EnglishEspañolPolskie

L'existence des anges : une vérité de foi

le dimanche, 01 octobre 2017. Dans Cathéchèses et enseignements

Voici ce que le Catéchisme de l’Église catholique, publié par le Vatican en 1992, enseigne sur les anges (paragraphes 328 à 336):

L’existence des êtres spirituels, non corporels, que l’Écriture Sainte nomme habituellement anges, est une vérité de foi. Le témoignage de l’Écriture est aussi net que l’unanimité de la Tradition.

Saint Augustin dit à leur sujet: «‘Ange’ désigne la fonction, non pas la nature. Tu demandes comment s’appelle cette nature? – Esprit. Tu demandes la fonction? – Ange; d’après ce qu’il est, c’est un esprit, d’après ce qu’il fait, c’est un ange» (Psal. 103, 1, 15). De tout leur être, les anges sont serviteurs et messagers de Dieu. Parce qu’ils contemplent «constamment la face de mon Père qui est aux cieux» (Mt 18, 10), ils sont «les ouvriers de sa parole, attentifs au son de sa parole» Ps 103, 20).

Ange-GardienEn tant que créatures purement spirituelles, ils ont intelligence et volonté : ils sont des créatures personnelles (cf. Pie XII : DS 3801) et immortelles (cf. Lc 20, 36). Ils dépassent en perfection toutes les créatures visibles. L’éclat de leur gloire en témoigne (cf. Dn 10, 9-12).

Le Christ est le centre du monde angélique. Ce sont ses anges à Lui: «Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire avec tous ses anges...» (Mt 25, 31). Ils sont à Lui parce que créés par et pour lui: «Car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses, dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles: trônes, seigneuries, principautés, puissances; tout a été créé par lui et pour lui» (Col 1, 16). Ils sont à Lui plus encore parce qu’Il les a faits messagers de son dessein de salut: «Est-ce que tous ne sont pas des esprits chargés d’un ministère, envoyés en service pour ceux qui doivent hériter le salut?» (He 1, 14).

Ils sont là, dès la création (cf. Jb 38, 7, où les anges sont appelés «fils de Dieu») et tout au long de l’histoire du salut, annonçant de loin ou de près ce salut et servant le dessein divin de sa réalisation: ils ferment le paradis terrestre (cf. Gn 3, 24), protègent Lot (cf. Gn 19), sauvent Agar et son enfant (cf. Gn 21, 17), arrêtent la main d’Abraham (cf. Gn 22, 11), la loi est communiquée par leur ministère (cf. Ac 7, 53), ils conduisent le Peuple de Dieu (cf. Ex 23, 20-23), ils annoncent naissances (cf. Jg 13) et vocations (cf. Jg 6, 11-24 ; Is 6, 6), ils assistent les prophètes (cf. 1 R 19, 5), pour ne citer que quelques exemples. Enfin, c’est l’ange Gabriel qui annonce la naissance du Précurseur et celle de Jésus lui-même (cf. Lc 1, 11. 26).

De l’Incarnation à l’Ascension, la vie du Verbe incarné est entourée de l’adoration et du service des anges. Lorsque Dieu «introduit le Premier-né dans le monde, il dit: ‘Que tous les anges de Dieu l’adorent’» (He 1, 6). Leur chant de louange à la naissance du Christ n’a cessé de résonner dans la louange de l’Église: « Gloire à Dieu... » (Lc 2, 14). Ils protègent l’enfance de Jésus (cf. Mt 1, 20; 2, 13. 19), servent Jésus au désert (cf. Mc 1, 12 ; Mt 4, 11), le réconfortent dans l’agonie (cf. Lc 22, 43), alors qu’il aurait pu être sauvé par eux de la main des ennemis (cf. Mt 26, 53) comme jadis Israël (cf. 2 M 10, 29-30; 11, 8). Ce sont encore les anges qui «évangélisent» (Lc 2, 10) en annonçant la Bonne Nouvelle de l’Incarnation (cf. Lc 2, 8-14), et de la Résurrection (cf. Mc 16, 5-7) du Christ. Ils seront là au retour du Christ qu’ils annoncent (cf. Ac 1, 10-11), au service de son jugement (cf. Mt 13, 41; 24, 31; Lc 12, 8-9).

D’ici là toute la vie de l’Église bénéficie de l’aide mystérieuse et puissante des anges (cf. Ac 5, 18-20; 8, 26-29; 10, 3-8; 12, 6-11; 27, 23-25).

Dans sa liturgie, l’Église se joint aux anges pour adorer le Dieu trois fois saint ; elle invoque leur assistance (ainsi dans le «Supplices te rogamus...» du Canon romain ou le In Paradisum deducant te angeli... de la Liturgie des défunts, ou encore dans l’» Hymne chérubinique « de la Liturgie byzantine, elle fête plus particulièrement la mémoire de certains anges (S. Michel, S. Gabriel, S. Raphaël, les anges gardiens).

Du début (de l’existence) (cf. Mt 18, 10) au trépas (cf. Lc 16, 22), la vie humaine est entourée de leur garde (cf. Ps 34, 8 ; 91, 10-13) et de leur intercession (cf. Jb 33, 23-24; Za 1, 12; Tb 12, 12). «Chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la vie» (S. Basile, Eun. 3, 1: PG 29, 656B). Dès ici-bas, la vie chrétienne participe, dans la foi, à la société bienheureuse des anges et des hommes, unis en Dieu.

Sujets

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut