EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Récit du second miracle de Fatima

le mardi, 01 août 2017. Dans Apparitions

«Votre fils a peu de chance de survivre…»

Lucas et sa familleC’est  la guérison «inexplicable» d’un petit enfant du Brésil,  Lucas Maeda de Olivera,  que l’Eglise a reconnu comme miracle pour la canonisation des deux petits bergers de Fatima, Jacinta et Francisco, proclamés saints ce 13 mai par le pape François. Deux jours avant que le Saint-Père n’arrive à Fatima, les parents  de Lucas ont partagé leur témoignage «à la demande» de leur fils. L’enfant  a aujourd’hui 10 ans. Il est originaire du diocèse de Campo Mourao, dans l’État de Paraná, au sud du Brésil, et la reconnaissance officielle de sa guérison miraculeuse par intercession des deux petits voyants a été promulguée le 23 mars dernier.

Le premier miracle obtenu par leur intercession et retenu pour leur béatification, en 2000, était la guérison, le 25 mars 1987, de María Emilia Santos, de Leiria (Portugal), paraplégique, suite à une neuvaine récitée lors d’une retraite pour les malades, à Fatima.Lucas après le miracle

Le récit du drame: nous sommes en mars 2013. Le petit Lucas, alors âgé de cinq ans, se trouve chez son grand-père et joue avec sa petite sœur, quand tout à coup il glisse et tombe de la fenêtre, se fracassant le crâne après une chute de plus de six mètres de haut, racontent les parents. Transféré immédiatement à l’hôpital le plus proche, l’enfant arrive dans le coma, et fait deux arrêts cardiaques avant d’être opéré d’urgence, dans des conditions absolument inappropriées pour un traumatisme crânien aussi grave. Le pire est à craindre. «Votre fils a peu de chance de survivre», pronostiquent les médecins, ou alors «il vivra dans un état végétatif permanent avec de graves déficiences neurologiques et cognitives».

Lucas embrasse le pape François durant la messe de canonisation à Fatima, le 13 mai 2017Mais c’était sans compter sur la foi profonde de la famille de Lucas, la famille du petit garçon, «très dévouée» à Notre-Dame de Fatima, qui s’est immédiatement mise en contact avec le carmel de Campo Mourão pour demander aux sœurs de prier pour leur petit garçon. Les religieuses n’ont cessé de prier devant les reliques des bienheureux Francisco et Jacinta posées près du tabernacle de leur chapelle: «Pastoureaux, sauvez ce petit garçon, qui est un enfant comme vous!», ne cessaient-elles de prier à tout bout de champs et à tour de rôle. D’abord une, puis toute la communauté. Et la famille faisait la même chose de son côté.

La guérison miraculeuse: le 9 mars, soit six jours après le drame, Lucas s’est réveillé et s’est mis à parler. Déjà, au moment de l’accident, en ramassant son fils sur le trottoir, le père de Lucas avait invoqué Notre-Dame de Fatima et les deux petits bienheureux.

Douze jours après son hospitalisation, Lucas était remis sur pied, sans aucune thérapie à suivre, son état jugé «totalement revenu à la normalité»... Lucas, affirment ses parents, «est complètement rétabli, sans aucun symptôme ni séquelle. Il est resté celui qu’il était avant l’accident: son intelligence, son caractère, il est resté le même». Les médecins consultés ont reconnu ne pas s’expliquer ce rétablissement, «même les non-croyants».


 

Source: https://fr.aleteia.org/

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut