Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Le Cardinal Agré demande énergiquement l’annulation des dettes des pays

le jeudi, 01 octobre 2009. Publié dans Crédit Social

Au synode africain à Rome, le Cardinal Agré demande énergiquement l’annulation des dettes des pays, qui pèsent lourdement sur les peuples

Les spécialistes savent que ces dettes sont déjà remboursées par les intérêts

Cardinal Agré, Mgr Marie Arsène Odon, Mgr Damiao Franklin, Mgr Marie-Daniel Dadiet, Mgr Vincent Coulibaly
Son Éminence le Cardinal Agré, accompagné à sa droite par S.Ex. Mgr Marie Arsène Odon Razakakolona, archevêque de Madagascar, de S.Ex. Mgr Damiao Franklin, archevêque de Luanda, en Angola, à sa gauche , Son Ex. Mgr Marie-Daniel Dadiet, archevêque de Korhogo, en Côte d’Ivoire, S.Ex. Mgr Vincent Coulibaly, archevêque de Conakry, en Guinée, plusieurs prêtres et laïcs de 23 pays réunis au Centre des Pèlerins de saint Michel, à Rougemont, pour une semaine de réflexion sur le système financier, cause de tant de misère dans tous les pays. du monde.

Après avoir assisté au congrès des Pèlerins de saint Michel à Rougemont, Canada, Son Éminence le Cardinal Bernard Agré s’est rendu à Rome pour assister au synode des évêques d’Afrique qui a eu lieu du 3 au 25 octobre. Voici le texte de l’intervention de Son Éminence au synode, vendredi le 9 octobre.

Du Cardinal Bernard Agré

Comme tout pays organisé, les jeunes nations d’Afrique, d’Amérique du sud, etc .. ont dû faire appel à des banques internationales et autres organismes financiers pour réaliser les nombreux projets en vue de leur développement. Très souvent, on ne se méfie pas assez des dirigeants mal- habiles. Ils sont tombés dans les pièges de ceux et celles que les initiés appellent "les assassins financiers", les chacals commandités par des organismes rompus dans les marchés de dupes destinés à enrichir les organisations financières internationales soutenues habilement par leurs états, ou d’autres instances noyées dans le complot du silence et du mensonge.

Les profits faramineux vont aux assassins financiers, aux multinationales ainsi qu’à quelques nationaux puissants qui servent de paravent aux négociants étrangers. Ainsi, la majorité des nationaux continue de croupir dans la pauvreté et les frustrations qu’elle engendre.

Les «assassins financiers» porteurs de financements pléthoriques s’arrangent avec leurs partenaires locaux pour que les gros montants prêtés avec le système des intérêts composés ne puissent jamais se rembourser vite et entièrement. Les contrats d’exécution et d’entretien sont dévolus d’ordinaire, sous forme de monopole, aux ressortissants des prêteurs. Les pays bénéficiaires hypothèquent leurs ressources naturelles. Les habitants, de génération en génération, sont cadenassés, prisonniers pour de longues années.

Pour rembourser ces dettes inépuisables toujours menaçantes, comme l’épée de Damoclès sur la tête des états, le «service de la dette» pèse lourdement sur le budget national, dans l’ordre de 40 à 50% du produit national brut.

Ainsi ficelé, le pays respire mal, il doit serrer la ceinture devant les investissements, les dépenses nécessaires d’éducation, de santé, du développement en général.

La dette devient même un paravent politique pour ne pas satisfaire les revendications légitimes, avec leur cortège de frustrations, de troubles sociaux, etc .... La dette nationale apparaît comme une maladie programmée par des spécialistes dignes des tribunaux qui jugent les crimes contre l’humanité, la conspiration dans le mal pour étouffer des populations entières. John Perkins, (Éditions Al Terre) a bien décrit les dessous d’une aide internationale jamais efficace en terme de développement durable. Le problème clef de nos jours, c’est le désir, la volonté d’abolir tout esclavage.

Les générations montantes, jeunes gens et jeunes filles dans certains pays développés et du Tiers-monde, prennent conscience que changer le monde, ses mythes et ses fantasmes, est un projet réaliste et possible. Des ONG naissent pour protéger l’environnement matériel et défendre les droits des peuples opprimés.

Lumière du monde, l’Église, pour jouer son rôle prophétique devrait s’engager concrètement dans cette lutte en vue de faire la vérité.

Les spécialistes savent que depuis des années, la plupart des dettes ont été effectivement remboursées. Les supprimer purement et simplement n’est plus un acte de charité, mais de justice. Ainsi le Synode actuel devrait-il pouvoir prendre en compte ce problème de l’annulation des dettes, qui pèsent trop lourdement sur des peuples.

Pour que tout ceci ne soit pas une simple bouffée sentimentale, ma proposition serait qu’une commission internationale composée de spécialistes de la haute finance, de pasteurs avisés, hommes et femmes du Nord et du Sud, se saisissent du dossier. À cette Commission serait confiée la triple mission:

  • d’étudier la faisabilité de l’opération car il est évident que tout n’est pas uniforme partout.
  • de prendre toutes sortes de dispositions pour éviter de retomber dans les mêmes situations.
  • de veiller concrètement à l’utilisation transparente des sommes ainsi économisées pour qu’elles servent effectivement les éléments de toute la pyramide sociale: ruraux et citadins. Éviter que les retombées de cette juteuse manne du siècle profitent toujours aux mêmes locaux et étrangers.