EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Visualiser la dette des États-Unis

le jeudi, 01 mars 2012. Dans Dettes & Déficits

Les États-Unis d’Amérique sont la nation la plus endettée de toute l’histoire de la civilisation humaine. À la fin de 2011, la dette du gouvernement fédéral américain atteignait les 15 trillions de dollars (15.000.000.000.000 $). Comment s’imaginer l’ampleur d’un million, d’un milliard, ou de mille milliards de dollars? On peut s’aider en imaginant ces sommes en piles de billets de 100 dollars...

Cent dollars

 

Un billet de cent dollars américain (100 S). C’est le billet le plus contrefait dans le monde, mais c’est aussi ce qui fait rouler les affaires...

 

 Un million de dollars

Un million de dollars (1.000.000 $). La pile n’est pas aussi grosse que vous pensiez? Elle représente en moyenne 92 ans de travail pour l’être humain.

 

 

 

 

 

 Cent millions de dollars

Cent millions de dollars (100.000.000 $). Un montant plus que suffisant pour tous et chacun, qui se place bien sur une palette de grandeur standard.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un trillion de dollars

Un trillion (ou mille milliards) de dollars (1.000.000.000.000 $). Lorsque le gouvernement américain parlait d’un déficit de 1,7 trillion de dollars en 2010, c’est de cette quantité d’argent qu’il faut considérer, en doublant la hauteur de chaque palette de billets de 100 dollars, ce qui nécessitera plus de voyages de semi-remorques.


En dépensant un million de dollars par jour depuis la naissance de Jésus, on n’aurait même pas encore dépensé un trillion $ en 2012... mais environ 700 milliards $, le montant versé aux banques américaines lors du récent plan de sauvetage. Comparez la quantité de piles de 100 dollars avec la grandeur d’un terrain de football ou un Boeing 747...

 

 

Quinze trillions de dollars

15 trillions de dollars (15.000.000.000.000 $). C’est ce que la dette du gouvernement fédéral américain a atteint à Noël  2011. La dame représentée par la Statue de la Liberté semble s’inquiéter du fait que la dette des États-Unis dépasse maintenant sa production annuelle (ou Produit Intérieur Brut).

 

 

 

 

 

 

 

Cent quinze trillions de dollars

 

114,5 trillions de dollars (114.500.000.000.000 $), c’est la dette totale américaine. Le gratte-ciel de droite, qui dépasse de beaucoup les deux anciennes tours jumelles du World Trade Center ainsi que l’Empire State Building de New-York (pendant longtemps les édifices les plus hauts de la planète) représente cette dette, en billets de 100 dollars empilés les uns sur les autres.

Ce gratte-ciel de 114,5 trillions de dollars représente l’argent que le gouvernement américain n’a pas pour financer ses différents programmes. (source: demonocracy.info)  Bien sûr, un tel gratte-ciel de papier monnaie n’existera jamais, puisque la dette est faite d’argent qui n’existe pas, et cette dette grossit en raison de l’intérêt composé. Même si tout l’argent en circulation qui existe était confisqué pour payer la dette, on ne rembourserait même pas un pour cent de la dette.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut