EnglishEspañolPolskie

«Je suis la Mère du Désarmement»

le lundi, 01 octobre 2018. Dans Apparitions

Apparitions de la Vierge Marie en RDC

Lors de notre session d’étude sur la Démocratie Économique (Crédit Social) en septembre dernier à Rougemont, des prêtres de la République Démocratique du Congo (RDC) nous ont fait découvrir les apparitions récentes de la Très Sainte Vierge Marie en RDC, où Notre-Dame apparaît depuis le 3 mai 1988, se présentant sous le titre inédit de « Mère du Désarmement ». Ces apparitions ont été reconnues officiellement par l’archevêque actuel de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. Les informations suivantes sont tirées du site meredudesarmement.over-blog.com

La Vierge Marie est apparue le 3 mai 1988 à Raphaël Minga Kwete à Kinshasa, sous le titre de « Marie, Mère du Désarmement ». Le désarmement dont parle Marie, à un premier niveau, touche plus l’intérieur de l’homme et vise d’abord la purification du cœur de l’homme et son intelligence. Car les hommes en général, et les Congolais en particulier, sont plongés dans la sorcellerie, la magie, la drogue, la violence, le sexe et le désir de faire la guerre. Le pouvoir qu’a Marie, lui permet d’écraser la tête du dragon infernal (Satan) et de le vaincre.

Les temps présents sont ceux où le diable cherche à provoquer une troisième guerre mondiale qui sera nucléaire. Le point de départ de celle-ci sera les troubles à venir au Congo (ex Zaïre), pays qui a été consacré à Satan le 5 mai 1975 à minuit. Ainsi, le troisième millénaire sera empreint de troubles, en Afrique et dans le monde.

Ayant vu cela, la Vierge Marie a obtenu de son Fils la grâce d’agir. Si le peuple congolais (de la RDC) en général et le clergé de l’Église catholique en particulier l’acceptent comme Mère du Désarmement, et que la messe de réparation et celle de la consécration du Congo à son Fils qu’elle demande, sont célébrées par le cardinal, les malheurs qui nous guettent, à savoir la guerre civile de plus de vingt ans sera évitée ou écourtée ; le démembrement du pays ; les troubles de l’Afrique, et surtout la troisième guerre mondiale nucléaire seront évités. Le Congo, libéré de l’emprise du diable, connaîtra alors une grande prospérité, car dirigé et habité par des hommes et des femmes craignant Dieu. Une nouvelle évangélisation rayonnera du Congo vers l’Afrique puis dans le monde entier. Le troisième millénaire sera un millénaire de paix où la Parole du Seigneur Jésus Christ sera répandue et acceptée.

Le voyant, Raphaël Minga Kwete

Raphaël Minga Kwete est né à Ilebo le 11 avril 1967. Son père protestant a travaillé comme laborantin aux Cliniques Universitaires de Kinshasa. Sa maman était catholique. Tous deux décédés, le père en 1997, et la mère en 2006. Actuellement étudiant en 2è licence de Théologie aux Facultés Catholiques de Kinshasa, Raphaël est licencié en philosophie depuis 1998, après un passage de 1989 à 1991 à la faculté de Droit de l’université de Kinshasa.

Dès sa jeune enfance, il a souffert des yeux, jusqu’à devenir aveugle à l’âge de neuf ans, en 1976. C’est alors que Jésus lui apparaît pour la première fois :

« Jésus était sur la croix, saignant. Il m’a sorti du royaume de la mort. J’avais l’impression d’être au fond de la terre. Il m’a fait venir à la surface et a promis de faire de moi un mystique. Aussitôt, je retrouvai la vue ».

Le 2 mai 1988 à 17h, Dieu lui parle, lui donnant le nouveau nom de « Minga Kwete Rufin », comme plus tard il recevra celui de Raphaël. La voix lui dit : « Sais-tu ce qui s‘est passé aux temps d‘Ezéchiel ? Les peuples allaient en captivité, à cause de la désobéissance du monde. Si cela continue, il y aura des troubles et des guerres. » La voix me demanda de lire le chapitre 12 d’Ezéchiel.

« Qui es-tu ? » demanda Raphaël. La voix répondit : « Je suis le Dieu des Puissances ! » Aussitôt, Raphaël entra en extase, bouleversé par cette réponse. Dieu dit encore : « Adresse une prière à Ma mère Marie qui est aussi ta Mère. Car le 3 mai ne se passera sans qu‘il t‘advienne quelque chose... »

L’apparition du 3 mai

Raphaël raconte : « Je me suis alors enfermé dans ma chambre, avec mon chapelet et me suis agenouillé sur ma natte. Je suis entré en extase, aux alentours de 16-17h jusqu‘à 2h56 du matin du 3 mai 1988. Mais le temps m’a semblé si court que je pensais que ça n’avait duré que quelques secondes.

« Je me suis trouvé dans un univers qui semblait situé sous terre, un monde tellement noir que je ne pouvais voir mon propre corps. J’ai compris que c‘était le monde des ténèbres. Peut-être l’enfer ! Puis, il est apparu une lumière d’une telle blancheur, sans tache. C‘était la Vierge, toute immaculée, avec une chevelure noire bouclée. Ses pieds ne touchaient pas la terre. Elle a compris que j‘avais peur car elle me dit : “N‘aie pas peur !”.

« Elle me montra une sorte de pancarte sur laquelle on pouvait lire : « Sainte Vierge Marie, Mère du Désarmement ». Elle m’a donné une référence biblique : Ezéchiel 21, 13-22, disant que si nous ne nous conformions pas à la parole divine, il y aura beaucoup de morts. “Le temps des grands bouleversements s’approche”, précisa-t-Elle. “Toutes ces choses, tu les expliqueras aux autorités, quand je t’en donnerai la permission”. Puis, elle m‘a reconduit à cette vie. »

Toujours la même année 1988, le 3 juin, Jésus en habits rouges dira à Raphaël : « Ma croix est ta délivrance ! Toi aussi, tu subiras le martyre de l’âme. À travers ta souffrance, tu verras beaucoup de choses. Cette couleur pourpre est le signe de ma souffrance, mais aussi celui de la présence de l‘Esprit-Saint ».

L’année 1988, fut riche en événements. Le 29 juin 1988, Jésus lui est apparu en compagnie de sa mère, la Très Sainte Vierge Marie. Jésus le bénit douze fois et lui demanda de méditer 2 Cor 6, 3-11.

C‘est un Jésus tout saignant qui lui est apparu le 15 juillet 1988 à 17 h. « Il souffla sur moi », raconte Raphaël. « J‘avais l‘impression d’avoir une croix enfouie dans la tête. Et cette croix bougeait de temps en temps. Quand je suis en face de quelqu’un, il suffit que je me signe pour que je lise en lui comme sur un tableau. Avec ce don de connaissance, je vois beaucoup de choses, mais avant de le raconter : je dois d’abord avoir l’autorisation du Ciel. »

Le 27 juillet 1988 à 4h41 du matin, Raphaël se réveille au son d’une sorte de sonnerie, comprenant tout de suite qu‘on voulait lui parler. Il prit un papier et un stylo. Jésus entra dans la maison sous la forme d’un enfant portant une lampe. Peu après, la Mère du ciel est entrée, avec une telle puissance, brillante comme le soleil, elle portait un pagne noir. Elle s’assit et dit à Raphaël :

« Minga Kwete Raphaël-Espérance (elle lui donna ce second prénom), je viens te confirmer que c’est bien moi qui apparais ! Je suis la Mère du Désarmement car ma puissance est extrême. Je suis venue désarmer Satan et ses acolytes, car ils préparent une véritable catastrophe et l’apostasie du monde. Que les responsables de l‘Église méditent sur ce que je viens de te dire. Que leurs méditations soient humbles afin qu‘ils comprennent ce que je veux réellement en me révélant à toi comme Mère du Désarmement.

« Dis cela aux ecclésiastiques et que ce message soit diffusé dans le monde avant la clôture officielle de l‘année mariale. C’est moi qui ai inspiré au pape Jean-Paul II que l‘année me soit consacrée. Je le lui ai inspiré afin de te faire cette révélation, parce que je sais ce qui va se passer dans le monde...

« Avant la diffusion de ce message, il faut que tu pries pendant neuf jours avec deux prêtres et que le cardinal fasse une bénédiction officielle, le neuvième jour de la prière avant le jour de cette proclamation. Que tous les mystiques de l‘Église méditent, et que leur méditation soit humble pour qu‘on comprenne à temps ce que je veux au nom de mon fils Jésus-Christ, Seigneur et Sauveur ».

J’ai donc compris que la Vierge apparaissait, parce qu‘il y avait des malheurs en perspective. Elle précisa aussi qu‘elle allait apparaître dans le monde au cours des trois ans qui suivaient. Cette période évoquait la durée de la vie publique du Christ, pendant laquelle il a prêché la Bonne Nouvelle.

Marie ajouta : « Si je ne t‘aimais pas tant, tu aurais perdu connaissance, à cet instant où je te parle ». Bellarmin, son jeune frère, était réveillé. Il entendait toute la maison bouger sans qu‘il comprenne ce qui se passait. Quant à ses parents, ils semblaient pris par une sorte d‘ivresse, alors qu‘ils n‘avaient rien bu.

Les apparitions de Jésus et de Marie allaient continuer à se succéder chez lui à la maison et en même temps le message du Désarmement est donné par la Vierge à plusieurs autres personnes.

À Kinshasa, le 14 avril 1989, cinq arcs-en-ciel étaient apparus en même temps dans le ciel. Trois jours plus tard en date du 17 avril 1989, le « badamier » dont le feuillage couvre la parcelle de son ombre, se mit à perdre abondamment de ses feuilles et à sécher. C’était pourtant la saison d’abondantes pluies. En quelques jours, l’arbre fut complètement sec. Cet arbre, expliqua la Vierge, symbolise la crise, l’inutilité de l’homme sans foi et sans espérance en Dieu. C’est aussi en signe de manque de foi des chrétiens. Mais surtout, c’est le signe visible de la présence de la Vierge en ce lieu où elle demande d’être proclamée : Mère du Désarmement.

La Vierge avait promis qu‘un autre arbre allait pousser à coté de « l‘arbre sec » pour signifier que celui qui a cru vivra, même s‘il meurt. Ce nouvel arbre a déjà poussé, de manière tout aussi mystérieuse. Depuis lors, cet endroit est devenu un lieu de prière, qui porte le nom de « NZETE EKAUKA » ou « ARBRE SEC ». Des milliers de gens s’y sont rendus pour invoquer la Très Sainte Vierge Marie, Mère du Désarmement.

Au mois d’août 1991, la Vierge fit savoir que si ce qu‘elle avait demandé ne se réalisait pas, la guerre allait envahir le monde à partir du Congo (RDC). Elle répéta ce message en début de septembre 1991, alors que Kinshasa venait d‘être en proie au premier « pillage » le 21, 22 et 23 du même mois. Elle devint plus insistante, le 27 octobre 1992 :

« Aussi longtemps que le Congo ne me reconnaîtra pas comme la Mère du Désarmement, il allait vivre une guerre civile pendant une vingtaine ou une trentaine d’années. Ses régions seront envahies, une par une par cette guerre, puis ce sera le tour de Kinshasa, sa capitale. Celle-ci ne pourra échapper à un grand massacre que par grâce spéciale et particulière. Pendant cette époque, le poste de Président de la République sera pratiquement vacant. Beaucoup de gens allaient trouver la mort ».

Le 3 décembre 1992, Raphaël reçut cette prière de consécration à la Vierge Marie, Mère du Désarmement Mère de la Paix :

« Seigneur Jésus-Christ, roi de Paix, maintenant que nous vénérons publiquement ta très sainte Mère et la nôtre Vierge Immaculée comme Mère du Désarmement, fais pleuvoir sur nous une pluie de paix, de justice, de grâce, d’amour, d’espérance, de foi, de persévérance, de fidélité, d’unité et de miséricorde. Que l’exploitation de l’homme par l’homme soit anéantie et effacée sur toute surface de la terre. Amen. »

Le 30 mars 1996, la Vierge annonça un signe qui allait se produire à Nzete Ekauka le 17 Avril. Au jour convenu, l’assistance venue à la prière assista pour la première fois, émerveillée, au spectacle de la « danse du soleil ». Jamais pareil prodige ne s’était encore produit au Congo. Il s’est déjà produit à Fatima le 13 octobre 1917. Le lendemain, la Vierge parla à nouveau : « Ils n‘ont pas compris. Je vais encore me manifester le 1er mai ».

Ce jour-là, près de 35 000 personnes vinrent au rendez-vous. Ils vécurent eux aussi les métamorphoses du soleil, changeant de couleurs, prenant la forme de l’Hostie, tournant autour de lui-même comme s’il exécutait une danse. D’autres perçurent dans le ciel la carte de l’Afrique au milieu de laquelle celle du Congo ; d’autres voyaient la Vierge elle-même dans le ciel. Ce miracle dans le ciel de « Nzete Ekauka » se reproduisit jusqu’en 1997.

Reconnaissance par le cardinal

Le 18 mars 2017, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa, reconnaissait officiellement les apparitions de Marie Immaculée, sous le titre de « Mère du Désarmement » :

Nous, Laurent Cardinal MONSENGWO Pasinya, par la grâce de Dieu et la bienveillance du Siège Apostolique, Archevêque Métropolitain de Kinshasa ;

Tenant compte du travail réalisé par notre prédécesseur son Éminence Frédéric Cardinal ETSOU, qui a institué la première Commission Théologique « Mère du Désarmement », notamment par son message contenu dans sa lettre du 1er octobre 1998 : « …le ciel lui-même nous a donné des signes de sa bienveillance et de sa miséricorde, qui nous permettent une fois de plus de compter sur l’efficacité de l’intercession de notre Mère la Vierge Marie, Mère du Désarmement… » Et encore : « plusieurs fruits ont été observés sur le lieu de ces événements et dans la vie des chrétiens qui le fréquentent… ».

Après avoir pris connaissance du Corpus constitué par la Commission Théologique et Doctrinale « Mère du Désarmement », regroupant tous les textes concernant « Nzete Ekauka », rassemblé avec la patience requise pour avoir un éclairage aussi large que possible des événements de Kingasani I et de leur interprétation ;

Après avoir reçu les conclusions rédigées par la Commission Médicale au sujet de la personnalité de Raphaël MINGA et de son état de santé physique et psychique ;

Après avoir constaté que le voyant principal et les voyants secondaires ont pleinement collaboré avec la Commission Théologique et Doctrinale et la Commission Médicale instituées par nous ;

Après avoir pris connaissance de différents Messages transmis par la Très Sainte Vierge Marie, Immaculée « Mère du Désarmement » et de différents témoignages relatifs ;

Compte tenu du contexte social et politique du milieu où se sont produites les apparitions : détérioration de la situation politique et émergences de plusieurs groupes religieux échappant parfois au contrôle des autorités religieuses et politiques. La Vierge Marie ayant sommé les voyants d’alerter le peuple de Dieu à Kinshasa qu’une menace de catastrophes toute imminente pesait sur le pays (la RDC) et le monde ; et que la guerre qui menaçait le Zaïre (la RDC) partirait de l’Est ;

Considérant les événements vécus par les uns et les autres : le phénomène de la « danse du soleil » observé à Kinshasa et à l’intérieur du pays ; le pays a été envahi et ravagé et sa population massacrée continue d’endurer les atrocités de la guerre (avec des millions de morts enregistrés) que les spécialistes ont appelé la première guerre mondiale d’Afrique, en raison de son internationalisation.

Il nous semble fondé qu’il y a eu au départ de l’expérience de « Nzete Ekauka » un don et un appel de Dieu, par la Sainte Vierge Marie qui se présente comme la « Vierge Marie, Immaculée, Mère du Désarmement ». C’est-à-dire celle qui peut désarmer les forces du mal qui nous assaillent ;

Considérant le fait que les événements de « Nzete Ekauka » ont ravivé la foi des fidèles, notamment le recours à l’intercession maternelle de la Vierge Marie et l’importance des exercices spirituels : piété mariale, récitation du saint Rosaire, chemin de croix, mortification etc., ont suscité la persévérance à croire au Message révélé par « Marie, Immaculée, Mère du Désarmement » ;

Considérant que la Vierge Marie a décliné son identité et s’est présentée sous le titre de : « Marie, Immaculée, Mère du Désarmement », c’est-à-dire celle qui désarme par la force du Saint-Esprit les puissances du mal dans le cœur de l’homme ;

À travers le titre inédit de « Marie, Immaculée, Mère du Désarmement », le message de Kingasani I vient opportunément nous rappeler l’union intime de Marie au combat de son Fils, et donc son engagement profond à l’œuvre de notre salut. (Cf. Jn 19, 26-27).

Le message qui se dégage des événements de Kingasani I est que la Vierge s’est présentée dans la situation dramatique de notre pays comme celle qui appelle à la conversion pour établir la paix dans les cœurs et dans le pays. L’important, c’est que l’homme montre un cœur contrit et humble, qu’il mette sa confiance en Dieu et non pas dans sa propre sagesse et ses propres forces.

Peuple de Dieu, en ma qualité de votre Pasteur, j’attire votre attention sur le fait que, malgré tout ce qui a été fait pour la paix en République Démocratique du Congo, malgré l’intervention de la Communauté Internationale qui a consenti des financements incalculables pour repacifier notre pays, tous les calculs humains semblent avoir échoué, lamentablement.

J’estime que l’heure est venue pour que nous puissions comprendre la profondeur et la grandeur de ce Message de « Marie, Immaculée, Mère du Désarmement » qui nous a été révélé à Kingasani I sur le site « Nzete Ekauka » ;

J’invite le peuple et ses pasteurs à prier et à implorer l’intercession de la « Vierge Marie, Immaculée, Mère du Désarmement » pour qu’elle puisse nous aider à désarmer, une fois pour toutes, ceux qui nous imposent ces guerres et ces situations inhumaines qui perpétuent la misère dans notre pays ;

Que « Marie, Immaculée, Mère du Désarmement » porte dans ses tendres mains tous ces millions de victimes innocentes et les confie, par son Fils, à la Miséricorde Divine ;

En vertu de notre pouvoir ordinaire, après avoir réfléchi, médité et prié, nous autorisons le peuple de Dieu et ses pasteurs à se rendre massivement au site « Nzete Ekauka » de Kingasani I et à rendre un culte à Marie, sous le titre de « Marie Immaculée, Mère du Désarmement ».

Que la Vierge Marie Immaculée, Mère du Désarmement intercède pour notre pays, la République Démocratique du Congo, et le conduise à la paix et au développement durable !

Avec ma bénédiction paternelle,

Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya

Archevêque de Kinshasa

Fait à Kinshasa, le 18 mars 2017

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut