EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Éditorial

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Dernières circulaires

Témoignages Sessions d'Étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Le Saint-Père prépare le monde au grand Jubilé

Thérèse Tardif le vendredi, 01 janvier 1999. Dans Jean-Paul II, Prières, rosaire et dévotions

Conversion, pardon, rémission des péchés

Le bogue de l'an 2000, carnage du démon pour étouffer la voix du Pape

par Thérèse Tardif

Avec une foi à transporter les montagnes, à l'occasion du grand jubilé de l'an 2000, S.S. le Pape Jean-Paul il invite tous les hommes, enfants du Père Éternel, à revenir au bercail, c'est-à-dire à l'Évangile du Christ. Le chemin de la paix et du bonheur est là, non ailleurs.

Le "Totus tuus" du Saint-Père

Lorsque nous regardons la triste situation du monde actuel, l'optimisme du Pape nous émeut. Sa confiance en Dieu et en l'Immaculée est totale. Il vit pleinement sa consécration d'esclave d'amour à Jésus par Marie. Il se laisse guider par la main de l'Immaculée qui lui montre la bonté du Père en lui disant : "N'aie pas peur" et lui, le Saint-Père, nous répète : "N'ayez pas peur".

Le carnage de Satan

Devant l'enthousiasme du Saint-Père, devant son esprit conquérant qui souhaite ramener au Père Éternel toutes les brebis perdues, à l'occasion du grand Jubilé, nous ne sommes pas surpris de voir le carnage de Satan, avec son « Bogue de l'an 2000 » qui, selon les experts, aura des effets désastreux. Satan besogne fébrilement afin d'étouffer la voix exaltante du Pape qui nous montre à tous le chemin du salut, en réaffirmant clairement les vérités de notre Foi. Voilà, dit-il, ce que le Créateur a ordonné de faire et de ne pas faire. Vous désirez vous sauver, venez, le Père vous ouvre grands les bras pour vous recevoir. Il les ouvre même aux brebis les plus galeuses, pourvu que celles-ci aient le repentir d'avoir péché et qu'elles prennent la résolution de ne plus recommencer.

Oui, revenons tous au Père, revenons à ses commandements, si simples, mais si sages, et qui seuls peuvent nous redonner le bon sens, l'équilibre et la joie de vivre, dans la paix, en nous aimant les uns et les autres, comme le Père nous a aimés. Dieu le Père a tant aimé les hommes, qu'Il a donné son fils pour leur rachat. Oui, Dieu nous aime, nous sommes ses enfants. Et notre Père est tout-puissant.

Conversion sincère et profonde

Cessons donc d'avoir peur du bogue, même si on nous promet un carnage sans précédent. Relevons la tête, remettons-nous en état de grâce, en état d'amitié avec notre Père, allons au confessionnal, confessons nos péchés, observons le dimanche, ne commettons plus la faute grave de ne pas assister à la sainte Messe le dimanche, ne commettons plus la faute grave de transgresser le jour du Seigneur en travaillant manuellement le dimanche. Cessons de nous dévêtir comme des cannibales. Cessons de vivre en adultère. Ces péchés graves, malheureusement si répandus, attirent les plus grandes calamités sur nos pays. Quand les hommes abandonnent Dieu, Dieu abandonne les hommes.

Les effets terribles qu'on nous annonce, à l'occasion du bogue de l'an 2000, ne sont que la suite logique de notre abandon des préceptes de l'Évangile. Revenons-y sérieusement, et les calamités disparaîtront. Le bogue de l'an 2000, c'est la tour de Babel moderne. L'homme qui veut s'élever au-dessus de Dieu, par sa science reçue de Dieu, en niant Dieu, finit dans la confusion, comme à Babel (Babylone en hébreu).

Le salut par Marie

La Vierge Marie, l'aimée de Dieu, l'unique, qui a accompli à la perfection la volonté de Dieu sur terre, couronnée Reine dans le Ciel, la Vierge Marie, par qui Dieu a voulu passer pour accomplir le salut du monde, cette Vierge toute pure, ne nous a-t-elle pas montré le chemin du salut, en apparaissant et en s'adressant à trois petits enfants à Fatima ? Bien sûr, elle leur a montré les calamités que les hommes se sont méritées par leurs péchés, elle leur a montré les souffrances des damnés dans l'enfer éternel. Tout cela a bien terrifié les enfants.

Dans son livre « Signes dans le ciel à Fatima », le Père Joseph A. Pelletier, nous dit : "Afin de réveiller les âmes et leur donner une idée nette du danger qui les menace, Marie a rappelé avec éclat à Fatima le genre de punition qu'engendre le péché mortel : les peines éternelles de l'enfer et les souffrances temporelles causées par la guerre, la persécution, la tyrannie. (À l'heure présente, 1954, la tyrannie, c'est le despotisme de la Russie communiste.)."

En 1999, la tyrannie qui nous menace, à cause de nos innombrables péchés, c'est le despotisme d'un gouvernement mondial athée (le communisme à l'échelle mondiale) qui a maintenant les moyens d'exercer sa domination totale sur chaque individu, en lui implantant sous la peau une micropuce qui permettra au tyran de surveiller les faits et gestes de toute personne sur terre.

Mais, à Fatima, en bonne. Mère, après avoir démontré aux enfants les punitions que nous attirent les péchés; la Vierge Marie, n'a pas laissé ses petits dans le désarroi, Elle leur a promis qu'à la fin son cœur douloureux et immaculé triomphera et Elle leur a enseigné les moyens que nous devons prendre pour éviter les fléaux : la récitation quotidienne du chapelet ; la consécration à son cœur douloureux et immaculé ; la communion réparatrice des premiers samedis du mois ; des sacrifices volontaires.

Ces moyens sont simples, mais combien efficaces pour obtenir la paix dans le monde et le salut éternel. Aussi pour nous préserver de la tyrannie d'un gouvernement mondial athée.

Non à la peur !

Nous n'avons plus à avoir peur des effets du « bogue de l'an 2000 » et de tous les autres malheurs, puisque nous suivrons les conseils de notre bonne Mère, nous irons nous jeter aux pieds du Père Éternel lui demander pardon, en recourant au sacrement de Pénitence.

Puis réconciliés et pardonnés, en fils de Dieu que nous sommes, nous nous joindrons à notre Saint-Père le Pape Jean-Paul II, pour fêter dans la joie ce deuxième millénaire de la Naissance de notre divin Rédempteur, le Christ Jésus, qui seul peut apporter la paix au monde.

Thérèse Tardif


La confession individuelle

S.S. Le Pape Jean-Paul II

Tiré de l'Osservatore Romano, discours du St-Père, donné à Rome, le 14 décembre, devant les évêques catholiques d'Australie :

"Un gros effort de catéchèse sur le Sacrement de Pénitence doit être fait." Le Saint-Père a souligné que la confession et l'absolution sont individuelles et intégrales, et que cette forme de sacrement - "demeure le seul mode ordinaire par lequel les fidèles se réconcilient avec Dieu et l'Église. La confession et l'absolution générales ne sont acceptables qu'en cas de graves nécessités..."

La confession des péchés

Catéchisme de l'Église catholique

1456 L'aveu au prêtre constitue une partie essentielle du sacrement de Pénitence. « Les pénitents doivent, dans la confession, énumérer tous les péchés mortels dont ils ont conscience après s'être examinés sérieusement...

Sans être strictement nécessaire, la confession des fautes quotidiennes (péchés véniels) est néanmoins vivement recommandée par l'Église. En effet la confession régulière de nos péchés véniels nous aide à former notre conscience, à lutter contre nos penchants mauvais, à nous laisser guérir par le Christ, à progresser dans la vie de l'Esprit. En recevant plus fréquemment, par ce sacrement, le don de miséricorde du Père, nous sommes poussés à être miséricordieux comme Lui.

1415 Celui qui veut recevoir le Christ dans la communion eucharistique, doit se trouver en état de grâce. Si quelqu'un a conscience d'avoir péché mortellement, il ne doit pas accéder à l'Eucharistie sans avoir reçu préalablement l'absolution dans le sacrement de Pénitence.

 

L'obligation du dimanche

2042 Les dimanches et les autres jours de fête de précepte, les fidèles sont tenus par l'obligation de participer à la Sainte Messe et de s'abstenir des œuvres serviles...

2181 L'Eucharistie du dimanche fonde et sanctionne toute la pratique chrétienne. C'est pourquoi les fidèles sont obligés de participer à l'Eucharistie les jours de précepte, à moins d'être excusés par une raison sérieuse (par exemple la maladie, le soin des nourrissons) ou dispensés par leur pasteur propre. Ceux qui délibérément manquent à cette obligation commettent un péché grave.

Thérèse Tardif

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Panier

Dernière parution

Infolettre & Magazine

Faire un don

Faire un don

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com