Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

30 millions de capitalistes dans un Canada de 30 millions de citoyens

Écrit par Louis Even le jeudi, 01 août 1968. Publié dans Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l'Abondance - Chapitre 47

Enregistrer

(Article de Louis Even, paru dans Vers Demain d'août 1968.)

Reproches mérités

Si un communiste vous dit:

«Dans vos pays capitalistes, la richesse s'amasse de plus en plus entre quelques mains. Des hommes deviennent très riches et mettent les autres à leurs services. Plus ils ont d'argent, plus ils s'en servent pour grossir leur magot. Ils achètent les petits. Ils font disparaître les industries modestes et forment de grosses compagnies, avec des usines mastodontes, dans lesquelles des masses d'ouvriers doivent s'engouffrer chaque matin, souvent la nuit, et faire ce qu'on leur commande, sans quoi ils meurent de faim. C'est le petit nombre des accumulateurs de capitaux qui mène, et c'est le grand nombre des besogneux qui est mené.»

Si le communiste vous dit cela, pouvez-vous lui répondre que ce n'est pas vrai? Non, évidemment, car ce qu'il dit est bien conforme aux faits.

Et si le communiste vous dit:

«Dans vos pays capitalistes, lorsqu'un gouvernement ou un corps public a besoin de réalisations publiques, besoin d'écoles, d'hôpitaux, d'aqueducs, de routes, de canaux, d'aéroports, s'il n'a pas d'argent, il reste paralysé, alors même qu'il y a dans le pays tout ce qu'il faut pour accomplir ces travaux. S'il veut les faire exécuter, il doit s'endetter, c'est-à-dire endetter la population pour des travaux qu'elle va exécuter elle-même; ou bien il doit taxer davantage, diminuant ainsi le pouvoir d'achat des individus, alors même que le pays peut très bien produire à la fois les choses publiques et les choses pour la consommation privée. Autrement dit, votre gouvernement doit vous priver de beurre pour asphalter des routes, alors que le pays peut très bien produire à la fois tout l'asphalte qu'il faut pour paver les routes et tout le beurre qu'il vous faut pour graisser votre pain.»

Si le communiste vous parle ainsi, allez-vous lui répondre qu'il ment? Non. S'il est habitué à mentir en vantant les régimes communistes, il ne ment pas en vous mettant sous le nez ces absurdités de nos pays capitalistes.

Vous ne voulez pourtant pas d'un régime communiste, qui conscrit tout le monde aux ordres du parti au pouvoir et de ses technocrates. Vous ne voulez pas d'un gouvernement communiste, qui surveille et épie tout et tous par sa police secrète et ses délateurs. Vous ne voulez pas d'un régime qui doit entourer ses frontières de murailles de 20 pieds de hauteur, surmontées de réseaux de fil barbelé, flanquées de tours de garde munies de mitrailleuses, avec des meutes de chiens policiers et une surveillance de jour et de nuit, pour ôter à des citoyens affamés de liberté toute possibilité de passer dans nos pays capitalistes où il reste tout de même encore plus de liberté en même temps que du pain plus facile à trouver.

Mais que répondre au communiste qui accuse le système capitaliste d'injustice dans la répartition de la richesse et d'assujettissement des corps publics à la dictature de l'argent?

Si vous n'êtes pas créditiste, si vous croyez que le système d'argent qui impose ses conditions et ses règlements est un système sacré, intouchable, avec lequel il faut tâcher de faire son chemin même en pilant sur les pieds d'un grand nombre, alors vous n'avez certainement rien de bien valable à répondre au communiste. Des arguments spirituels sur le terrain religieux, oui, peut-être, tout en ignorant l'immolation de droits naturels de l'être humain aux exigences du système financier. Mais sur le terrain temporel, sur celui d'une juste répartition de la richesse et des affranchissements d'obstacles purement financiers, vous êtes terriblement démunis, vous êtes les mains vides. Et vous l'êtes de plus en plus par votre faute, parce qu'il y a assez longtemps que le Crédit Social vous présente le remède efficace à la dictature d'argent. Remède qui ramènerait le système capitaliste à son rôle propre de faciliter la production et la distribution des biens répondant aux besoins de tous, avec le maximum de sécurité économique et de liberté personnelle.

Tous capitalistes

— Et comment donc le Crédit Social ferait-il cette transformation merveilleuse? Comment peut-il changer des monopoleurs en serviteurs attentifs à servir les besoins de la population?

— Il le ferait, justement en cassant le monopole. IJn monopole qui n'est plus du capitalisme sain, mais une monstruosité issue d'un système financier faux, tyrannique à sa source et dans son fonctionnement. Le Crédit Social casserait le monopole en faisant de chaque individu un capitaliste: 30 millions de capitalistes dans un Canada de 30 millions de citoyens.

— Mais comment ceux qui n'ont pas d'argent, ou qui n'en ont que peu, pourraient-ils être considérés comme capitalistes?

— D'abord, en donnant au mot «capital» son vrai sens, le sens de facteur de production, et non pas seulement le sens ratatiné de sommes d'argent. Penser capital en termes de réalités, et non pas en termes de signes. L'argent n'est qu'un signe. Ce sont les choses qui sont des réalités dans la production. I.'argent ne sert qu'à chiffrer, à mesurer les valeurs comparatives des choses, à enregistrer, à compter.

Si je possède une ferme, avec ses bâtiments, ses animaux, ses instruments aratoires, quand même je n'aurais pas un sou en poche, je possède un capital, — ma ferme — un capital que je puis mettre en valeur, dont je puis tirer des produits. Je suis un capitaliste.

Le véritable capital d'un pays, c'est sa capacité de production. Pas de capacité de production: mettez-y tout l'argent du monde, aucun produit n'en sortira, ce pays ne pourra nourrir personne.

Gros capital communautaire

— Soit. Mais il y a des gens qui ne possèdent pas plus de capital réel que de capital argent; qui n'ont ni ferme, ni usine, ni aucun autre facteur de production. Comment arriver à faire d'eux aussi des capitalistes, puisque vous dites «Tous capitalistes»?— On y arrive, en considérant quels sont les facteurs qui entrent dans la production du pays, et à qui appartiennent ces facteurs.

Nous disions dans un récent article sur ce sujet: La production, la production moderne surtout, dépend de bien autre chose que le travail des producteurs et les placements des hommes d' argent. Elle dépend tout d'abord de l'existence de matière première, de ressources naturelles, sans lesquelles aucune production ne serait possible. Elle dépend aussi, et de plus en plus, de progrès acquis à travers les générations: inventions, découvertes, savoir-faire, perfectionnements dans les techniques de production, — progrès qui permet une production plus rapide, même avec moins d'employés et en diminuant les heures d'ouvrage.

Or, ces deux éléments-là, ressources naturelles et progrès, ne sont la propriété exclusive d'aucun être vivant en particulier. Le premier élément — ressources naturelles — est un don gratuit de Dieu à toute l'humanité. Le deuxième — le progrès — est un héritage des générations, et nous en sommes tous cohéritiers au même titre.

C'est donc là un immense capital réel, dont nous sommes tous copropriétaires. Un capital communautaire que personne n'emporte avec lui, mais qui, devenu facteur prépondérant de la production moderne, doit bien valoir un dividende à tous les copropriétaires. Un dividende social auquel tous ont un droit égal à seul titre de membre de la communauté nationale.

Comment exprimer cela dans la pratique? On peut le présenter comme suit, en utilisant des termes connus en matière d'investissements:

Ceux qui placent un capital privé dans la production reçoivent une action ou un lot d'actions en rapport avec leur placement. Ils sont actionnaires. Disons donc que tous les citoyens du pays, tous copropriétaires d'un immense capital réel, gros facteur de production, reçoivent chacun une action sociale exprimant leur part de ce capital. Action qui n'a pas besoin d'être évaluée en argent. Elle est part d'un capital réel et vaut d'après le rendement de ce capital réel dans la production. Or, nous n'hésitons pas à dire que la majeure partie de la production moderne provient bien plus de ce capital social que de la participation personnelle de ceux qui sont engagés dans la production, soit comme employeurs, soit comme employés. Le rôle de ces participants est certainement nécessaire et doit être rémunéré, mais le rôle du capital social augmente de plus en plus, tandis que le rôle des effectifs humains s'atténue de plus en plus. C'est dire que le dividende social devrait prendre de plus en plus le pas sur les salaires et autres formes de rémunération aux producteurs.

Sans aller jusque là dès le début, pendant le rodage du système, le dividende périodique à chaque citoyen devrait déjà permettre à chacun de pouvoir se procurer au moins le nécessaire à la vie, ce qui est bien la première fonction d'un organisme économique sain et bien établi.

Rapport aux actionnaires

Puis, tous étant actionnaires du capital communautaire, l'organisme public en charge du système leur présenterait périodiquement, par voie publique, le «rapport aux actionnaires». Quelque chose comme ceci, par exemple:

«Au cours du dernier exercice, vous avez tous reçu un dividende mensuel de $600 par mois, fondé sur les réalisations des exercices antérieurs. Or, au cours de ce même dernier exercice, la production annuelle du pays a passé du total de 500 milliards qu'elle était à 510 milliards, sans augmentation du personnel producteur. Cette augmentation est donc due au progrès, qui est un capital communautaire. Ce n'est donc pas par une hausse de salaire qu'elle doit se traduire, mais par une hausse du dividende social. Celui-ci va donc être augmenté de 14,00 $ par mois à chacun des 30 millions de Canadiens. Soit un total de 6 milliards de dollars pour l'année. Le reste des 10 milliards d'augmentation sera intégré dans le mécanisme d'ajustement des prix, pour abaisser les prix de vente à payer par les consommateurs sans léser les producteurs de leur prix de revient.»

Cet ajustement des prix est une technique du Crédit Social, qui a pour effet de faire la population du pays payer sa production de toute sorte au coût de sa consommation de toute sorte, — ce qui est le juste prix. On doit, en effet, payer le prix de ce que l'on consomme, et non pas le prix de ce que l'on produit. Cela est logique, non seulement pour le consommateur individuel, mais pour la communauté nationale dans son ensemble. Nous n'expliquerons pas ici cette merveilleuse technique du Crédit Social, qui bannirait toute inflation comme toute déflation, et qui permettrait aussi de se passer de tout le complexe système de taxation générale du pays.

Mais pour revenir au système de distribution d'une part de la production à tous les citoyens sous forme de dividende, quels en seraient les effets prévisibles. Nous les prévoyons comme multiples et bienfaisants, mais c'est au moins un autre article qu'il faudrait pour en ébaucher une prospection même sommaire.

Correction possible

Répondons seulement ici à une remarque trop fréquente: «Cette conception d'une économie distributive peut paraître logique et merveilleuse. Mais ne serait-ce pas une belle utopie pratiquement irréalisable?» — Pourquoi irréalisable? Parce qu'il faudrait apporter quelques modifications, légères mais de nature philosophique, au système financier actuel? Mais ce système est une création de l'homme. S'il sert mal, il ne faut pas s'y assujettir, mais l'assouplir. C'est faisable, puisqu'on l'a bien fait pour la guerre. Le système, qui avait tenu le monde dans une crise longue et majeure avant la guerre, fut assoupli pour financer à mesure toute la production d'engins de guerre réclamés et pour en financer la distribution gratuite sur la tête des ennemis. Il peut sûrement et doit être assoupli pour financer à mesure toute la production possible répondant à des besoins humains, et pour distribuer cette production à mesure pour servir adéquatement ces besoins, dans l'ordre de leur priorité, à toutes les personnes, à toutes les familles du pays.

Le refuser, alore que c'est possible, est un crime de la part des contrôleurs du système. Laisser le mal se perpétuer est, de la part des autorités du pays, soit une complicité non moins criminelle, soit une lâcheté coupable, inadmissible chez les gardiens de la justice et du bien commun de la nation.

Cet article a été publié par