EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Un apôtre de feu de la République Dominicaine

le mercredi, 01 octobre 2008. Dans Témoignages

Voici quelques-unes des paroles enthousiastes de Benjamin Valois, qu’il nous a adressées lors de notre Congrès international 2008, le lundi avant-midi:

«Je viens de la République Dominicaine, ça fait 27 ans que je suis au Québec. Il y a environ 5 ans qu’un journal Vers Demain est tombé dans mes mains. Quand j’ai regardé le Crédit Social, j’ai passé trois ou quatre jours sans dormir, parce que c’est intéressant, très intéressant pour tout le monde, tous les pays et tous les peuples.

Ça fait quelques jours que je suis revenu de la République Dominicaine. J’ai fait connaître le journal Vers Demain à tous. J’avais demandé au bureau Vers Demain d’envoyer à peu près deux tonnes de circulaires et de journaux Vers Demain à la République Dominicaine (circulaires tirées de notre journal espagnol «San Miguel»). J’avais seulement trois semaines pour distribuer tout cela. Je me demandais: ‘Comment je vais donner cela?’ J’ai commencé à prier, à prier tellement fort, parce que je me suis dit: ‘Je ne sais pas comment je dois faire’. Mais j’avais confiance de recevoir une réponse.

Puis j’ai commencé, j’ai parcouru le pays partout. J’ai visité 23 églises. J’ai visité beaucoup de personnes dans ces 23 églises. Et il y avait des prêtres qui avaient déjà reçu le journal Vers Demain, il y a longtemps. Je leur ai dit: ‘Comment se fait-il que vous avez déjà reçu le journal ?’ Et ils m’ont dit: «Il y a un prêtre qui envoie le journal partout ici, à la République Dominicaine». Je me sentais tellement bien quand j’entendais ces mots de différents prêtres, me parler de cette façon. À ce moment-là, j’ai eu une lumière intérieure. Je me suis dit que je devais continuer cette mission, parce que c’est très important que chaque personne ait ce journal.

J’ai connu là-bas, le prêtre Raymond, on l’appelle entre parents «Raymondito», prêtre depuis trente ans. Il vit dans une communauté. Tous les membres de la communauté vivent dans la pauvreté. Ce prêtre très gentil, très aimable m’a dit: «Je me suis donné comme mission de distribuer le journal Vers Demain, parce qu’il y a quelque chose qui me touche dans ce journal». Au moment où je l’ai vu, il avait tout distribué les journaux Vers Demain qui lui avaient été donnés; l’entrepôt était vide. Donc, je suis arrivé avec un chargement de journaux et je les lui ai laissés. Au bout de trois jours il m’a appelé et m’a dit: “Mon frère, nous continuons la mission et nous sommes en train de distribuer tous les journaux”. C’est un prêtre très dévoué. Il habite dans un village pauvre. Avec son propre argent, il expédie le journal (en différents endroits).

Équipe de travailleurs

En même temps, j’ai formé un petit groupe dans un village qui s’appelle St-Pierre Rodriguo en République Dominicaine. 90% de ce peuple est catholique.

Ces petits groupes qui ont été formés à la République Dominicaine savent que je suis ici au congrès. Je commence avec ces petits groupes. J’ai mis sur pied 14 personnes. Elles sont en train d’aller dans différents villages de la République Dominicaine, pour laisser le journal dans les maisons.

Je le dis à tout le monde: ‘C’est très important de continuer, continuer, continuer’. Le plus important c’est de mettre le journal Vers Demain partout, dans toutes les maisons. Toutes les maisons au Québec, toutes les maisons du monde entier devraient recevoir le journal Vers Demain.

J’ai entendu une personne ici qui a dit: «N’ayez pas peur de passer de maison en maison». Moi aussi je vous dis: ‘N’ayez pas peur d’aller de maison en maison, de parler avec les gens, de les abonner, les gens ont besoin de Vers Demain. Ça, c’est une nourriture spirituelle’. Souvent dans les foyers, il manque une chose très importante: la nourriture spirituelle.

C’est aujourd’hui qu’on doit travailler, ce n’est pas demain. On devrait continuer à être fidèle, on devrait consacrer tout le temps de notre vie au journal Vers Demain parce que dans le journal il y a toutes les réponses du catholicisme, toutes les réponses du Crédit Social. Chacun de nous devrait amener 3 ou 4 personnes au congrès de l’an prochain pour que la salle soit remplie, remplie, remplie.

Je vais vous dire une chose avant de finir: le Crédit Social ce n’est pas pour dans 60 ans d’ici, le Crédit Social c’est pour aujourd’hui, parce qu’aujourd’hui, nous pouvons commencer à changer les choses. On devrait continuer tout le monde ensemble. C’est très important que vous soyez fidèles au journal Vers Demain, que vous le fassiez connaître à tous les gens, sur le chemin de la vie.

Franklin Valois

Dernières circulaires

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Témoignages sessions d'étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut