Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Nouveau parti socialiste

Écrit par Louis Even le dimanche, 30 mars 1969. Publié dans Conspiration

 

Louis Even

Enregistrer

 

 

Mes bien chers amis,

 

Les journaux nous ont passablement parlé du nouveau Parti lors de sa fondation à Ottawa il y a quelques semaines. - nouveau- fondation- , au fond, c'est rien que le même Parti socialiste canadien qu'il y avait auparavant. En lui adjoignant d'autres éléments et en lui donnant un nouveau nom lui cherchant d'autres sources de finance.

 

Qui se réunissait à Ottawa pour ce Parti nouveau? Bien, les socialistes de la CCF , socialistes qui comptent déjà 30 ans d'existence, des socialistes du PSD , c'est à dire les CCF de la province de Québec, les chefs socialistes de syndicats, les socialistes d'université, des socialistes intellectuels. Et qui ont-ils élu comme chef? Tommy Douglas, le Premier Ministre socialiste de la Saskatchewan. Comme orateur on y a fait parler Coldwell, l'ancient chef socialiste d'Ottawa. Gail Skell, chef de l'opposition socialiste en Angleterre.

 

On a même fait venir un socialiste célèbre ,dit-on , un socialiste français , chef de la gauche européenne André Philippe. Et donc impossible de s'y méprendre , malgré que pour ne pas effaroucher l'électorat qui a peur du socialisme, les gens réunis à Ottawa ont voulu éliminer le mot socialiste de la désignation de leur Partie mais c'est bel et bien le Parti Socialiste du Canada. Un Parti de lutte de classes , c'est pour cela qu'il prend des ouvriers avec lui, les ouvriers sont toujours dans la lutte de classes .

 

Un partie de lutte de classes , partie de planifications, partie d'étatisme, partie d'internationalisme. La preuve : ils font venir les socialistes d'Angleterre , les socialistes de France et ils en auraient fait venir d'autres si ils avaient eu les moyens, si les invitations avaient été répondues.

 

Au congrès du Parti socialiste du Canada les socialistes ont applaudi deux points principaux du programme : la planification et l'embauchage intégral.

 

Planification - planifier quoi? Qui est-ce qui planifierait d'abord? Ce seront les socialistes quand ils seront au gouvernement à Ottawa. Donc c'est Ottawa qui fera les plans. Ce sera des plans d'État, des plans centralisés. Oh je sais que André Philippe dans son discourt a parlé d'une planification décentralisée . Allez donc décentraliser une planification... Une planification est nécessairement centralisée autrement les plans ne s'exécutent pas. D'ailleurs, André Philippe a prétendu que la planification , en mettant tout le monde à l'emploi, serait une barrière au communisme.

 

Cela ne tient pas debout. C'est en Russie et dans les autres pays communistes qu'il y a le plus de planifications. Là aussi on a l'embauchage intégral , même le travail forcé et non pas la planification ni l'embauchage intégral , ça va au contraire bien ensemble.

 

Puis si c'est l'État qui fait les plans , comment les fera-t-il exécuter? Il ne possède pas lui-même d'instruments de production. Il faudra donc qu'il s'empare des moyens de production . S'emparer des fermes, s'emparer des industries, ou s'il ne s'en empare pas, dicter aux industriels , aux cultivateurs ce qu'ils doivent faire. De toute façon, les maîtres de la propriété privée perdront l'emprise sur leurs entreprises. Et comment le gouvernement planificateur financera-t-il ces plans? Il n'a pas d'autres moyens, il n'en a pas proposé d'autres que les moyens actuels : les taxes ou les emprunts. Les emprunts après tout ce sont des taxes différées.

 

Les taxes , les impôts, plus les plans d'État sont gros , plus il lui faut d'argent plus il lui faudra d'impôts et de taxes. Encore un bon moyen de conduire le monde sous la tutelle de l'État. Quand le gouvernement prend le pouvoir d'achat des individus, les individus, ne pouvant plus vivre décemment avec l'argent qu'il leur reste, se tournent vers l'État. On a le paternalisme ou les travaux forcés et autres choses du genre.

 

Ça veut dire que le Parti socialiste introduirait au Canada les plans d'État, il introduirait la dictature d'État sans abolir la dictature financière. On aurait donc deux dictatures au lieu d'une : dictature d'État - dictature financière. Jusqu'à présent le Parti socialiste a recruté assez facilement des ouvriers, des syndicats. Les ouvriers sont plus faciles à recruter pour un parti socialiste parce que ils sont déjà socialisés. Ils dépendent déjà des plans que font les patrons . Les patrons sont de moins en moins nombreux avec la grosse industrie moderne et les exécutants, les simples exécutants que sont les ouvriers sont de plus en plus nombreux par rapport aux nombres de patrons. Cela veut dire qu'ils sont déjà sous un régime socialiste dans la grande industrie.

 

Quand l'État sera le patron ça sera encore pire mais pour eux ils ne voient pas une grande différence. Être socialisé par l'industrie , avoir à obéir à un patron, à recevoir des ordres de lui ou les recevoir de l'État , c'est tout un pour eux. Il est vrai que le Partie a aussi lancé un appel aux cultivateurs. Mais les cultivateurs sont des entrepreneurs; ils connaissent mieux la liberté , la responsabilité personnelle. Ils n'ont point envie de se mettre sous le carcan de l'État pas plus que les entrepreneurs d'ailleurs. Aussi les cultivateurs font jusqu'ici la sourde oreille au Partie Socialiste, Dieu merci. Malgré cependant qu'il y a parmi eux des socialistes qui voudraient les embrigader.

 

L'autre point, c'est l'embauchage intégral. On a beaucoup parlé de l'embauchage intégral. Pourquoi ce culte de l'embauchage? Qu'est-ce qu'il y a donc de si intéressant dans l'embauchage? Qu'est-ce que c'est que l'embauchage? L'embauchage c'est l'emploi au service des autres. Embauchage , c'est donc une servitude. Est-ce qu'on aime les servitudes? Même les ouvriers qui demandent l'embauchage intégrale sont les premiers à demander des semaines plus courtes, des heures plus courtes; ça veut dire qu'ils ne trouvent pas tant de plaisir dans l'embauchage. Ils veulent raccourcir le temps qu'ils sont embauchés. Pourquoi alors demander l'embauchage intégral quand l'embauchage leur pèse? S'ils aiment tant l'embauchage, qu'ils demandent donc des semaines plus longues comme embauchés.

 

Au fond, quand ils parlent d'embauchage intégral, c'est parce qu'ils ont peur du chômage. Le chômage sans revenu impose certainement des privations. Ce qu'il faut demander c'est ce qu'ils veulent avoir : de l'argent et non pas de l'embauchage. Demander un revenu intégral au lieu d'embauchage intégral. Revenu intégral cela veut dire un pouvoir d'achat calqué sur la production telle qu'elle est : si la production est abondante, un pouvoir d'achat abondant. Si la production est facile, un pouvoir d'achat facile à obtenir. Et dans la mesure où la production est automatisée par le progrès où l'on se passe de bras, dans cette même mesure le pouvoir d'achat devrait être livré , dispensé sans l'emploi, sans embauchage. Gratuitement comme le progrès lui-même.

 

Mais là ce serait du Crédit Social. Or le Crédit Social n'a jamais été en faveur chez les socialistes ni chez les chefs des syndicats. Le Crédit Social donnerait le pouvoir d'achat intégral et la liberté en même temps.

 

Si l'on veut parler de travail il est vrai que l'homme est fait pour être actif. Il est créé à l'image de Dieu et Dieu est acte pur. L'homme est donc fait pour être actif. Mais si on veut parler de travail, qu'on mette donc l'accent sur les activités libres et non pas sur les activités d'embauchage. Les activités libres, c'est bien plus conforme au caractère créateur de la personne humaine.

 

Mais encore une fois pour cela, il faut faire des changements dans le système financier parce que aujourd'hui on ne peut pas avoir de revenus à moins d'être embauché ou d'être embaucheur. Mais les embaucheurs sont de moins en moins nombreux , les embauchés de plus en plus nombreux.

 

On a donc un Parti Socialiste au Canada qui cherche à prendre le pouvoir. Est-ce que le socialisme est la même chose que le communisme? Il faut admettre qu'il y a des degrés. D'abord, le communisme, théoriquement, diffère du socialisme en ce que le communisme ne croit pas à la Création; il ne croit pas que l'homme vient de Dieu; il croit que tout vient de la matière en mouvement. Ça ce sont les théories.

 

Mais prenez la Russie, on a un Parti communiste mais là il y a un régime socialiste. Il n'y a pas de régime communiste en Russie mais il y a un Parti communiste , il y a des théories communistes, il y a l'athéisme communiste mais il y a l'économie socialiste. La même chose que les socialistes voudraient établir dans les autres pays.

 

Et c'est dangereux. D'abord un auteur anglais, qui est lui-même socialiste, Lytton Strachey, dans un livre qu'il a écrit sur le sujet qu'il appelle Théorie et pratique du Socialisme, il dit :

Il est impossible d'établir le communisme comme successeur immédiat du capitalisme. Il est donc proposé d'établir le socialisme comme une chose qui peut être mise à la place du capitalisme. C'est pourquoi les communistes travaillent à l'établissement du socialisme comme étape nécessaire de transition vers le communisme. Il est clair que le socialisme se trouve ainsi la transition vers le communisme , c'est l'antichambre du communisme. C'est la même utilisation de la personne humaine.

 

D'ailleurs le pape Pie XI a déjà mis les catholiques en garde contre le socialisme, même le socialisme modéré. On a voulu faire du socialisme modéré au Congrès . Tous les socialistes réunis là n'étaient pas d'accord , il y en avait qui voulait du socialisme plus saugrenu, plus à gauche. D'autres non, afin d'obtenir plus de votes des électeurs mais lorsqu'ils seraient au pouvoir et bien c'est l'aile gauche qui l'emporterait autrement , les socialistes de gauche ou d'autres socialistes se tourneraient vers le Partie Libéral, il n'y a pas de différence.

 

Cela veut dire que c'est très dangereux d'avoir un socialiste même modéré et le pape Pie XI disait : On ne peut admettre en aucune manière que les catholiques donnent leur adhésion au socialisme modéré, soit parce qu'il est une conception de vie close sur le temporel, dans lequel le bien-être est considéré comme objectif de la société, soit parce qu'il poursuit une organisation sociale de la vie commune au niveau de la production au grand préjudice de la liberté humaine.

 

C'est impossible d'organiser la planification sans nuire à la liberté de la personne. Le pape Pie XII a mis lui-même en garde aussi contre les plans d'État, donc les plans des parties qui veulent prendre le pouvoir pour mettre la planification. Il dit :

Ces plans réduisent les libertés individuelles . Elle trouble la sérénité du travail, elle viole les droits de la famille, elle déforme le patriotisme , elle détruit le précieux héritage religieux.

 

Il est bien difficile après cela, après les paroles du pape ,d'ailleurs, après la réflexion sur ces choses là, d'admettre le socialisme, de donner son nom, son adhésion au socialisme à moins qu'on soit réellement de gauche et qu'on ne croit plus à toutes ces vérités essentielles là.

 

Qu'est-ce qu'il faut donc faire pour lutter contre le socialisme? Faut-il monter d'autres Parties? Faut-il par exemple pousser un Parti du Crédit Social? Nullement. Ce n'est pas du tout la manière de faire un changement , un changement qui en vaille la peine. Des divisions en parties politiques affaiblissent l'électorat. Elles ne le font pas triompher des obstacles financiers ou des obstacles que mettent des socialisants.

 

Il faut arriver graduellement par des changements par l'éducation , par l'apostolat, par pratiquer soi-même une philosophie contraire au socialisme . Un auteur a bien écrit un revirement d'opinion publique est toujours la première condition d'un changement des institutions. D'ailleurs, c'est un gros travail qu'il y a à faire, le pape Pie XII le disait : Il faut refaire un monde à partir de ses fondations . Le sauvage, le rende humain, d'humain le transformer en divin, ce qui signifie le modeler selon le Coeur de Dieu. Cela dépasse infiniment les organisations de parties politiques et les campagnes électorales , qu'elles soient faites par des parties traditionnels ou par des parties socialistes .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article a été publié par