Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Des commandements de Dieu

le mardi, 01 janvier 1952. Publié dans Explication du catéchisme de Québec

Explication du catéchisme de Québec — Chapitre trentième

*357.— Q. Suffit-il d’appartenir à l’Église de Dieu pour être sauvé ?

R. Il ne suffit pas, pour être sauvé, d’appartenir à l’Église de Dieu; il faut encore observer les commandements de Dieu et de l’Église.

— Les commandements sont les lois faites par Dieu ou par l’Église et que nous sommes obligés d’observer, pour mériter le ciel.

Les lois de Dieu obligent les enfants dès qu’ils sont capables de distinguer le bien du mal et d’agir raisonnablement, donc parfois bien avant l’âge de sept ans.

Les lois de l’Église n’obligent qu’à partir de sept ans; la loi du jeûne n’oblige que ceux qui ont 21 ans accomplis.

358.— Q. Quels sont les commandements qui renferment toute la loi de Dieu ?

R. Les commandements qui renferment toute la loi de Dieu sont les deux suivants: 1. Vous aimerez le Seigneur votre Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme, de toutes vos forces et de tout votre esprit; 2. Vous aimerez votre prochain comme vous-même, pour l’amour de Dieu.

— Par prochain, on entend tous les hommes, même nos ennemis.

359.— Q. Pourquoi dites-vous que ces deux commandements de l’amour de Dieu et du prochain renferment toute la loi de Dieu ?

R. Je dis que ces deux commandements de l’amour de Dieu et du prochain renferment toute la loi de Dieu, parce que tous les autres commandements ne nous ont été donnés que pour nous aider à connaître et à observer ces deux commandements.

*360.— Q. Récitez l’abrégé des commandements de Dieu ?

R. 1. Un seul Dieu tu adoreras,
Et aimeras parfaitement.

2. Dieu en vain tu ne jureras,
Ni autre chose pareillement.

3. Les dimanches tu garderas,
En servant Dieu dévotement.

4. Père et mère tu honoreras,
Afin de vivre longuement.

5. Homicide point ne seras,
De fait ni volontairement.

6. Impudique point ne seras,
De corps ni de consentement.

7. Le bien d’autrui tu ne prendras,
Ni retiendras sciemment.

8. Faux témoignage ne diras,
Ni mentiras aucunement.

9. L’œuvre de chair ne désireras,
Qu’en mariage seulement.

10. Biens d’autrui ne désireras,
Pour les avoir injustement.

— Dieu n’a pas donné aux hommes que ces dix lois; il y en a beaucoup d’autres encore, mais les autres sont contenues dans ces dix; c’est pour cela que l’on dit que ces dix préceptes sont l’abrégé des commandements de Dieu.

Dieu ne s’est pas servi des termes rapportés plus haut pour donner ses commandements aux hommes, mais on a rédigé ainsi en vers les dix préceptes du Seigneur pour les faire retenir plus facilement.

Voici les commandements tels que Dieu les donna à son peuple sur le mont Sinaï.

1. Je suis le Seigneur votre Dieu, qui vous ai tirés de la terre d’Égypte, de la maison de servitude. Vous n’aurez pas d’autres dieux devant moi. Vous ne ferez point d’images taillées ni aucune figure pour les adorer ni pour les servir.

2. Vous ne prendrez point le nom du Seigneur votre Dieu en vain.

3. Souvenez-vous de sanctifier le jour du Sabbat.

4. Honorez votre père et votre mère, afin que vous viviez longtemps sur la terre.

5. Vous ne tuerez point.

6. Vous ne commettrez pas de fornication.

7. Vous ne déroberez point.

8. Vous ne porterez point de faux témoignage contre votre prochain.

9. Vous ne désirerez point la femme de votre prochain.

10. Vous ne désirerez point sa maison, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni rien qui soit à lui.

361.— Q. Qui a donné les dix commandements ?

R. C’est Dieu lui-même qui a donné les dix commandements à Moïse sur le mont Sinaï, et Jésus-Christ les a confirmés dans son Évangile.

Moïse était le chef du peuple juif; il vivait environ 1550 ans avant Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Le mont Sinaï est une montagne de l’Arabie.

Jésus-Christ a confirmé les commandements de Dieu dans l’Évangile, signifie que Notre-Seigneur, pendant qu’il était sur la terre, a répété ces commandements en disant qu’il fallait les observer. Il leur a donc donné “plus de force”, à cause de son autorité qui les sanctionnait de nouveau.