Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Sanctuaires des familles

le jeudi, 16 janvier 1964. Publié dans Religieux

 

Louis Even Enregistrer

 

 

Mes bien chers amis,

 

Nos Pèlerins d'un monde meilleur entraient dans Montréal le 15 novembre dernier; je vais vous les faire voir par un film que nous avons pris ce soir là et vous allez entendre en même temps une partie de la magnifique conférence que Monsieur Louis Even leur a donnée à nos Pèlerins. Il vous intéressera parce que il présente l'esprit qui anime nos Pèlerins et les buts qu'ils poursuivent. Donc une partie de cette soirée qui fut si pleine de joie :

 

À présent mes chers amis vous allez entendre Monsieur Louis Even notre directeur général :

 

Mes bien chers amis, vous avez bien fait de venir nombreux ce soir; et bien vous pourriez être quatre fois plus nombreux. Parce que la ville de Montréal est grande . Vous venez de faire un pèlerinage , visiter le sanctuaire des familles. Et bien vous avez 250,000 sanctuaires à visiter dans Montréal; il y en a assez pour votre dévotion hein ? ( rires). 250,000 bien d'autre dans le reste du pays. Ça c'est pour Montréal. Qu'est-ce que c'est qu'on va faire dans ces sanctuaires là? Qu'est-ce que c'est qu'on va faire dans les familles? On va les voir pour avoir un monde meilleur , on leur porte le message , qu'on les mette avec nous , nous avec eux, pour avoir le monde meilleur.

 

Quel monde meilleur? Un monde plus fraternel. Un monde pas loup comme celui qu'on a aujourd'hui. Pas un monde où les gros mangent les petits. Pas un monde où on se chicane les uns contre les autres. Pas un monde où tout le monde veut avoir le même os quand il n'y en a pas pour tout le monde. Un monde où l' on distribue l'abondance matérielle et le monde où on est tout pris par l'amour fraternel les uns pour les autres. C'est là le monde meilleur , une cité fraternelle. Si ce n'est pas cela il ne sera pas meilleur.

 

On a parlé beaucoup dans le passé du Crédit Social . Le Crédit Social, ça, c'est une incidence; un monde meilleur peut pas être autrement que créditiste. Mettez un monde meilleur le Crédit Social va pousser dedans naturellement. Mais un monde comme on a aujourd'hui , il y a rien que la chicane qui peut pousser , il y a rien que l'amour de l'argent, la course à l'argent, le matérialisme, toutes ces choses là ça fait un monde d'enfer et non pas un monde meilleur. Pour avoir un monde meilleur il faut que tout le monde soit pris par l'amour évangélique, l'amour des uns pour les autres . Et ça , ça ne peut pas exister à moins que ça soit fondé sur le Christ. On aime Dieu par dessus toute chose et on aime son prochain comme soi-même pour l'amour de Dieu.

 

On n'est pas capable d'aimer son prochain si on n'aime pas Dieu. Si on n'est pas capable d'aimer Dieu et si on n'aime pas son prochain; ça va ensemble ça. Saint Jean dit que si on n'aime pas son prochain qu'on voit on ne peut pas dire qu'on aime Dieu qu'on ne voit pas. D'un autre côté, si on n'aime pas Dieu, on ne peut pas aimer son prochain quand il ne nous est pas agréable. Ah si on aime une personne parce qu'elle est belle , parce qu'elle est charmante, parce qu'elle nous va bien, parce qu'elle est agréable , parce qu'elle a une bonne conversation , parce qu'elle a un bon caractère, si c'est pour ça qu'on l'aime c'est soi- même qu'on aime en elle. C'est soi-même qu'on aime. Mais si on aime tout le monde, qu'il soit beau, qu'il soit disgracieux, qu'il soit intelligent qu'il soit à moitié idiot, si on les aime tous parce que c'est nos frères alors on les aime pour l'amour de Dieu.

 

Et c'est dans ce temps-là qu'on aura un monde meilleur. (applaudissements).

 

C'est pour ça que vous êtes invités à aller dans les sanctuaires des familles. Toutes les familles sont des sanctuaires. Ah il y a du monde dans les familles qui ne vivent pas comme s'ils étaient dans un sanctuaire. C'est possible et c'est même vrai. Il y a bien des familles où on ne vit pas comme dans un sanctuaire, on sait bien. Mais, c'est justement il faut leur porter le message en même temps que notre exemple, en même temps que nos prières. Tout ça va ensemble. Nous allons dans les familles comme catholiques et comme créditistes. Et quand nous allons dans les familles comme catholiques , nous n'y allons pas comme prédicateurs , pas comme théologiens, encore moins comme ministres pour donner l'absolution ou autre chose. Nous ne sommes pas qualifiés pour cela. Nous y allons comme des frères catholiques , des fils du même Père : le Bon Dieu. Des fils de la même Mère : la très sainte Vierge.

 

Nous sommes tous des membres du Corps mystique du Christ alors nous allons à eux comme nos frères. Leur porter le message de Fatima qu'ils ne connaissent pas ou qu'ils ont oubliés, qu'il est bon de rappeler. Même les choses qu'on connaît vous savez, on les oublie souvent. Notre nature est légère, notre nature est distraite alors elle a besoin d'être rappelée à ces vérités, ces grands messages là. Nous avons l'avantage de les trouver dans nos réunions; nous parlons de ces choses là ça nous fait du bien. Mais combien de monde qui viennent à nos réunions? Regardez la salle, elle est intéressante, surtout par la qualité. N'allez pas dire que la majorité des Montréalais est ici, hein? Non, ça veut dire que les gens ne s'occupent pas de ça, ils ne viennent pas aux réunions, aux assemblées.

 

On l'a dit tout à l'heure, ils restent collés devant les bagatelles de la télévision, ou bien à se prélasser ou bien à courir après l'argent. Alors il s'occupent pas des choses sérieuses. Nous avons l'avantage d'avoir cela. Pourquoi? Bien, mon Dieu, c'est une grâce qui nous a été donnée et parce qu'elle nous a été donnée nous devons la dispenser aux autres. C'est un don gratuit du Bon Dieu . Une grâce, c'est toujours gratuit.

 

Pourquoi est-ce que nous, par exemple, qui avons été les premiers dans le Mouvement du Crédit Social, pourquoi est-ce que le Crédit Social est venu sur notre chemin et non pas sur le chemin d'un autre ou d'autres qui auraient pu le recevoir peut-être avec plus de dynamisme que nous ou bien avec plus de qualifications pour le répandre, pourquoi? On ne sait pas. On ne sait pas. Pourquoi sommes-nous nés dans un pays catholique, pourquoi ne sommes-nous pas nés chez les barbares ou bien chez les sauvages de l'Afrique ou d'ailleurs qui ne connaissent pas le Bon Dieu , qui croient encore à leurs fétiches. Pourquoi? C'est pas nous qui avons choisi ça. Nous n'avons pas choisi nos parents. Nous n'avons pas choisi notre pays. Nous n'avons pas choisi notre milieu. Ça nous est donné, c'est gratuit dans un sens, dans le sens que ça vient comme une grâce que nous n'avons pas méritée.

 

Mais ce n'est pas gratuit dans le sens que nous devons garder ça pour nous.

 

Ça nous est pas donné rien que pour nous. Alors nous allons à nos frères, oui, avec notre caractère de catholique pour causer avec eux, pour leur demander de dire le chapelet avec nous, des petites choses bien simples. Et bien est-ce que nous sommes autorisés à faire ça? Mais oui, aux pères et mères, pour les petits enfants, pour tout le monde. On n'a même pas parlé au Pape , on n'a pas parlé aux Évêques, on n'a pas parlé aux curés pour leur dire : donnez donc la permission aux fidèles de dire leur chapelet ou bien de s'édifier les uns les autres. Non. Elle a parlé à des petits enfants, pour tout le monde. Elle leur dit ces choses là : de dire leur chapelet , dans son message, Elle leur a dit de vivre mieux, d'être en état de grâce, c'est le message de Fatima. Et d'aller le porter aux autres. Très bien.

 

Nous allons donc au monde en catholiques. Mais nous y allons aussi en politique. Nous y allons pour de la politique. Et quelle est notre politique? Notre politique ce n'est pas la politique électorale , ce n'est pas la politique d'administration, ce n'est pas la politique de faire des plans pour faire marcher le pays, ce n'est pas ça. Nous avons choisi comme politique notre idée maîtresse la distribution de l'abondance. C'est la politique que nous poussons. La distribution de l'abondance par, on a parlé de la méthode du Crédit Social , le dividende à tout le monde, etc...

 

La méthode du Crédit Social, mais que ce soit cette méthode là ou n'importe quelle autre, il faut que l'abondance soit distribuée.

 

Alors nous allons dans les maisons pour cela. Vers Demain est l'organe de la distribution de l'abondance. L'organe de Vers Demain est pour cela. Et nous le portons dans les maisons . Nous n'avons pas besoin d'expliquer aux gens toute la chose, comment est-ce que ça se fait, les gens savent bien et l'admettent avec nous qu'il y a des produits dans le pays et les gens admettent avec nous que le monde a besoin des produits. Les gens admettent avec nous que les produits sont fait pour le monde. Les gens admettent avec nous que les produits ne vont pas au monde aujourd'hui. Et les gens admettent avec nous que les produits ne vont pas au monde et que le monde manque d'argent. Ils admettent ça avec nous alors nous leur disons mettez-vous avec nous, faut demander que ça soit corrigé, faut demander que l'abondance soit distribuée et qu'il faut de l'argent pour la payer , que l'argent soit distribué au monde par un dividende à tout le monde . Et pour commencer, en attendant, au moins, en attendant, par des allocations généreuses à ceux qui manquent de tout. Par des allocations familiales, par des allocations d'au moins $15 par mois par enfant. (applaudissements.)

 

Nous allons dans les sanctuaires des familles. C'est dans ces sanctuaires là que les mamans élèvent des enfants . Notre race Canadienne-Française n'a pas encore renoncé à cela. On élève des enfants dans les maisons , dans les sanctuaires que nous allons visiter, et les enfants ont besoin de vivre. Et la maman qui élève 5, 6, 7 , 8, 10 enfants a plus besoin d'un revenu que celle qui n'en a qu'un ou que celle qui a q'un chien à la place d'un enfant. Elle a plus besoin de revenu et c'est pas le salaire qui va donner du revenu au père. Le salaire n'est pas proportionné aux enfants. C'est des allocations familiales, et pourquoi que dans notre pays qui est en grande majorité chrétien et 45 % catholique dans tout le Canada, pourquoi est-ce que nous avons laissé en arrière , pourquoi est-ce que les gouvernements ont laissé en arrière les allocations familiales quand ils ont augmenté, pour tout le reste, les allocations, les pensions mensuels à ceux qui en avaient besoin pour d'autres choses.

 

Ils ont augmenté l' allocation de vieillesse , c'est très bien. Ils ont augmenté l'allocation aux invalides et aux aveugles, c'est très bien. Mais pourquoi ont-ils laissé de côté les enfants?