EnglishEspañolPolskie

La bienheureuse Edvige Carboni

le mercredi, 01 mai 2019. Dans Apparitions

Laïque et mystique italienne

Le 15 juin 2019 aura lieu à Sassari, sur l’île de Sardaigne, en Italie, la béatification d’Edvige Carboni (1880-1952), laïque et mystique italienne. Elle avait été déclarée vénérable le 4 mai 2017 par le pape François qui, un an plus tard, le 7 novembre 2018, reconnaissait comme authentique une guérison inexplicable attribuée à l'intercession d'Edvige Carboni, rendant ainsi possible sa béatification.

Edvige Carboni était un mystique extraordinaire. Elle a passé sa vie entre le naturel et le surnaturel; entre l'humain et le divin. Son interaction avec le monde surnaturel était un événement presque quotidien. Jésus, Marie et les saints lui sont apparus constamment. Elle a également reçu les stigmates et eu de nombreux autres dons spirituels tels qu'extases, bilocation, lévitation, lecture de cœur, discernement des esprits et visites fréquentes d'âmes du purgatoire.

Edvige était une femme laïque qui vivait avec sa famille et a passé les dernières années de sa vie avec sa sœur Paulina à Rome. Elle a vécu une vie de charité en aidant les nécessiteux, en rendant visite aux malades, en priant et en souffrant pour la conversion des pécheurs et les âmes du Purgatoire.

Son enfance et sa jeunesse

Edvige est né le 2 mai 1880 à Pozzomaggiore sur l’ïle de Sardaigne, en Italie. Elle était la deuxième plus âgée des six frères et sœurs de la famille Carboni. Le jour de sa naissance, quelque chose d'extraordinaire s'est passé. Sa mère lui a dit que le jour de sa naissance, elle avait vu une hostie lumineuse dans un ostensoir. À cause de cela, sa mère très malade lui disait: «Si je meurs, tu dois recevoir la Sainte Communion tous les jours et tu dois être très bonne, parce que Jésus, quelques instants après ta naissance, m'a montré une hostie, comme je te l'ai dit.»

Un autre événement important survenu lors de sa naissance est qu'une croix faite de sa propre chair s'est formée sur sa poitrine, comme si Jésus l'avait prédestinée à être son épouse. Elle a été baptisée deux jours après sa naissance. Elle a été confirmée à l'âge de quatre ans et a fait vœu de virginité à l'âge de cinq ans. Dans la maison de sa grand-mère se trouvait une réplique du tableau de Raphaël représentant la Vierge Marie avec l'enfant Jésus dans ses bras. Quand Edvige était seule, elle montait sur une chaise et disait à la Vierge Marie: "'Ma mère, je t'aime. Donne-moi ton enfant pour que je puisse jouer avec lui' '.' Elle m'a souvent laissé jouer avec lui. Jésus était si bon avec moi.

Chaque après-midi, sa mère l'emmenait faire une visite au Saint-Sacrement et Edvige renouvelait son voeu de virginité par une prière que Jésus lui avait enseignée lors de leurs jeux: «Mon Dieu, je fais voeu de chasteté perpétuelle, je te consacre ma virginité.»

Elle a seulement fini sa troisième année scolaire. Comme sa mère était très malade, elle envoyait Edvige faire les courses le soir. Edvige obéissait toujours à ses parents mais avait peur de marcher seule tard dans la nuit. Une fois, elle a vu son ange gardien qui lui a dit: «N'aie pas peur. Je suis avec toi et je t’accompagne. » Elle a dit que l'ange l'attendait à l'extérieur du magasin, puis l'a raccompagnait chez elle et puis disparaissait.

Elle apprit à faire du travail de broderie pour pouvoir vendre ce qu'elle avait brodé et apporter de l'argent à la maison. À l'âge de onze ans, elle fait sa première communion. À cette occasion, Jésus lui a demandé: «M'aimes-tu?» Et elle a répondu: «Oui, beaucoup.» Après cela, elle priait constamment.

Une fois, lorsqu'elle priait avec ferveur, elle vit un jeune prêtre qui lui sourit et lui dit: «Me connais-tu?» «Non» répondit-elle. «Je suis saint Louis de Gonzague. Je suis venu te dire que je t’aime beaucoup et que tu devrais toujours aimer Jésus.» Edvige déclara que saint Louis de Gonzague lui apparut plusieurs fois pour lui apprendre à prier.

À l'âge de quinze ans, Edvige voulait devenir religieuse, mais sa mère ne la laissa pas faire. Elle accepta cela comme étant la Volonté de Dieu. La même année, sa soeur Paulina est née. Jusque-là, Edvige n'avait que des frères. Elle devait donc aider sa mère à faire le ménage et s'occuper de sa grand-mère malade. Après l'âge de seize ans, les apparitions de Jésus, de Marie, des saints et des anges sont devenues plus fréquentes.

Âme victime pour la conversion des communistes

Jésus avait choisi Edvige pour être une âme victime et elle s’est offerte généreusement pour le salut des autres. Jésus lui a demandé beaucoup de prières et de sacrifices parce que beaucoup d'âmes étaient en danger de damnation éternelle. Edvige écrivait dans son journal le 25 mai 1941: «Pendant que je priais devant le Saint-Sacrement, je suis entrée en extase et j'ai vu Jésus sur la croix qui saignait de chaque blessure. Le sang tombait sur le sol. J'ai vu des anges tenant des calices d'or sous les plaies. Les calices se remplirent rapidement et bientôt le sang retomba à nouveau sur le sol. Jésus pleurait. Je lui ai dit: «Pourquoi pleures-tu?» Il a répondu: «Ma fille, je pleure parce que le sang que j'ai versé au cours de Ma Passion est gaspillé sans porter de fruits.»

À une autre occasion, elle écrit: «Après la sainte communion, j'ai vu trois croix. Jésus était sur celui du milieu, les deux autres étaient vides. Alors saint Jean Bosco est venu vers moi et m'a dit:

«Ma fille, Jésus m'a confié la tâche de trouver des âmes victimes pour réparer pour tant d’offenses qu'il reçoit constamment, surtout à cause des modes indécentes, et pour obtenir la paix entre les nations. Ma fille, après avoir cherché pendant un moment, je t'ai trouvée, toi et Gracia. Ces deux croix seront une pour vous et une pour elle» (Journal, 12 juin 1941).

Gracia était l'une des amis proches d'Edvige qui, à l'âge de 33 ans, s'est consacrée à Jésus et s'est offerte comme âme victime pour obtenir la paix pendant la Seconde Guerre mondiale.

Jésus a demandé à Edvige de s'offrir comme victime, spécialement pour les communistes. Elle écrit: «Je rêvais que la Vierge Marie me disait: " Ma fille, promets-moi de supporter toutes les tribulations, le rejet, le mépris et les souffrances pour la conversion des communistes."»

Un jour, la bienheureuse Gabriela Sagheddu, une religieuse trappiste qui s'était offerte comme victime afin que l'Église anglicane se réunisse avec l’Église catholique, apparut à Edvige et lui dit: «Offrez-vous comme victimes afin que les communistes puissent revenir à l'Église mère.»

En juin 1941, elle écrivait dans son journal: «Pendant que je priais, je suis entrée en extase. Saint Jean Bosco est apparu et m'a dit: “Ma petite fille, souviens-toi que tu t'es offerte comme victime pour la libération des pauvres Russes du bolchévisme, ennemi juré de Dieu. Prie pour que bientôt le crucifié puisse entrer en Russie.”»

Les stigmates du Christ

Edvige écrit comment elle avait reçu les stigmates dans son journal le 16 novembre 1938:

«Un jour, alors que je priais, je suis entrée en extase, Jésus est apparu et m'a dit: “Ma fille, veux-tu souffrir?” J'ai répondu: “Oui. Pour l'amour de toi, je veux souffrir.”

«Puis il m’apparut sur le crucifix, de ses blessures jaillirent des rayons de lumière et ces rayons m’atteignirent me blessant les mains, les pieds, la tête et les côtés. J'ai ressenti une douleur dans toutes les parties blessées et je suis restée sur le sol pendant plusieurs heures. Quand je me suis réveillée, j'ai vu que du sang coulait de mes blessures et j'ai ressenti une grande douleur. Depuis ce jour, j'ai commencé à méditer sur la Passion matin et soir.»

Elle a également reçu la couronne d'épines et la transverbération, la blessure à son cœur. Ce phénomène est arrivé à de nombreux autres mystiques tels que Padre Pio et Sainte Thérèse d’Avila. Edvige a écrit: «Je priais pour le bon Jésus, et tout à coup un ange est apparu et a blessé mon cœur. Je sens toujours cette blessure maintenant. C'est une blessure qui me brûle d'amour pour Jésus.»

Flora Argenti a témoigné qu'elle avait vu la peau du cœur d'Edvige brûlée et boursouflée et qu'une chaleur intense se faisait sentir. Elle avait des chemises de nuit avec des marques de brûlures autour de son cœur.

Sa piété et ses vertus

Edvige a vécu une vie de pénitence et de charité. Elle n'a pas accompli de grands actes de pénitence comme les autres saints mais elle a patiemment accepté l’inconfort, les souffrances et la persécution de la part de personnes qui la considéraient comme une folle ou une voyante. Elle jeûnait souvent et ne mangeait en général qu'un morceau de pain au petit-déjeuner et au souper.

Tout au long de sa vie, Edvige a dû s'occuper de sa mère, de sa tante, de sa grand-mère, de son père et enfin de sa soeur Paulina. Elle l'a toujours fait avec amour et patience. Elle a particulièrement aimé les pauvres. Si quelqu'un de pauvre frappait à la porte pendant qu'elle mangeait, elle leur donnait toute sa nourriture. Edvige disait: «Les pauvres sont mes plus chers amis. Je donnerais tout pour eux, boucles d'oreilles, bagues… Je les aime parce que Jésus les aime… Au Ciel, nous verrons tout le bien fait aux pauvres. Ils nous ouvriront les portes du ciel.»

Bilocation

Pendant la Première Guerre mondiale, Edvige se rendait fréquemment en bilocation sur le champ de bataille, puis elle rapportait des informations sur des soldats disparus ou morts.

Paulina se souvient qu'Edvige avait été emmenée deux fois rendre visite au cardinal Mindzenty en prison et qu'elle lui avait parlé et à Jésus. (Le cardinal Mindzenty a également reçu des visites de Padre Pio en bilocation pendant son emprisonnement.)

Edvige se rendit également à Moscou en bilocation et entra dans la chambre de Staline au Kremlin. Elle le vit bouger son poing en disant: «Je suis le puissant et terrible ennemi de Dieu.»

Edvige a déclaré que Staline avait un regard si vilain que vous en aviez peur. Vitalia se souvient: «Un jour, j'étais chez Edvige et Paulina. Nous avons vu Edvige en prière profonde et l'avons entendue dire: “Vous devez vous convertir. Mais si vous voulez être l'ennemi éternel de Dieu, vous le serez.” Quand elle est sortie de l'extase, sa sœur lui a demandé à qui elle parlait et elle a répondu qu'elle était allée dans la chambre de Staline à Moscou… à son invitation à se convertir, il avait répondu: “Je ne me convertirai jamais. Je serai l'ennemi de Dieu pour toujours.”»

Communions surnaturelles

Plusieurs fois au cours de sa vie, Edvige a reçu la Sainte Communion de Jésus lui-même ou d'un saint. Son amie Vitalia raconte qu'elle avait trouvé Edvige en prière à plusieurs reprises, avec une hostie sur sa langue, sans pouvoir expliquer comment cela s'était passé. Paulina a déclaré qu'un matin, en se réveillant, elle avait trouvé Edvige en extase avec une hostie sur sa langue. Elle lui a ensuite posé des questions à ce sujet et Edvige lui a dit que saint Paul de la Croix et deux autres passionistes (dont saint Gabriel de l’Addolorata) étaient venus la lui donner. D'autres fois, elle a reçu la communion de saint Jean Bosco, de saint Dominique Savio, de saint Vincent Strambi et d'autres.

L'Ange gardien d'Edvige était son ami fidèle et l'a aidée dans tous ses besoins. Soeur Teresa Josefina Azzena a dit: «Mon oncle m'a fait lire des lettres qui semblaient avoir été écrites par des personnes très instruites, alors qu'Edvige n'était pas scolarisée. Ces lettres avaient été dictées par son ange gardien. Certaines d'entre elles ont été écrites en latin, une langue qu'Edvige ne connaissait pas.»

Son amour pour Marie et le chapelet

Depuis l'âge de cinq ans, Edvige a vu la Vierge Marie prendre vie sur un tableau chez sa grand-mère. Tout au long de sa vie, la Vierge Marie lui est apparue maintes fois en lui disant d'aimer Jésus, de lui offrir des souffrances et de réciter le chapelet pour les pécheurs.

Elle écrivait dans son journal de mars 1942: «La Vierge Marie m'est apparue les larmes aux yeux. Je me suis approchée d'elle et j'ai dit: “Pourquoi pleurez-vous?” “Je pleure parce que je ne peux pas apaiser la colère de mon Fils contre la race humaine. Si les hommes ne font pas pénitence, la guerre ne se terminera pas et beaucoup de sang sera versé. Ma fille, les modes impudiques et la malhonnêteté ont mis Dieu en colère. Priez et faites pénitence. Priez fréquemment le chapelet. C'est la seule arme puissante qui puisse attirer les bénédictions du ciel.”»

En janvier 1942, elle écrivait: «Après la communion, j'étais en extase. J'ai vu la Vierge Marie tenant un panier rempli de chapelets blancs et d'autres couleurs différentes. La Vierge prenait ces chapelets et les donnait aux gens qui étaient là pour prier. De chacune des perles de ces chapelets une sorte d’eau parfumée est descendue. Il y avait des milliers de chapelets et elle les a tous distribués. Puis, se tournant vers ces âmes, elle leur dit:

«“Fils et filles, ces chapelets vous permettront d'éteindre le feu qui s'est propagé dans le monde entier. C'est l'arme la plus puissante. L'homme ne peut pas trouver une arme plus puissante.” Et cela dit, elle disparut.»

Jésus lui a permis d'avoir une vue sur le ciel. En août 1941, elle écrivait: «Jésus m'a dit: “Viens et tu verras de belles choses.”

«Je m'approchai d'une belle porte qui avait deux anges, un de chaque côté la gardent. La porte avait un panneau qui disait: “Ceux qui sont malhonnêtes et impudiques ne peuvent pas entrer.” Les anges m'ont fait entrer. Je suis entrée avec joie. C'était un morceau de paradis. Tellement beau! Des plantes et des fleurs que je n'avais jamais vues auparavant. Le sol était recouvert de perles et de fleurs précieuses. Puis ils m'ont fait signe de ne pas aller plus loin. J'ai vu un prêtre salésien s'approcher de moi tenant une clé dans sa main. Il ouvrit la porte où il était écrit “Jardin salésien”. À l'intérieur, il y avait des prêtres et des laïcs de tous les temps. C'était un beau jardin avec des plantes et des fleurs que je n'avais jamais vues et tout le monde chantait joyeusement.»

Sa sainte mort

Le 17 février 1952, Edvige se leva tôt le matin et alla à la messe comme d' habitude. Elle revint à la maison et prépara un repas avant de retourner à l'église pour entendre le Père Lombardi prêcher. Edvige et Paulina sont rentrées chez elles vers 20h30 en train. Peu de temps après, Edvige a commencé à se plaindre qu'elle ne se sentait pas bien. Elle a dit deux fois: «Je meurs» et ensuite «Je ne peux pas voir.»

Paulina appela le médecin et les prêtres de leur paroisse Marie Auxiliatrice. Deux prêtres vinrent lui donner les derniers sacrements. Elle est décédée le même soir à 22h30 d’une angine de poitrine, un manque de sang dans son cœur. Elle était réputée sainte à sa mort et de nombreuses personnes témoignent déjà des miracles qu’elle a accomplis après sa mort.

Source: www.mysticsofthechurch.com/2014/02/edvige-carboni.html

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut