Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

Prions pour la conversion des non-croyants

le jeudi, 01 janvier 2009. Publié dans Homélies

Pour les non-croyants, tout est perdu...

Il nous semble, qu’il serait temps pour tous les baptisés, spécialement nos hommes d’État si dangereusement engagés sur le chemin de la perdition, de réfléchir sur l’Évangile de la fin des temps. NOUS LEUR TENDONS UNE PERCHE et nous prions pour eux. Ce que Dieu a dit demeure vrai éternellement. Qu’on prenne le temps de lire le texte suivant:>

Père Raniero Cantalamessa, OFM Cap
Père Raniero Cantalamessa, OFM Cap

ROME, Vendredi 21 novembre 2008 () - Nous publions ci-dessous le commentaire de l’Evangile du dimanche 23 novembre proposé par le père Raniero Cantalamessa OFM Cap, prédicateur de la Maison pontificale.

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (25, 31-46)

Jésus parlait à ses disciples de sa venue: «Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres: il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.

Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite: ‘Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli; j’étais nu, et vous m’avez habillé; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi!’

Alors les justes lui répondront: ‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu...? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli? tu étais nu, et nous t’avons habillé? tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu’à toi?’

Et le Roi leur répondra: ‘Amen, je vous le dis: chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’

Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche: ‘Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’

Alors ils répondront, eux aussi: ‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service?’

Il leur répondra: ‘Amen, je vous le dis: chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait.’

Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Toutes les nations seront rassemblées devant lui.

L’Évangile du dernier dimanche de l’année liturgique, solennité du Christ Roi, nous fait assister à l’acte conclusif de l’histoire humaine: le jugement dernier. «Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres: il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche».

Le premier message contenu dans cet évangile n’est pas la manière dont se déroule le jugement ou son résultat, mais le fait qu’il y aura un jugement, que le monde ne vient pas du hasard et ne finira pas au hasard. Il a commencé par une parole: «Que la lumière... Faisons l’homme» et finira par une parole: «Venez, les bénis... Allez-vous-en loin de moi, maudits». Au début et à la fin du monde, il y a la décision d’un esprit intelligent et d’une volonté souveraine.

Ce début du millénaire est caractérisé par une discussion animée sur l’évolutionnisme et le créationnisme. En résumé, la dispute oppose ceux qui, se réclamant - parfois à tort - de Darwin, croient que le monde est le fruit d’une évolution aveugle, dominée par la sélection des espèces et ceux qui, tout en admettant une évolution, voient Dieu à l’œuvre dans le processus évolutif.

J’ai aussi demandé au professeur Collins s’il avait d’abord cru en Dieu ou à Jésus-Christ. Il m’a répondu: «Jusqu’à l’âge de 25 ans, j’étais athée. Je n’avais aucune préparation religieuse. J’étais un scientifique qui réduisait presque tout à des équations et des lois de physique. Mais en tant que médecin, j’ai commencé à voir les gens qui devaient affronter le problème de la vie et de la mort, et cela m’a fait pensé que mon athéisme n’était pas une idée enracinée. J’ai commencé à lire des textes sur les argumentations rationnelles de la foi que je ne connaissais pas. Je suis tout d’abord arrivé à la conviction que l’athéisme était l’alternative la moins acceptable et je suis progressivement arrivé à la conclusion qu’il devait exister un Dieu qui avait créé tout cela, mais je ne savais pas comment était ce Dieu. Cela m’a conduit à mener des recherches pour découvrir la nature de Dieu et je l’ai trouvée dans la Bible et dans la personne de Jésus. Au bout de deux ans de recherches j’ai compris que ce n’était plus raisonnable de continuer à résister et je suis devenu un disciple de Jésus ».

Un des grands défenseurs de l’évolutionnisme athée aujourd’hui est l’Anglais Richard Dawkins, auteur du livre «God Delusion» (L’illusion de Dieu). Il fait la promotion d’une campagne publicitaire qui se propose de mettre sur les bus des villes l’inscription suivante: «Dieu n’existe probablement pas: cesse de t’en faire et profite de la vie» (There’s probably no God. Now stop worrying and enjoy life). «Probablement». Il n’est donc pas complètement exclu qu’il puisse exister! Si Dieu n’existe pas, le croyant n’a pratiquement rien perdu. En revanche, s’il existe, le non croyant a tout perdu.

Je me mets à la place d’un parent qui a un enfant porteur d’un handicap, autiste ou gravement malade, d’un immigré qui a fui la faim ou les horreurs de la guerre, d’un ouvrier qui a perdu son travail, d’un agriculteur expulsé de ses terres... Je me demande comment il réagirait devant cette annonce: «Dieu n’existe probablement pas: cesse de t’en faire et profite de la vie!».

L’existence du mal et de l’injustice dans le monde est certes un mystère et un scandale mais sans la foi et sans un jugement dernier, le mal et l’injustice apparaissent infiniment plus absurdes et plus tragiques encore. Au fil des millénaires de vie sur la terre, l’homme s’est habitué à tout; il s’est adapté à tous les climats, il s’est immunisé contre toutes les maladies. Il y a une chose à laquelle il ne s’est jamais habitué: l’injustice. Il continue à la ressentir comme une chose intolérable. Et c’est à cette soif de justice que répondra le jugement dernier.

Ce jugement ne sera pas voulu seulement par Dieu mais, paradoxalement, par les hommes aussi, même par les impies. Le poète Paul Claudel a écrit qu’au jour du jugement dernier il n’y aura pas seulement le Juge qui descendra du ciel mais toute la terre qui se précipitera à sa rencontre.

La fête du Christ Roi, avec l’évangile du jugement dernier, répond à l’espérance humaine la plus universelle. Elle nous assure que l’injustice et le mal n’auront pas le dernier mot, et en même temps, elle nous exhorte à vivre de telle manière que le jugement ne soit pas pour nous un jugement de condamnation mais de salut, et que nous puissions être de ceux à qui le Christ dira: «Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde».