EnglishEspañolPolskie

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Crédit Social et commerce international

Noël: avènement du Dieu miséricordieux

le samedi, 01 octobre 2016. Dans Noël

Naissance de Jésus

 

Nous venons de terminer l’Avent, période voulue par l’Esprit-Saint pour que l’Église nous rappelle chaque année la longue préparation divine au mystère de l’Incarnation.

Le temps de Noël est arrivé. Sur le plan humain, c’est la plus grande fête de l’année: les commerces brillent de tous leurs feux; les résidences étalent leurs décorations multicolores; les familles cuisinent des plats succulents pour accueillir parents et amis. Mais de telles réjouissances, si légitimes, ne doivent pas voiler «la grâce de la venue du Messie en nous et chez nous», événement qui se fait dans la foi.

Au moment béni où la race humaine pécheresse avait besoin de pardon et d’espérance, Marie, Vierge immaculée, par une communication ineffable de l’Esprit-Saint, donna naissance au propre Fils de Dieu, «fait homme», «devenu temps», sans cesser d’être la «Parole éternelle et unique du Père». D’où en Lui deux natures, divine et humaine, indissolublement unies dans la «seule personne du Fils de Dieu», sans mélange, ni confusion: le divin n’absorbant pas l’humain, l’humain n’amoindrissant pas le divin. «Consubstantiel au Père».

Cet enfant, couché dans une crèche, semblable aux autres enfants mais à la fois homme et Dieu, occasionna une grandiose fête ici-bas et dans les cieux. Des bergers, divinement inspirés, accoururent pour Lui offrir leurs adorations. Une nuée d’esprits célestes louaient Dieu en chantant: «Gloire à Dieu dans les cieux et paix aux hommes sur terre». Quelques mages, observateurs des astres, en voyant apparaître une étoile merveilleuse, s’orientèrent vers la Crèche où ils reconnurent l’Enfant-Dieu et Lui offrirent leurs hommages et leurs cadeaux: or, encens et myrrhe.

Cet Enfant-Dieu dont nous célébrons l’anniversaire n’est pas quelqu’un du passé ou un souvenir. Ne se contentant plus d’observer ce qui se passe sur terre et sans qu’on Le voit, Il est présent dans nos cœurs comme dans tous les milieux où nous nous trouvons.

C’est vrai que la situation spirituelle d’aujourd’hui, pour de multiples raisons, semble être une «sortie de religion». Pensons à la domination religieuse: elle est presque disparue de la politique, de la science, de l’éducation, de la morale, de la famille, etc. En somme, pour bien des gens, la religion n’a plus de signification. Dans ces circonstances qui perturbent l’ordre habituel des choses, pourquoi ne pas avoir recours à la Mère du Messie. Comme elle, accueillons profondément en nous le don que Dieu nous a fait de son Fils tout amour et miséricorde. Notre monde n’est-il pas en recherche de miséricorde? Alors, soyons disponibles pour ce qu’Il attend de nous. Répondons à l’Amour de tout notre être. Les occasions sont là pour jaillir autour de nous la miséricorde de Dieu: aide aux démunis, visite aux personnes seules, prière pour les malades, ouverture aux autres par l’accueil, la générosité, l’entraide, le respect mutuel, etc. Cherchons à découvrir le sens de notre identité chrétienne: penser comme Lui, agir comme Lui, le laisser prendre possession de notre vie par une grande foi, connaissance que les personnes divines ont l’une de l’autre, l’une pour l’autre. Et cette foi vive, pourquoi ne pas la communiquer comme une étoile lumineuse par la mise en valeur de la parole de Dieu.

L’Esprit de Noël, c’est donc Dieu parmi nous, Lui avec nous. Évidemment, nous aurions aimé être à Bethléem pour L’accueillir comme Marie, les Mages et les Bergers. Mais Il a fait davantage. Il est resté avec nous par l’Eucharistie: c’est le même Dieu qui se donne à nous, d’une façon permanente à la table de la Parole, du Pain et du Vin. N’est-ce pas la synthèse de l’Incarnation et des mystères qui en découlent. Sachons Le remercier d’un si grand bienfait en venant célébrer Noël tous les dimanches, un Noël vécu avec amour, avec joie, avec une foi inébranlable qui nous conduira au partage, dans le ciel, de sa vie divine et glorieuse.

Que le Noël 2016 soit pour nous le plus beau Noël jamais vécu!

Roger Bouchard, prêtre STD

  • Qui sont les vrais Maîtres du Monde?

    Qui sont les vrais maitres du mondeLe système bancaire actuel est pur banditisme, quiconque s’est donné la peine d’étudier la question, (la création de crédit-monnaie-dette par les banques et le contrôle absolu de l’intermédiaire d’échange par les banques), n’en peut douter. Mais c’est un banditisme légalisé c’est-à-dire qu’en conduisant ce racket au profit d’une petite clique d’individus sur le dos du public, les banques restent dans les limites de leur charte, c’est la «patente» accordée par le gouvernement souverain à une machine qui saigne et tue l’humanité.

  • Dieu ou Satan (1ère partie) Toute la terre est au Seigneur

    Nous voulons Dieu dans nos familles;
    nous voulons Dieu dans nos écoles

    Jésus couronnéL’article suivant est la première partie d’une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974. Cette conférence fut enregistrée sur bande magnétique. Nous la publions par écrit.

    On remarquera le style parlé et non écrit. Quand l’orateur a devant lui tout un auditoire qui applaudit, il n’a pas les mêmes tournures de phrases que lorsqu’il écrit.

    Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l’anime depuis qu’il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n’avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu’on sent de plus en plus ce grand chrétien s’approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu’il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: «Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles....»

    Gilberte Côté-Mercier

  • L'Île des naufragés Fable qui fait comprendre le mystère de l'argent

    Sauvés du naufrage«L'Île des naufragés» fut l'un des premiers écrits par Louis Even, et demeure l'un des plus populaires pour faire comprendre la création de l'argent. Il est disponible sous forme de circulaire de 8 pages (format tabloïd), que vous pouvez commandez de Vers Demain, en plusieurs langues: français, anglais, espagnol, italien, allemand, polonais, portugais.

Dernière parution

Faire un don

Faire un don

Haut