Logo Vers Demain
Journal de patriotes catholiques
Pour la réforme économique
du Crédit Social

Drapeau États-UnisDrapeau PologneDrapeau Mexique

facebookyoutubeGoogle+
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur le Crédit Social
 
Loading Player...
Voir plus de vidéos sur la chaîne Youtube du Vatican

Dernières nouvelles

Événements à venir

  • Session d’étude sur la démocratie économique 2017

    la démocratie économiqueSession d’étude sur la démocratie économique à la Maison de L'Immaculée à Rougemont du 21 au 28 septembre 2017

    «L'argent au service de la personne par un revenu social à tous!»

  • Réunion mensuelle à Rougemont

    Une réunion mensuelle avec les rapports des activités, les développements, ainsi que des conférences sur la spiritualité et le Crédit Social a lieu à la Maison de l'Immaculée à Rougemont à tous les quatrièmes dimanche de chaque mois...

  • Réunion mensuelle de Montréal

    Map réunion MontréalRéunion mensuelle le 2e dimanche de chaque mois

    Église saint Gilbert, métro saint Michel, autobus 141.

    5415 Rue Jean-Talon, Saint-Léonard, QC

     

     

  • Congrès des Pèlerins de saint Michel 2017

    Le congrès 2016 des Pèlerins de saint Michel se tiendra les 30 septembre, 1er et 2 octobre 2017.

    Vous êtes cordialement invité à participer à la semaine d'étude du Crédit Social en français qui se tiendra du 21 au 28 septembre inclusivement.

    Bienvenue à tous!

Non à l'euthanasie donnant droit aux médecins de nous tuer!

le jeudi, 01 octobre 2009. Publié dans Euthanasie

Les malades ne voudront plus aller dans les hôpitaux de peur de se faire assassiner

Lettre invitant autant les membres du Parlement que tout le peuple canadien à réfléchir aux conséquences possibles du Projet de loi C-384.

Le Parlement du Canada débattra prochainement du Projet de loi C-384, Loi modifiant le Code criminel (droit de mourir dans la dignité), qui vise à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté au Canada.

Les personnes désireuses de rouvrir ce débat sont sans doute motivées par leur préoccupation face à la souffrance des autres. Une regrettable compréhension de la compassion les amène toutefois à proposer que l’on euthanasie les plus vulnérables plutôt que de leur assurer, jusqu’à leur mort naturelle, les soins appropriés, un contrôle efficace de la douleur, ainsi qu’un soutien social, affectif et spirituel. Lorsque l’on considère des gestes humains, il est toujours important d’en déterminer l’intention le plus clairement possible, ainsi que les éventuelles conséquences, afin de limiter le tort causé aux personnes directement concernées, de même qu’à l’ensemble de la communauté, et de leur assurer le plus grand bien.

Certains des termes utilisés dans ce débat sont malheureusement trompeurs ou flous. Il ne peut en découler que des discussions confuses et inutiles. Dans ce contexte, il devient également difficile de trouver un terrain d’entente à partir duquel l’on peut évaluer les risques et l’impact d’un projet de loi.

Du point de vue catholique, il est légitime de recourir à des médicaments et à d’autres moyens pour soulager la souffrance, même s’ils peuvent avoir comme effet secondaire de réduire l’espérance de vie. Une personne peut aussi légitimement refuser des procédures médicales qui s’avèrent particulièrement pénibles. Mais ce qui n’est jamais acceptable, c’est de tuer de façon directe et intentionnelle les personnes déprimées, handicapées, malades, âgées ou mourantes (Catéchisme de l’Église catholique, n° 2276-77).

On voit difficilement comment une quelconque loi autorisant l’euthanasie et le suicide assisté protégerait les plus vulnérables de notre société. Comment pourraient-ils faire confiance au personnel soignant, à leur famille et amis, et à la société dans son ensemble, et croire qu’ils continueraient à protéger leur vie ? Par leur nature même, l’euthanasie et le suicide assisté effacent notre devoir commun de protéger la vie des autres. Il existe en outre une crainte tout à fait fondée de voir l’euthanasie et le suicide assisté imposés à des personnes comme moyen de réduire des coûts et de diminuer les charges incombant aux personnes soignantes. Inévitablement, il en résulterait une société toujours plus fragmentée dont les membres vivraient encore plus d’isolement et d’anxiété.

Alors que reprend, dans notre pays, le débat sur une question aussi importante, les évêques catholiques du Canada invitent:

  1. les membres du Parlement du Canada – députés élus de la Chambre des Communes aussi bien que Sénateurs – à recourir à des définitions claires dans les débats qui s’annoncent et à être attentifs au profond impact qu’aurait l’adoption de cette loi sur la vie des personnes et de la communauté tout entière;
  2. tous les Canadiens et Canadiennes à mieux s’informer sur l’euthanasie et le suicide assisté et à promouvoir, à la place, les soins palliatifs et les soins à domicile, afin d’aider les personnes qui en ont besoin et celles qui les soignent ;
  3. les catholiques, nos frères et sœurs appartenant à d’autres communautés chrétiennes ou à d’autres religions, ainsi que toutes les personnes qui apprécient la beauté et la dignité inhérente de la vie, à s’engager dans ce débat avec courtoisie et respect afin de témoigner d’une profonde révérence pour toute vie humaine.

Le 21 septembre 2009

Monseigneur V. James Weisgerber,
Archevêque de Winnipeg,
Président de la Conférence
des évêques catholiques du Canada

 

Pour des informations complémentaires disponibles sur le projet de loi C-384, vous pouvez aussi prendre note de plusieurs documents sur le site internet de l’Organisme catholique pour la vie et la famille (www.ocvf.ca): Euthanasie et suicide assisté: des réponses de toute urgence !

Selon l’OCVF, voici de bonnes raisons de rejeter le Projet de loi C-384:

Le Projet de loi C-384 contredit les valeurs canadiennes fondamentales. La loi ne peut garantir la sécurité de chaque citoyen et le respect pour sa vie que si elle reconnaît que personne n’a le pouvoir de tuer quelqu’un d’autre. C’est une question de justice sociale. Il faut protéger notre droit à la vie plutôt que de créer un droit à la mort !

Le Projet de loi C-384 menace toutes les Canadiennes et tous les Canadiens. Il bafoue la valeur inhérente et inviolable de chaque vie humaine et sa dignité. Il va à l’encontre de la sécurité publique. Ce projet de loi n’est pas une affaire d’autonomie ou de choix; il vise à donner aux médecins le droit de causer directement et intentionnellement la mort. La maladie ne réduit en rien la dignité et la valeur d’une vie humaine !

Le Projet de loi C-384 n’aide en rien les personnes qui souffrent. En demandant à mourir, une personne ne cherche souvent que chaleur humaine et amour. Lui répondre avec compassion, c’est lui assurer un réel soutien social, affectif et spirituel. C’est aussi contrôler le mieux possible sa douleur et lui offrir des soins palliatifs efficaces. Il faut éliminer la douleur, et non la personne malade !

Le Projet de loi C-384 ouvre la porte à des abus mortels. C’est une recette idéale pour la maltraitance des plus vulnérables. Même des personnes qui ne sont pas atteintes de maladies en phase terminale ou qui n’éprouvent pas de douleur physique — les personnes déprimées ou handicapées, par exemple — pourraient être tuées dans un délai de deux semaines, si elles en font la demande. Le projet de loi reste vague par rapport au degré de supervision médicale nécessaire pour mettre fin à une vie. Bloquons ces abus avant qu’ils ne surviennent!