EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Dernières circulaires

Témoignages sessions d'étude

Deux fois par année, nous invitons des évêques, prêtres et laïcs, surtout d’Afrique, à nos semaines d’étude sur le Crédit Social à notre maison-mère de Rougemont au Canada. Voici les commentaires de quelques-uns de ces évêques, prêtres et laïcs.

Qui sont les vrais maîtres du monde ?

Le système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

Un nouveau système financier efficace

Le système financier efficace dont il va être question dans cette brochure, c’est le système financier connu généralement sous le nom de Crédit Social (ou Démocratie Économique), encore appliqué nulle part, mais dont les principes furent établis par l’ingénieur économiste écossais, Clifford Hugh Douglas, publiés par lui pour la première fois en 1918, propagés depuis par toute une école dans maints pays.

Le Dividende Social

Qu’est-ce que vous dites-là? Que le Dividende Social respecterait la planète et que la société de consommation est destructrice de la planète?

Oui! Avec la technologie, avec le progrès, le travail humain est de moins en moins nécessaire pour la production. La pénurie actuelle de main-d’œuvre dans certaines régions est un problème temporaire, un problème démographique.

Livres sur le Crédit Social

La démocratie économique

La démocratie économique expliquées en différentes leçons pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Ce sont les propositions financières de l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas, connues tout d’abord sous le nom de démocratie économique (d’après le titre de son premier livre), et connues par la suite sous le nom de crédit social.

Sous le Signe de l'Abondance

Sous le signe de l’abondance — exprime assez bien qu’il s’agit d’une économie d’abondance, de l’accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d’être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu’à l’économique.

Du régime de dettes à la prospérité

"Du régime de dettes à la prospérité" est à l’origine de la fondation de l’Œuvre des Pèlerins de saint Michel. C'est le livre qui fit s'écrier Louis Even; "Une lumière sur mon chemin!".

"On oublie, on ne voit pas, on ne veut pas voir qu’il y a des gens mal logés, des gens mal nourris, des salaires insuffisants, qu’il y a des pays tout entiers qui souffrent de la faim. Ce n’est pas chrétien de penser, à plus forte raison de dire; c’est leur faute..."

Son Eminence le Cardinal Jules-Géraud Saliège

Une lumière sur mon chemin

«Une lumière sur mon chemin. Il faut que tout le monde connaisse cela!» c'est écrié Louis Even en 1934 lorsqu'il découvrit le Crédit Social. Ce livre est un recueil des conférences données à la radio et télévision de 1958 à 1964.  

Notre gouvernement du Québec nous enlève notre liberté religieuse

Par Thérèse Tardif le dimanche, 01 août 2010. Dans Accomodements raisonnables, Éducation

De la dictature dans nos écoles

Pour vous démontrer jusqu’à quel point notre gouvernement du Québec viole le droit des parents en ce qui concerne les droits des parents sur l’éducation de leurs enfants, Jean Charest, appuyé fortement par la chef de l’opposition Pauline Marois, ira en appel du jugement Dugré. Les deux n’acceptent pas le fameux jugement Dugré en faveur de la liberté religieuse du collège Loyola, de Montréal.

Les journaux nous rapportent les nouvelles suivantes à ce sujet:

Jean Charest ira en appel

«Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a affirmé lundi que le gouvernement interjetterait appel du jugement rendu vendredi par la Cour supérieure du Québec, exemptant l’école secondaire privée catholique Loyola High School de dispenser le cours d’éthique et de culture religieuse (ECR) dans une perspective laïque.

«Lors d’une conférence de presse à Laval, M. Charest a rappelé que le débat sur les écoles laïques durait depuis des années. La ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, a pour sa part qualifié d’«excessif» l’avis rendu par le juge Gérard Dugré.» Sa loi à elle n’est-elle pas excessive ?

La chef péquiste Pauline Marois l’appuie

La chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, Pauline Marois, avait affirmé dimanche que le gouvernement devait porter le jugement en appel. Elle se vante d’être celle qui a fait enlever la religion dans les écoles:

«Moi, je suis celle qui a travaillé pour déconfessionnaliser le système. Vous comprendrez que je ne suis pas d’accord avec cette décision, et je crois qu’elle doit être contestée», a déclaré la chef du Parti québécois, tandis qu’elle participait à une marche pour la souveraineté du Québec à Montréal, dimanche.

Pour que les évêques et les parents ne protestent pas lorsqu’elle a fait enlever l’article 93 de la Constitution, voici ce qu’elle disait en 1997:

Journal des débats, 26 mars 1997, Déclaration ministérielle de la ministre de l’Éducation, Pauline Marois à l’Assemblée nationale...

«Le libre choix entre l’enseignement moral et l’enseignement religieux catholique et protestant continuera d’être offert, en conformité avec la Charte québécoise des droits et libertés.»

«Cette école devra être capable d’offrir le libre choix aux parents qui la fréquenteront... c’est-à-dire aux parents des enfants qui la fréquenteront, soit la possibilité d’une formation religieuse catholique, protestante ou une formation morale.»

«Je répète, M. le Président, que l’école publique doit respecter le libre choix comme le libre refus de la religion qu’expriment les parents.»

Voilà des propos de Pauline Marois dits en 1997 qui contredisent ceux qu’elle déclare aujourd’hui. Il est évident qu’elle n’était pas sincère en 1997 et que son plan était de faire disparaître Dieu de la province de Québec.

Madame Courchesne impose à toutes les écoles publiques et privées l’obligation d’enseigner son cours d’éthique et de culture religieuse dans une perspective laïque. Elle ne permet pas aux parents catholiques de retirer leurs enfants de ces cours. Pour nous séduire tous, elle nous parle de «société libre et démocratique» alors qu’elle impose le contraire. Même tactique que Pauline Marois pour nous faire avaler son plan.

Le moindre que l’on puisse dire, c’est de la haute trahison envers notre peuple québécois, canadien-français catholique.

À propos de

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif

Thérèse Tardif est la directrice du Journal Vers Demain depuis la mort de Mme Gilberte Côté-Mercier en 2002.

Panier

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut