemis de l'Église catholique romaine et apostolique à tous les prêtres...

« En outre, dans ces temps malheureux, il y aura un luxe effréné, qui piègera le reste dans le péché et fera la conquête d'innombrables âmes frivoles, qui seront perdues. L’innocence ne pourra presque plus se trouver chez les enfants, ni la modestie chez les femmes...»

Tôt dans la matinée du 2 février 1610, Notre-Dame apparut de nouveau à Mère Mariana et répéta sa commande d'avoir une statue. Puis elle ajouta:

« Dites à l'évêque que c'est ma volonté et la volonté de mon Très Saint Fils que votre nom soit caché à tout prix ... car il n'est pas approprié pour n'importe qui à l'heure actuelle de connaître les détails ou l'origine de la façon dont cette statue est venue à être faite. Cette information ne sera connue du grand public qu’au 20e siècle.

« Durant cette époque, l'Eglise se trouvera attaquée par des hordes terribles de la secte maçonnique, et cette pauvre terre équatorienne sera angoissante à cause de la corruption des mœurs, luxe effréné, une presse impie, et l'éducation séculière. Les vices de l'impureté, le blasphème et les sacrilèges vont dominer dans ces moments de désolation dépravée, et où celui qui doit parler sera silencieux ... »

La statue est terminée par les Anges

Mariana mesure la taille de l’apparitionMère Mariana mesure la taille de l’apparition avec le cordon de son habit religieux

L’artiste Francisco del Castillo est appelé au Couvent pour sculpter la statue demandée par Notre-Dame, se préoccupant tout de suite de trouver un bois spécial qui puisse durer le plus longtemps possible. Cependamt, il avait été prévu par Dieu que cette statue serait complétée par les anges. Mère Mariana fut témoin de ce prodige tôt dans la matinée du 16 janvier 1611. Elle a vu dans la vision de la Très Sainte Trinité, la Très Sainte Vierge Marie, les neuf chœurs des anges, et en particulier les Archanges Saint Michel, Saint Gabriel et Saint Raphaël, avec le séraphique Saint François. Ces quatre derniers approchèrent de la statue et terminèrent le travail que le sculpteur avait eu l'intention de terminer ce jour-là. Puis elle vit Notre-Dame y entrer et animer la statue. Tous ces faits ont été attestés par Mère Mariana à l'évêque, avant que la statue ne soit solennellement consacrée et installée.

Alors qu’il n’avait pas terminé, et rien fait du visage de la statue, le sculpteur Francisco del Castillo arriva le lendemain matin et fut tout surpris de voir la statue complètement achevée. Il s’exclama: «Cette splendide Statue n’est pas mon œuvre! Je n’arrive pas à exprimer ce que je ressens dans mon cœur! C’est une œuvre angélique, parce qu’une œuvre semblable ne pouvait pas être faite sur cette terre par aucune main faite d’argile! Aucun sculpteur, aussi habile qu’il soit, ne pouvait imiter une telle perfection et cette beauté unique».

Les sœurs du couvent confirment aussi, le 16 janvier 1611: «Les religieuses ferventes se levèrent pour prier (à 3h du matin), en arrivant au chœur, elles ont entendu une mélodie harmonieuse, elles se hâtèrent d’entrer et virent que la statue était terminée.»

Cinq prophéties pour notre temps

La plus importante des apparitions de Notre-Dame du Bon Succès eut lieu presqu’à la fin de la vie de Mère Mariana. Le matin du 2 février 1634, jour de la fête de la Purification de la Très Sainte Vierge Marie, Mère Mariana priait devant le Saint Sacrement, le suppliant qu'elle puisse être unie à lui et qu’elle soit engloutie dans cet amour qui appartient à la Vierge. Elle lui rappela également de protéger et préserver ses filles dans ce couvent bien-aimé.

