EnglishEspañolPolskie

Les apparitions de Fatima 1917-2017

Par Alain Pilote le dimanche, 01 janvier 2017. Dans Apparitions

La consécration au Coeur Immaculé de Marie

Notre-Dame de FatimaNous célébrons en 2017 le centenaire des apparitions de la Vierge Marie à Fatima, au Portugal, la plus célèbre et plus importante des apparitions mariales dans l’histoire de l’humanité. Entre le 13 mai et le 13 octobre 1917, la Sainte Vierge Marie est apparue six fois à trois petits pastoureaux: Jacinthe Marto, 7 ans, son frère François, 9 ans, et leur cousine Lucie Dos Santos, 10 ans. Comme Notre-Dame l’avait prédit, les deux premiers quittèrent cette terre très jeunes: Jacinthe en 1920 à l’âge de 9 ans, et François en 1919 à l’âge de 11 ans. Quant à Lucie, la Vierge Marie lui dit qu’elle aurait à rester «un peu plus longtemps» sur terre pour faire connaître son message: elle devint religieuse carmélite et décéda à l’âge de 97 ans le 13 janvier 2005. Jacinthe et François ont été déclarés bienheureux le 13 mai 2000, et le procès de béatification de Lucie est en cour.

Comme dans toute apparition mariale reconnue, que ce soit Lourdes, La Salette, ou Kibeho, au Rwanda, la Vierge Marie, en tant que Mère à laquelle Jésus, avant de mourir sur la croix, a confié tous les êtres humains, ne désire que notre salut éternel, que nous soyons unis à son divin Fils, et nous avertit de tous les dangers qui peuvent nous séparer de Dieu pour toujours.

Parmi les demandes faites par Notre-Dame à Fatima, quatre s’adressent à chacun d’entre nous: la récitation quotidienne du chapelet, ne plus offenser Notre-Seigneur, la communion réparatrice des premiers samedis du mois, et les sacrifices pour la conversion des pécheurs. Marie avait dit, entre autres, aux trois enfants: «Priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles.» Elle leur dit aussi : «Voulez-vous vous offrir à Dieu pour prendre sur vous toutes les souffrances qu’il voudra vous envoyer, en réparation des péchés par lesquels il est offensé, et en intercession pour la conversion des pécheurs?»

La consécration de la Russie

Nous reviendrons au cours de l’année sur ces apparitions de Fatima. En plus des quatre demandes de Notre-Dame mentionnées plus haut, on doit en ajouter une cinquième: la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Lors de l’apparition du 13 juillet, les trois jeunes pastoureaux eurent droit à une vision de l’enfer, une mer de feu où se trouvent les démons et tous les damnés. Notre-Dame leur dit ensuite:

«Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé. Si l’on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre pire encore. Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne, qu’Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Église et le Saint-Père. Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites. À la fin, mon Cœur immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde un certain temps de paix.»

Après les apparitions de 1917, Lucie devint religieuse carmélite, et continua de recevoir des apparitions célestes. Le 10 décembre 1925, la Très Sainte Vierge apparut à Lucie et lui dit:

«Vois, ma fille, mon Cœur entouré d'épines que les hommes ingrats lui enfoncent à tout moment, par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, vois à me consoler et dis que tous ceux qui, durant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la Sainte Communion, réciteront le chapelet et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant les quinze mystères du Rosaire en esprit de réparation, je promets de les assister à l'heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme».

La dernière vision de FatimaLe 13 juin 1929, Notre-Dame reparaissait à Sœur Lucie à Tuy, en Espagne, accompagnée par la Sainte Trinité. Voici comment Sœur Lucie relate le fait dans ses mémoires:

«J'avais demandé et obtenu la permission de mes Supérieurs de faire une Heure Sainte de onze heures à minuit, dans la nuit du jeudi au vendredi. Me trouvant ainsi seule, une nuit, je m'agenouillai au milieu de la balustrade qui est au centre de la chapelle, pour réciter, prosternée, les prières de l'Ange. Me sentant fatiguée, je me relevai et continuai à les réciter les bras en croix. La seule lumière était celle de la lampe du sanctuaire. Soudain, toute la chapelle s'illumina d'une lumière surnaturelle et, sur l'autel, apparut une croix de lumière, qui s'élevait jusqu'au plafond.

«Dans une lumière plus claire, on voyait, sur la, partie supérieure de la croix, la figure d'un homme dont on voyait le corps jusqu'à la ceinture; sur sa poitrine, une colombe, également lumineuse, et cloué à la croix, le corps d'un autre homme. Un peu au-dessous de la ceinture de celui-ci, suspendu en l'air, on voyait un calice et une grande hostie, sur laquelle tombaient quelques gouttes de sang, qui coulaient sur les joues du crucifié et d'une blessure à la poitrine. Coulant sur l'hostie, ces gouttes tombaient dans le calice.

«Sous le bras droit de la croix, se trouvait Notre-Dame (C'était Notre-Dame de Fatima, avec son Cœur Immaculé dans la main gauche, sans épée, ni roses, mais avec une couronne d'épines et des flammes...).

«Sous le bras gauche de la Croix, de grandes lettres, comme d'une eau cristalline qui aurait coulé au-dessus de l'autel, formaient ces mots: "Grâce et Miséricorde"! Je compris que m'était montré le mystère de la Très Sainte Trinité et je reçus des lumières sur ce mystère qu'il ne m'est pas permis de révéler.

«Ensuite, Notre-Dame me dit: "Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les Évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé. Il promet de la sauver par ce moyen. Ils sont tellement nombreux les péchés que la justice de Dieu condamne pour être des péchés commis contre Moi, que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie!"

«Plus tard, par le moyen d'une communication intime, Notre-Seigneur me dit, en se plaignant: "Ils n'ont pas voulu écouter ma demande... Comme le Roi de France, ils s'en repentiront et ils le feront, mais ce sera bien tard. La Russie aura déjà répandu ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Le Saint-Père aura beaucoup à souffrir!"»

Quelques années plus tard, dans une lettre datée du 18 mai 1936, Lucie donna les raisons de cette consécration: «Je Lui [Notre-Seigneur] demandais pourquoi il ne convertissait pas la Russie sans que sa Sainteté fasse cette consécration: — Parce que je veux que toute mon Église reconnaisse cette consécration comme un triomphe du Cœur Immaculé de Marie, pour ensuite étendre son culte et placer, à côté de la dévotion à mon Divin Cœur, la dévotion à ce Cœur Immaculé.»

Le Portugal est consacré

Après le signe dans le ciel de la nuit du 26 au 27 janvier 1938, sœur Lucie comprit que la guerre annoncée par Notre-Dame dans son message du 13 juillet 1917 était proche. À plusieurs reprises, elle en informa l’évêque de Leiria (diocèse dont fait partie Fatima), Monseigneur da Silva. En particulier, le 6 février 1939, soit sept mois avant la déclaration de guerre officielle, elle lui écrivit pour lui annoncer l’imminence de la guerre. Et elle ajouta un point capital : elle lui annonça que le Portugal serait épargné à cause de la consécration nationale faite par les évêques au Cœur Immaculée de Marie. En effet, le 13 mai 1931, tous les évêques portugais avaient consacré le Portugal au Cœur Immaculé de Marie, consécration qu’ils renouvelèrent le 13 mai 1938. La prévision de sœur Lucie se réalisa à la lettre : aucun soldat portugais ne participa aux hostilités et aucune armée étrangère n’occupa même temporairement le Portugal. Alors que l’Europe entière subit cinq années d’une guerre effroyable, seul le Portugal resta en paix.

Le pape Pie XII, qui, en 1950, dans les jardins du Vatican, vit le miracle du soleil de manière analogue à ce qui s'était passé le 13 octobre 1917 à Fatima, voulut effectuer une consécration de la Russie. (À remarquer que Pie XII fut consacré évêque le 13 mai 1917, le jour-même de la première apparition de Marie à Fatima.) Il la formula le 7 juillet 1952 dans la  lettre apostolique Sacro vergente anno, mais il n'avait pas donné l'ordre à tous les évêques catholiques de s'unir à lui dans un acte public.

La consécration du 24 mars 1984

Consécration à Marie par saint Jean-Paul IILe 24 mars 1984, après avoir demandé par lettre à tous les évêques du monde entier de s’unir à lui en même temps dans ce geste, le pape Jean-Paul II consacrait, sur la place Saint-Pierre à Rome, le monde entier à Marie, devant la statue pèlerine amenée spécialement de Fatima :

«C'est pourquoi, ô Mère des hommes et des peuples, toi qui connais toutes leurs souffrances et leurs espérances, toi qui ressens d'une façon maternelle toutes les luttes entre le bien et le mal, entre la lumière et les ténèbres qui secouent le monde contemporain, reçoit l'appel que, mus par l'Esprit Saint, nous adressons directement à ton Cœur, et avec ton amour de mère et de servante du Seigneur, embrasse notre monde humain, que nous t'offrons et te consacrons, pleins d'inquiétude pour le sort terrestre et éternel des hommes et des peuples. Nous t'offrons et te consacrons d'une manière spéciale les hommes et les nations qui ont particulièrement besoin de cette offrande et de cette consécration. Sous l'abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu! Ne rejette pas nos prières alors que nous sommes dans l'épreuve!»

Quoiqu’il ne mentionna pas spécifiquement la Russie, saint Jean-Paul II ajouta tout de même ces paroles à la consécration: «Éclaire spécialement les peuples dont tu attends de nous la consécration et l'offrande.»

Dans une lettre en novembre 1989, Sœur Lucie confirma personnellement que cet acte solennel et universel de consécration correspondait à ce que voulait Notre-Dame de Fatima «Oui, cela a été fait, comme Notre-Dame l'avait demandé.» Pourtant, certaines personnes débattent encore aujourd’hui pour savoir si cette consécration de 1984 faite par saint Jean-Paul II avait satisfait ou non les demandes de Marie, mais les faits qui ont suivi cette consécration tendent à le prouver. En voici quelques-uns:

13 mai 1984: tandis qu’une des plus grandes foules de l’histoire du sanctuaire de Fatima prie le chapelet pour la paix, une explosion à la base navale de Severomosk près de Mourmansk, sur la péninsule de Kola en Russie, détruit plus des trois-quarts de tous les stocks de missiles de la flotte soviétique du Nord, la plus importante des quatre flottes soviétiques. L’explosion détruit aussi les chantiers nécessaires à l’entretien des missiles, ainsi que des centaines de scientifiques et techniciens.

19 décembre 1984: le ministre soviétique de la Défense, le maréchal Oustinov, qui avait conçu le plan d’invasion de l’Europe de l’Ouest, meurt soudainement et mystérieusement. Trois jours plus tard, son successeur à la Défense, le maréchal Sodolov, meurt aussi.

10 mars 1985: décès du président soviétique Konstantin Tchernenko.

11 mars 1985: élection de Mikhail Gorbatchev comme président

26 avril 1986: accident du réacteur nucléaire de Tchernobyl en Ukraine. À remarquer que le mot Tchernobyl en ukrainien signifie absinthe, et on peut lire dans l’Apocalypse de saint Jean, «Le troisième ange sonna et il tomba une grande étoile du ciel, brûlant, comme un flambeau, et elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources d’eau, Et le nom de cette étoile est Absinthe; et la troisième partie des eaux fut changé en absinthe, et beaucoup d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues amères.» (Apocalypse 8:10-11)

12 mai 1988, vigile de Fatima: une explosion détruit la seule usine fabriquant les moteurs de fusée pour les missiles soviétiques à longue portée SS 24, pouvant transporter chacun dix bombes nucléaires.

9 novembre 1989: chute du mur de Berlin.

Novembre et décembre 1989: révolutions pacifiques en Tchécoslovaquie, Roumanie, Bulgarie et Albanie.

1990: unification de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est.

19 août 1991 (74e anniversaire de la 4e apparition de Notre-Dame à Fatima): tentative de coup d’État pour renverser Gorbatchev.

22 août, fête de Marie, reine du monde: le coup d’État pour retourner au communisme est défait.

Décembre 1991: visite de Gorbatchev au Vatican, des relations diplomatiques sont créées entre la Russie et le Saint-Siège.

25 décembre 1991: dissolution de l’Union soviétique. Le drapeau communiste est descendu pour la dernière fois du Kremlin à Moscou.

On pourrait même ajouter qu’en 2017, c’est la Russie qui semble défendre davantage les valeurs chrétiennes (loi naturelle, mariage, etc.) que les pays occidentaux…

À propos de

Panier

Dernière parution

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut