EnglishEspañolPolskie

Manque Chronique de Pouvoir d'Achat

le mardi, 01 janvier 2019. Dans Dividende Social

25. Pourquoi dites-vous que nous manquons de pouvoir d’achat?

Vous n’avez pas besoin de faire bien du chemin pour trouver des individus qui se plaignent de manquer de pouvoir d’achat, de ne pouvoir payer des choses dont ils ont besoin pour eux et leur famille, alors que ces choses abondent partout.

Des produits, pourtant désirés, ne s’écoulent pas. Le pouvoir d’achat global est déficitaire.

Ce n’est qu’en endettant ceux qui les obtiennent que les produits finissent par s’écouler.

Et il y a l’endettement croissant des corps publics pour la production publique.

Tout cela prouve que collectivement le pouvoir d’achat est insuffisant.1a

26. Avez-vous d’autres exemples pour affirmer le manque de pouvoir d’achat?

Tous les jours, les journaux citent des cas de chômage. Malgré des projets publics d’envergure, le chômage persiste ou s’accentue.

Le remède au chômage, c’est l’écoulement des produits. Que faut-il pour qu’ils s’écoulent?

Un écolier vous répondrait: «Il faut une augmentation de pouvoir d’achat.» 2

27. Des économistes ne disent-ils pas que la production finance la consommation?

Des économistes, oui, s’obstinent encore à soutenir que la production finance automatiquement la consommation.

Les prix, disent-ils, sont faits de l’argent dépensé, et l’argent dépensé atteint tôt ou tard le public consommateur.

«Tôt ou tard!» Ce «tôt ou tard» n’a pas l’air de les inquiéter, même si le tôt peut signifier il y a dix ans, par des salaires distribués en rapport avec la construction d’une usine dont les frais sont chargés dans la production d’aujourd’hui; même si le tard peut signifier dans quinze ou vingt ans.

La distribution d’argent entrant dans la facture du prix peut ainsi couvrir des dizaines d’années, alors que le prix, lui, est toujours contemporain du produit mis en vente.

Quel ingénieur estimerait la force d’un courant en ne tenant compte que du volume d’eau qu’il transporte, sans s’occuper du temps que l’eau prend pour franchir une distance donnée?

Il a justement fallu un ingénieur, l’écossais Douglas, pour signaler cette lacune aux économistes.

Il a dû leur rappeler aussi que l’eau qui a passé ne fera jamais tourner la turbine d’un moulin laissé en amont.

De l’argent distribué dans un cycle de production et investi pour financer une expansion économique ne pourra jamais payer à la fois la production dans laquelle il est entré comme prix une première fois et la production nouvelle dans laquelle il entrera de nouveau comme prix. 1b

28. Avec un tel manque de pouvoir d’achat, comment les produits arrivent-ils à s’écouler?

C’est justement pour l’écoulement de la production que les syndicats ouvriers — et d’autres — réclament des travaux publics, des contrats d’armements et d’autres activités qui ne placent pas de produits sur le marché.

29. Réclamer des augmentations de salaires, ne serait-ce pas une bonne façon d’augmenter le pouvoir d’achat?

Toute augmentation de salaire entre dans la facture des prix. Le soulagement temporaire de la hausse de salaires se transforme en une hausse de prix.

Tant que le salaire reste le seul pouvoir d’achat, il est impossible de régler la question du revenu par rapport au coût de la vie.

Vous ne rejoindrez jamais le niveau des prix rien qu’en haussant le niveau des salaires qui entrent dans les prix. C’est ajouter une même somme aux deux termes d’une inégalité. 3a

30. Et si les patrons diminuaient leurs profits?

Il est coutumier, pour les salariés, de s’en prendre aux profits des patrons.

Mais quand bien même il n’y aurait pas de profits, cela n’empêcherait pas le pouvoir total d’achat d’être en désaccord avec le total des prix.

Les causes mentionnées ci-dessus — délais, investissement, etc. — continueraient de créer l’insuffisance collective de pouvoir d’achat. 4a

De plus, dans le système actuel, on ne peut abaisser les prix au niveau du pouvoir d’achat, sans nuire aux producteurs qui ont à rencontrer d’autres frais que les salaires. 3b

Ce qu’il vous faudrait, c’est de l’argent supplémentaire; de l’argent obtenu en dehors du salaire; de l’argent que le patron n’aurait pas à payer et qui, par conséquent, n’entrerait pas dans les prix. 4

31. Et si on créait des emplois?

Les travailleurs chôment justement parce que les produits provenant de leur emploi surabondent. Pourquoi demander de produire davantage quand les produits surabondent?

Le but de l’industrie n’est pas de créer de l’emploi, mais bien de fabriquer des produits. 5

32. Mais alors, comment augmenter notre pouvoir d’achat insuffisant?

Il faut absolument chercher, en dehors du système, un moyen de hausser le pouvoir d’achat, d’augmenter les revenus sans augmenter les prix.

Le seul moyen de corriger l’insuffisance de pouvoir d’achat devant une production qui s’offre à flot, c’est d’introduire dans le système une distribution d’argent qui n’entre pas dans les prix, un revenu dissocié de l’emploi.

L’écart entre le pouvoir d’achat et les prix est inhérent au système qui ne distribue de pouvoir d’achat qu’en rapport avec la participation à la production. 1c

33. Le Dividende Social, c’est ce que vous proposez pour corriger l’insuffisance de pouvoir d’achat?

Oui! Et dans la mesure où le flot de produits n’a plus besoin de tous les bras, un accroissement du Dividende Social compenserait pour le décroissement de la somme des salaires. 2b

34. Qu’est-ce que vous dites, la diminution de la somme des salaires?

C’est le major Douglas, fondateur du Crédit Social qui s’exprime ainsi:

«Que la distribution de pouvoir d’achat (cash credits) aux individus dépende de moins en moins de l’emploi. C’est-à-dire, que le dividende devra remplacer progressivement les salaires et appointements.»

L’ingénieur C.H. Douglas écrit cela parce que le capital social communautaire prend de plus en plus de prépondérance comme facteur de production, alors que le labeur humain en prend de moins en moins.

Si l’on avait compris et adopté cette conception de l’économie en 1917, quand elle fut énoncée, la somme des salaires aurait diminuée plutôt qu’augmentée avec la diminution des heures d’ouvrage.Cependant, le Dividende Social à tous serait considérable.

Avec satisfaction pour tout le monde, puisque la somme des deux distribuerait sans heurt toute la production répondant à des besoins.

Au lieu de cela, les producteurs, salariés et capitalistes sont passés de conflits en conflits, finissant toujours par une hausse de leurs rémunérations respectives, incorporant dans leurs salaires et leurs profits ce qui aurait dû légitimement être distribué en dividendes à tous.

Ce vol — car c’en est un — ce vol du Dividende Social dû à tous transforme en prix ce qui devrait être gratuités. Source d’inflation croissante qui ne satisfait personne, pas même les voleurs, encore moins les volés. 6

35. Que veut dire Douglas par «remplacer progressivement»?

Deux éléments entreraient en ligne pour déterminer ce progressivement:

1. Le progrès dans le volume de production sans rapport au travail.

2. Le progrès dans l’esprit social de la population.

Le premier, le progrès matériel croît sans cesse et continuera de le faire, à moins d’une catastrophe qui replongerait le savoir humain des siècles en arrière.

Quant au deuxième, le progrès social, l’éducation du Crédit Social y contribue déjà et une réforme financière du Crédit Social le développerait graduellement. 7a

36. Cela ne va-t-il pas nuire à la motivation du producteur?

Aujourd’hui, écrit le Major Douglas, le producteur a deux stimulants:

1. Le revenu

2. Le plaisir de transformer la matière première

Avec la réforme économique du Crédit Social, le premier stimulant prendrait moins d’importance et c’est le second qui prévaudrait.

A mesure que le progrès nécessiterait moins de labeur humain, la compétence et le bon service garderaient le terrain.

Mais tous resteraient bénéficiaires des fruits de la production.

Selon l’expression du Major Douglas, ce serait «une aristocratie de producteurs au service d’une démocratie de consommateurs.» 7b

37. Est-ce que le Dividende Social pourrait devenir plus important que le salaire?

Quand la production est due de plus en plus au progrès et de moins en moins au labeur humain, le pouvoir d’achat doit provenir de plus en plus d’argent gratuit et de moins en moins des salaires.

Si toute la production était entièrement automatique les produits devraient être distribués entièrement par de l’argent gratuit.

Dans la mesure où l’on s’en va dans cette direction, il doit y avoir de l’argent gratuit entre les mains des consommateurs. Sinon, la finance ne représente pas les faits. 8

38. Mais ne serait-ce pas révolutionner tout le système de production?

Non. Il n’y a pas lieu de bouleverser les méthodes de production.

Mais la distribution se fait mal; et seul un organisme social approprié, ayant autorité sur l’instrument monétaire, peut assurer une distribution efficace.

C’est à la société d’organiser un mode plus efficace de distribution qui n’oublie personne. 9


 

1a, 1b, 1c). V.D. 1er septembre 1959, Addition nécessaire au pouvoir d’achat

2a, 2b). Vers Demain, 1er mars 1954, Le dividende, réponse au chômage

3a, 3b). V.D., 15 octobre 1957, Ni grèves ni guerres, mais le Crédit Social

4). V.D., 1er  avril 1959, Votre casse-tête madame, sa solution

5). Vers Demain, septembre 1976,  Qu’est-ce qu’un dividende

6). Vers Demain,  novembre 1967, Dividende gratuit à chacun

7a, 7b). Vers Demain, 1er oct. 1959, Dividende mensuel à chaque citoyen

8). Vers Demain, 1er octobre  1963, Pour un dividende mensuel

9). Vers Demain, 1er novembre 1952, L’abondance doit profiter à tous

 

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Sujets

Faire un don

Faire un don

Haut