Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix

le mercredi, 01 août 2012. Publié dans Prières, rosaire et dévotions

Saint François d'Assise«Seigneur, fais de moi
un instrument de ta paix,

Là où est la haine,
que je mette l’amour.

Là où est l’offense,
que je mette le pardon.

Là où est la discorde,
que je mette l’union.

Là où est l’erreur,
que je mette la vérité.

Là où est le doute,
que je mette la foi.

Là où est le désespoir,
que je mette l’espérance.

Là où sont les ténèbres,
que je mette la lumière.

Là où est la tristesse,
que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.»

Cette prière pour la paix, très souvent attribuée à François d’Assise, apparaît pour la première fois en 1912. C’est un prêtre français, Esther Bouquerel, qui la publie dans le numéro de décembre 1912 de sa revue La Clochette. Elle se présente comme un texte anonyme, intitulé «Belle Prière à faire pendant la Messe». Publiée en 1916 en italien dans L’Osservatore Romano, le journal du Vatican, elle est diffusée par les Américains à des millions d’exemplaires pendant la Seconde guerre mondiale. C’est aujourd’hui une des prières les plus célèbres au monde.