Comme elle achevait cette prière, elle vit la lumière s'éteindre du sanctuaire, laissant l'autel complètement sombre. Notre-Dame lui apparut pour lui dire que Notre-Seigneur avait entendu ses clameurs et mettrait fin à son exil terrestre en moins d'un an: «Préparez votre âme de telle sorte que, de plus en plus épurée, qu’elle puisse entrer dans la plénitude de la joie de Notre-Seigneur. Oh! Si les mortels, et en particulier les âmes religieuses, pouvaient savoir ce que le ciel est et ce qu'il est de posséder Dieu! Ils vivraient certainement autrement! Pas plus qu'ils n'épargneraient aucun sacrifice pour le posséder!»

La Très Sainte Vierge Marie expliqua ensuite les cinq sens de la lumière du Tabernacle qui avait été éteinte sous les yeux de Mère Mariana.

I. «La première signification est que à la fin du 19ème siècle et dans le 20e siècle, diverses hérésies seront propagées sur cette terre, puis dans une république libre. Comme ces hérésies se propageront et domineront, la précieuse lumière de la foi s'éteindra dans les âmes par la corruption presque totale des coutumes (des mœurs). Durant cette période, il y aura de grandes calamités physiques et morales, publiques et privées.

«Le petit nombre d'âmes qui, caché, essayera de préserver le trésor de la foi et les vertus, souffrira un martyre indiciblement cruelle et prolongée. Beaucoup d'entre eux succomberont à la mort de la violence de leurs souffrances, et ceux qui se sacrifieront pour l'Église et le pays seront comptabilisés comme des martyrs.

«Afin de libérer les hommes de la servitude de ces hérésies, ceux dont l'amour miséricordieux de mon Très Saint Fils destinera à la restauration auront besoin d’une grande force de volonté, de constance, de courage et beaucoup de confiance en Dieu. Pour tester cette foi et la confiance du juste, il y aura des occasions où tout semblera être perdu et paralysé. Ce sera alors l'heureux début de la restauration complète.»

Ces âmes choisies, qui restaureront la santé de l'Église, sont décrites en détail, comme les apôtres des derniers temps, par Saint Louis-Marie de Montfort dans son Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge Marie.

II. «La deuxième raison,» dit Notre-Dame, «c'est que mon couvent, étant fortement réduit en taille, sera immergé dans un océan sans fond d'amertume indicible, et semblera se noyer dans ces diverses eaux de tribulations.» Beaucoup de vocations authentiques périront, continua-t-elle. L’injustice entrera même dans ce couvent, «déguisée sous le nom de fausse charité, elle fera des ravages dans les âmes.» Et les âmes fidèles, pleurant et implorant en secret que de tels moments terribles soient raccourcis, subiront un martyr continu et lent.

III. «La troisième raison pour laquelle la lampe fut éteinte c’est à cause de l'esprit d'impureté qui saturent l'atmosphère de ces moments. Comme un océan sale, cette impureté se déroulera dans les rues, les places et lieux publics avec une liberté étonnante. Il n'y aura presque pas d'âmes vierges dans le monde,» lui dit Notre-Dame. La fleur délicate de la virginité sera menacée par l'anéantissement complet. Toutefois, Elle promit qu'il y aurait toujours des bonnes âmes dans des cloîtres où elles pourraient prendre racine, grandir et vivre comme un bouclier pour dévier la colère divine. «Sans la virginité,» dit-Elle, «il serait nécessaire pour le feu du ciel de tomber sur ces terres pour les purifier.»

IV. La quatrième raison pour laquelle la lampe fut trempée, c'est que les sectes maçonniques, ayant infiltré toutes les classes sociales, auront subtilement introduit leur enseignement dans les milieux domestiques afin de corrompre les enfants, et le diable se glorifiera de manger sur la délicatesse exquise des cœurs des enfants.

«En ces temps malheureux,» prédit Notre-Dame, «le mal lancera un assaut sur l’innocence de l'enfance. De cette façon, les vocations au sacerdoce seront perdues, ce qui sera une véritable calamité.»

Une fois encore, Notre-Dame promit que pendant ces temps, il y aura encore des communautés religieuses qui soutiendront l'Église et aussi de saints ministres de l'autel – et de belles âmes cachées, qui travailleront avec courage, zèle et désintéressement pour le salut des âmes. «Contre eux,» avertit-elle, «les impies feront rageusement une guerre cruelle, laissant tomber sur eux des vitupérations, des calomnies et des vexations pour faire obstacle à l'accomplissement de leur ministère. Mais eux, comme des colonnes fermes, resteront inébranlables et confronteront le tout avec l'esprit d'humilité et de sacrifice qu’ils auront acquis, en vertu des mérites infinis de mon Fils Très Saint, Qui les aime dans les fibres les plus intimes de Son Cœur Très Saint et tendre.»

Notre-Dame continua à expliquer la quatrième raison de l'extinction de la lumière du Tabernacle: «Par conséquent, priez avec insistance sans se fatiguer et pleurez avec des larmes amères dans le secret de votre cœur. Implorez notre Père Céleste qui, pour l'amour du Cœur Eucharistique de mon Fils Très Saint et de Son Précieux Sang versé avec tant de générosité... Il pourra prendre en pitié ses ministres et mettre un terme à ces moments inquiétants, et envoyer à l'Eglise un Prélat qui restaurera l'esprit de ses prêtres.

Figure de la statue de Notre-Dame du Bon Succès«Mon Très Saint Fils et moi aimerons ce fils préféré avec un amour de prédilection, et nous le récompenserons avec une rare capacité, humilité de cœur, docilité à la Divine inspiration, la force de défendre les droits de l'Église, et une tendresse et une compassion du cœur, de sorte que, comme un autre Christ, il aidera les petits et les grands, sans mépriser les âmes les plus malheureuses qui le lui demanderont pour atteindre la lumière et recevoir des conseils pour faire face à leurs doutes et leurs difficultés. Entre ses mains, la balance du sanctuaire sera placée, de sorte que tout soit pesé avec une mesure raisonnable et Dieu sera glorifié.»

Notre-Dame poursuivit: «La tiédeur de l'ensemble des âmes consacrées à Dieu dans l'état sacerdotal et religieux va retarder la venue de ce Prélat et Père. Ce sera alors une des raisons pour le maudit Diable de prendre possession de cette terre, où il réalisera ses victoires par le biais d'un peuple étranger et infidèle, si nombreux que, comme un nuage noir, il obscurcira le ciel pur de cette République consacrée au Sacré-Cœur de mon Divin Fils.

« Avec ces gens, tous les vices entreront et attireront à leur tour chaque type de châtiment, comme les épidémies, les famines, les combats internes et externes, des litiges avec d'autres nations, et de l'apostasie, la cause de la perdition de plusieurs âmes si chères à Jésus-Christ et à moi.

«Afin de dissiper ce nuage noir qui empêche l'Eglise de jouir de la journée claire de la liberté, il y aura une guerre redoutable et effroyable, qui verra le sang des compatriotes et des étrangers, de prêtres séculiers et réguliers, et des religieux. Cette nuit sera la plus horrible, car, humainement parlant, le mal semblera triompher.

«Cela marquera donc l’arrivée de mon heure, quand, d'une façon merveilleuse, je détrônerai le fier et maudit Satan, je le piétinerai sous mes pieds et l’entraverai dans l'abîme infernal. Ainsi, l'Église et le pays seront enfin libres de sa cruelle tyrannie.»

V. La cinquième raison pour laquelle la lampe fut éteinte est due au laxisme et la négligence de ceux qui possèdent une grande richesse, qui seront indifféremment restés là à regarder l'Eglise opprimée, la vertu persécutée, et le triomphe du diable, sans pieusement employer leurs richesses pour la destruction de ce mal et la restauration de la Foi. Et c'est aussi à cause de l'indifférence de la population qui a permis que le Nom de Dieu soit progressivement éteint et en adhérant à l'esprit du mal, se livrant librement aux vices et aux passions.

«Hélas! ma fille choisie! S'il t’était donné de vivre à cette époque ténébreuse, tu mourrais de chagrin de voir que tout ce que je t'ai révélé ici a eu lieu. Mais mon Très Saint Fils et moi avons un très grand amour pour cette terre, notre héritage, que nous désirons, même maintenant, l'application de vos sacrifices et vos prières afin de raccourcir la durée d'une telle terrible catastrophe! »

Accablée par l'ampleur des maux qu'elle a vu et les âmes innombrables qui seraient condamnées pendant ces périodes, Mère Mariana tomba inconsciente. Les Sœurs la trouvèrent là, comme si elle était morte, malgré les violents battements de son cœur. Tous les efforts du médecin pour lui rendre la conscience s’avérèrent inutiles. En fait, dit-il, humainement parlant, sa vie aurait dû se terminer à cause du choc qu'elle avait reçu.

Les Sœurs l'entouraient, suppliant le ciel de leur laisser leur grand trésor, la dernière des Mères Fondatrices, «le pilier de l'observance, la colonne de la maison.» Deux jours plus tard, Mère Mariana ouvrit les yeux, et encouragea ses Sœurs à continuer à suivre la règle, et les consola en leur disant qu'elle resterait encore avec elles pendant peu de temps.

Dernière apparition de Notre-Dame

Au cours des dix derniers mois de sa vie, Mère Mariana ne recouvra jamais complètement la vigueur de sa santé et fut souvent obligée de rester au lit. Dans la maladie ainsi que dans la santé, elle édifiait la Communauté par son exemple. Au milieu de ses douleurs intenses, elle a toujours maintenu un sourire sur ses lèvres, une admirable sérénité et un esprit imperturbable, propre à une âme dont la vie se déroulait dans l'ombre de la croix.

Tard dans la nuit du 8 décembre 1634, jour de la fête de l'Immaculée Conception, Notre-Dame est apparue pour la dernière fois à Mère Mariana. Elle était de nouveau accompagnée les Archanges Saint Michel, Saint Gabriel et Saint Raphaël. Après de nombreuses révélations, Notre-Dame conclut:

«Au 20e siècle, cette dévotion (à Notre-Dame du Bon Succès) sera source de prodiges dans les sphères spirituelles ainsi que dans les sphères temporelles, parce que c'est la volonté de Dieu de réserver cette invocation et cette connaissance de votre vie pour ce siècle, lorsque la corruption des attitudes et des comportements sera presque générale et la précieuse lumière de la foi éteinte... »

Morte trois fois

Un des faits les plus extraordinaires de sa vie a été un phénomène mystique et physique: elle eût plusieurs morts et résurrections. Les registres bien documentés du couvent et les archives diocésaines montrent que cette très sainte religieuse est morte trois fois. Son premier décès a été en 1582. Debout devant le siège de jugement, elle a été jugée irréprochable et on lui donna à choisir: rester dans la gloire céleste dans le ciel ou retourner sur la terre pour souffrir comme une victime expiatoire pour les péchés du 20e siècle. Elle choisit d’expier.

Sa seconde mort est le Vendredi saint de 1588, après une apparition où elle a montré les abus horribles et les hérésies qui existent dans l’Église de notre temps. Elle est ressuscitée deux jours plus tard, le jour de Pâques dimanche matin.

Elle mourut finalement à 15 heures le 16 janvier 1635, à 72 ans, comme elle l’avait prédit, entourée de sa communauté et de ses confesseurs franciscains.

Des miracles obtenus par son intercession suivirent sa mort. Peu après une jeune fille a retrouvé la vue, alors que la couronne de fleurs qui encerclait la tête de Marianna a touché ses yeux. Lors de la restauration du couvent en 1906, son tombeau vieux de trois siècles à été ouvert. On a découvert le corps de Mère Marianna entier, intact, ainsi que des textes de pénitence placés dans le tombeau avec elle. Une odeur de lys émanait de tout son corps.

Le message de Notre-Dame et la dévotion à Notre-Dame du Bon Succès sont désormais d'autant plus importants au 21e siècle. Comme nous le voyons dans le monde englouti dans l'erreur, l'hérésie et la sensualité, pour ne pas mentionner les vices de toutes sortes, l’appel de Notre-Dame à la prière, la réparation et la pénitence devient d'autant plus urgent.