Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+

Monopole du crédit et encycliques

Écrit par Louis Even le samedi, 20 janvier 1968. Publié dans Une lumière sur mon chemin

Louis Even"Une usure dévorante sur une forme nouvelle" Rerum Novarum de Léon XIII

 

Enregistrer

 

 

Le 15 mai 1931, quarante années jour pour jour après Rerum Novarum, le Pape Pie XI livrait au monde une autre encyclique remarquable: Quadragesimo Anno. Dans Rerum Novarum, Léon XIII avait signalé, sans la définir, «une usure dévorante sous une forme nouvelle» qui venait s’ajouter aux conditions inhumaines dont souffrait alors le monde ouvrier.

Dans Quadragesimo Anno, son troisième successeur, Pie XI, semble bien avoir identifié cette «usure dévorante» à la dictature de l’argent et du crédit:

«L’accumulation d’une énorme puissance, d’un pouvoir économique discrétionnaire aux mains d’un petit nombre d’hommes qui, d’ordinaire, ne sont pas les propriétaires, mais les simples dépositaires et gérants du capital qu’ils administrent à leur gré. Ce pouvoir est surtout considérable chez ceux qui, détenteurs et maîtres absolus de l’argent, gouvernent le crédit et le dispensent selon leur bon plaisir. Par là, ils distribuent en quelque sorte le sang à l’organisme économique dont ils tiennent la vie entre leurs mains, si bien que, sans leur consentement, nul ne peut plus respirer».

Crédit financier selon la production

Ces paroles sont fortes. Nul ne les comprend mieux que les créditistes. L’auteur des propositions du Crédit Social, l’ingénieur écossais Clifford Douglas, avait en effet très bien expliqué dans ses écrits, parus une douzaine d’années avant Quadragesimo Anno, comment le crédit financier, l’argent moderne du commerce et de l’industrie, n’est en somme que l’expression chiffrée de la capacité de production du pays.

Capacité de production qui est due surtout aux richesses naturelles et au développement progressif de découvertes scientifiques, de techniques perfectionnées. Progrès croissant et transmis au cours des générations grâce à la vie en société ordonnée, donc un bien commun. Le crédit financier, basé sur cette possibilité de produire sans laquelle il n’aurait aucune valeur, ne peut donc être émis que comme un bien social, nullement comme propriété, à son origine, des institutions qui l’émettent.

Ces institutions, les banques à charte dans notre pays, ne peuvent donc pas légitimement se considérer comme propriétaires du crédit qu’elles créent d’un trait de plume et qu’elles émettent sous forme de prêts, sans se départir d’un seul sou à elles et sans diminuer un seul compte de leurs clients.

Contrôle du système bancaire

Par sa mainmise sur le crédit de la société, par les restrictions en volume et en durée de circulation qu’il impose à ce crédit, le système bancaire contrôle et gère à son gré un bien qui ne lui appartient pas, qui est un bien de toute la société; et comme ce crédit financier est, selon l’expression du Pape, «le sang de l’organisme économique», les contrôleurs du volume et de la circulation de ce sang tiennent toute la vie économique entre leurs mains si bien que sans leur permission, nul ne peut plus respirer.

Lorsque parut cette encyclique, en 1931, tout le monde civilisé était enlisé dans une crise économique sans précédent; crise qu’il était impossible d’attribuer à la température, ni à une perte de compétences des producteurs, ni à un refus de travailler de centaines de mille hommes qui cherchaient partout de l’emploi. Rien de tout cela! C’était simplement une crise d’argent, une restriction de crédit; une saignée du corps économique par ceux qui en ont accaparé le contrôle.

Vie économique horriblement cruelle

«Toute la vie économique, écrivait le Pape Pie XI, est devenue horriblement dure, implacable, cruelle». Et du côté des gouvernements, même assujettissement: «La déchéance du pouvoir tombé au rang d’esclave, disait l’encyclique, est devenu le docile instrument de toutes les passions et de toutes les ambitions de l’intérêt».

L’entrée du pays en guerre, en 1939, mettait une fin subite à la crise d’argent, montrant à l’évidence qu’une rareté d’argent, une insuffisance de crédit financier, est un phénomène purement factice imposé par des contrôleurs qui peuvent y mettre fin en moins de 24 heures quand ils le veulent ou y consentent. En même temps, malgré que les bras les plus valides fussent mobilisés sur les champs de bataille ou à la production d’engins de guerre, les familles purent obtenir de meilleures conditions de vie que pendant les dix années précédentes. Il ne pouvait faire le moindre doute, dès lors pour personne, que les dix années de crise avaient été le seul fait d’une tyrannie financière criminelle au suprême degré. On put donc croire que le monde, une fois libéré de la nécessité d’entretenir la production de guerre, ne supporterait plus une seule journée ce régime financier insensé.

Principes immuables pour la distribution adéquate des biens à tous

Et pourtant le même monopole du crédit est encore en selle aujourd’hui. Dans son encyclique, le Pape ne se mêle pas d’indiquer quelle méthode ou quel moyen employer pour mettre un terme au monopole du crédit; cela relève des autorités temporelles. Mais rappelant des principes immuables, tel que le droit fondamental de toute personne à une suffisance de biens terrestres, il écrivait:

«L’organisme économique et social sera sainement constitué et atteindra sa fin alors seulement qu’il procurera à tous et à chacun de ses membres tous les biens que les ressources de la nature et de l’industrie ainsi que l’organisation vraiment sociale de la vie économique ont le moyen de leur procurer.» Et il ajoutait: «Ces biens doivent être assez abondants pour satisfaire aux besoins d’une honnête subsistance et pour élever les hommes à ce degré d’aisance et de culture qui, pourvu qu’on en use sagement, ne met pas d’obstacle à la vertu mais au contraire en facilite singulièrement l’exercice».

La sagesse dans l’usage des biens est responsabilité de la personne, de la famille. Mais la distribution adéquate des biens, dont le volume aujourd’hui est potentiellement capable de procurer une honnête subsistance à tous, dépend de l’organisation vraiment sociale de la vie économique.

La distribution, dans notre monde moderne, se fait par le moyen des ventes et des achats. Pour que tous puissent accéder à une suffisance de biens pour une honnête subsistance, il faut que tous obtiennent une suffisance de pouvoir d’achat, d’argent pour commander ces biens.

Un mode de distribution tel que préconisé par le Crédit Social répondrait suffisamment et très bien aux normes d’un organisme économique sain tel que défini par l’encyclique de Pie XI.

Je ne parle pas ici d’un parti politique quelconque qui peut bien s’affubler d’une étiquette créditiste alors qu’il n’est qu’une vulgaire recherche du pouvoir et peut faire n’importe quelle déclaration. Mais il est question de la doctrine authentique du Crédit Social premièrement présenté par Douglas et fidèlement diffusée par le journal Vers Demain.

Ce Crédit Social, par un dividende périodique n’oubliant personne, permettrait à tous et à chacun de se procurer les biens nécessaires à une honnête subsistance facilement réalisable avec la production actuelle du pays. Et par son mécanisme d’ajustement des prix, il le ferait en éliminant toute inflation et sans léser personne dans la propriété et la conduite des moyens de production.

Refus du Crédit Social

Mais les gouvernements avec leurs aviseurs, financiers, économistes, sociologues, moralistes même, ont refusé le Crédit Social; ils préfèrent piétiner dans des essais de rapiéçage qui suppriment des libertés, qui avilissent la dignité des secourus, qui ruinent la propriété et les entreprises à taille d’homme sous le poids de taxes et d’impôts, qui introduisent le gouvernement et ses bureaucrates partout, qui conduisent au socialisme d’État.

Ce n’est plus là un rôle supplétif de l’État: L’État s’occupe de fonctions qui ne le regardent pas, dans la production, dans le commerce, dans l’assurance, dans l’Éducation. Toujours en prétextant qu’il le fait parce que les familles, ou les associations, ou les corps publics inférieurs, sont financièrement incapables de le faire.

Financièrement incapables: c’est vrai parce que le système financier, que seul le gouvernement pourrait modifier, accomplit mal sa besogne. Or, le gouvernement, au lieu de faire ce qui dépend de lui, persiste à faire de plus en plus ce qui est du ressort des personnes et des familles, dont elles s’acquitteraient fort bien si le gouvernement accomplissait ce que lui seul est capable d’accomplir: corriger le système financier.

Le Pape dit fort bien qu’un franc et sincère retour à la doctrine de l’Évangile conduirait à une régénération sociale, à une collaboration au lieu d’une lutte entre les classes. Mais l’assujettissement au monopole du crédit national et international ne peut que conduire au contraire à un esprit d’injustice et non pas de charité.

Aussi, qu’a-t-on vu? Dans la vie nationale, les conflits entre employeurs et employés ont continué, opposant des forces plus grandes à mesure que croissent les géants industriels d’une part, et les puissantes fédérations syndicales d’autre part, envahissant les services publics, le fonctionnariat et jusqu’aux institutions d’enseignement, du bas en haut de l’échelle.

Guerre provoquée par les injustices du système

Et dans le domaine international, qu’a-t-on vu? Vingt-trois années après Rerum Novarum, toutes les nations d’une Europe pourtant christianisée entraient en guerre, se jetant à la gorge les unes des autres, appelant à elles, sur les champs de bataille, des soldats d’Afrique qui, à la vue de ce massacre entre baptisés, purent bien se demander ce que signifiait l’Évangile du Christ? Et huit années après Quadragesimo Anno, la tuerie et la destruction reprenaient de plus belle pour plus longtemps avec des moyens plus puissants et des haines plus féroces.

Cela, pas à cause des encycliques mais à cause du peu de cas qu’on en a fait. Et quel cas pouvait-on faire des encycliques quand on s’est obstiné à considérer comme sacré et intouchable le monopole du crédit, quand on soumet toute la vie économique à la dictature de l’argent, quand on fait de l’argent la fin première et dernière de toutes les entreprises?

Le refus du Crédit Social a perpétué des causes de souffrances imméritées

Nous n’hésitons pas à le dire: le refus du Crédit Social qui est le refus d’une philosophie humaine de la distribution, répondant parfaitement aux normes rappelées par les Papes, ce refus a perpétué des causes de souffrances imméritées, de désordres, de bouleversements. Refus criminel dans les pays comme le nôtre où les maîtres de la politique, de l’enseignement et des moyens de diffusion ne peuvent plaider ignorance du sujet.

Refus dont les conséquences sont incalculables jusque dans l’ordre des valeurs spirituelles. Non pas que le Crédit Social soit un sacrement mais parce qu’il casserait des obstacles, parce qu’il procurerait les biens abondants de la nature et de l’industrie à tous et à chacun, leur garantissant «une honnête subsistance», selon les termes de l’encyclique; leur permettant de «s’élever à ce degré d’aisance et de culture qui, pourvu qu’on en use sagement, ne met pas d’obstacle à la vertu mais en facilite au contraire singulièrement l’exercice».

Cet article a été publié par