EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Qui était Clifford Hugh Douglas?

Par Louis Even le vendredi, 15 novembre 1940. Dans Clifford Hugh Douglas

Clifford Hugh DouglasClifford Hugh Douglas
1879-1952

À l’origine du Crédit Social, il y a un nom. Le nom d’un homme de génie. Un Écossais: Clifford Hugh Douglas, né le 20 janvier 1879, de Hugh Douglas et Louisa Horfdern. Ayant fait ses études à l’université de Cambridge, il en sorti muni des grades d’ingénieur électricien, ingénieur mécanicien et comptable licencié.

Douglas était un ingénieur brillant, qui se vit confier des projets importants en Inde (ingénieur-en-chef de reconstruction pour la British Westinghouse Company), en Amérique du Sud (ingénieur-en-chef de la compagnie ferroviaire Buenos Aires & Pacific Railway), et en Angleterre (ingénieur d’un chemin de fer électrique tubulaire pour le bureau de postes de Londres, puis pendant la première guerre mondiale, assistant-directeur de l’Avionnerie Royale de Farn-borough).

Douglas fut aussi un expert en comptabilité des prix de revient. C’est d’ailleurs en cette qualité que le gouvernement britannique recourut à ses services en 1916 pour dépister et corriger des irrégularités dans les états financiers de l’avionnerie de Farnborough. C’est là qu’il découvrit l’écart constant entre la somme des paiements distribués en salaires et autres revenus au cours de la production et le prix du produit fini. En d’autres mots, l’argent distribué aux consommateurs ne suffisait pas pour acheter toute la production. Douglas remarqua aussi qu’une fois la guerre venue, il n’était plus question de manque d’argent. L’argent pouvait être rendu disponible sur demande pour la guerre, et tout ce qui était physiquement possible pouvait aussi être rendu financièrement possible.

Douglas fit aussi d’autres expériences. Il décida de déterminer quels étaient les défauts du système financier et, comme ingénieur, de découvrir et formuler les principes pour mettre la finance en accord avec la réalité, principes qui sont connus depuis lors sous le nom de crédit social.

Douglas n’a jamais porté le titre d’économiste, ce qu’il aurait d’ailleurs considéré comme une injure, vu le monument d’erreurs basé sur des pré-conceptions fausses dans l’enseignement économique des facultés qui décernent les diplômes. Et pourtant, Douglas fut en réalité le plus grand économiste de tous les temps, par son diagnostic du vice majeur de notre économie et par les propositions qu’il a formulées pour y remédier.

Douglas a publié pour la première fois ses conclusions dans un article de The English Review en décembre 1918, puis dans une série d’articles qui furent repris dans son premier livre en 1920, Economic Democracy. La même année Douglas écrivit Credit-Power and Democracy, puis Social Credit en 1923, Control and Distribution of Production et The Monopoly of Credit, tous deux en 1931, et Warning Democracy et The Alberta Experiment, tous deux en 1937.

En plus de ces livres, Douglas voyagea à travers le monde pour donner des conférences sur le Crédit Social – au Canada, en Australie, Nouvelle-Zélande, Japon et Norvège. En 1923, il témoigna devant le comité parlementaire canadien sur les banques. et en 1930 devant le comité MacMillan du parlement anglais sur la finance et l’industrie.

Douglas est mort chez lui à Fearnan, en Écosse, le 29 septembre 1952 – fête de saint Michel archange, à l’âge de 73 ans.

À propos de

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut